S'abonner
Constructeurs

Les 10 points marquants du marché automobile en juin 2023 : moins bien qu'en 2020 !

Publié le 3 juillet 2023

Par Christophe Bourgeois
8 min de lecture
Si les ventes en juin 2023 connaissent encore une progression de 11,5 % pour atteindre 190 847 unités, le marché n'arrive toujours pas à retrouver le niveau d'avant-crise. Il s'était même vendu plus de véhicules en juin 2020, à la sortie du premier confinement ! Sur le premier semestre, le VN progresse de 15,3 % mais perd 276 665 unités par rapport à 2019, année de référence.
Renault leader classement des meilleures ventes à particuliers
Sur le seul mois de juin 2023, Renault prend la première place du classement des meilleures ventes à particuliers. ©Renault

Une hausse artificielle ?

Avec une augmentation de 11,5 % en juin 2023, les immatriculations des voitures neuves continuent leur progression sur le marché français déjà entamée depuis plusieurs mois. Il s'est en effet écoulé 190 847 véhicules sur ce sixième mois de l'année. Si l'on prend de la hauteur, c'est 889 776 unités mises sur le marché depuis le début de l'année, soit une progression de 15,3 %. Les raisons de cette progression n'ont pas beaucoup évolué depuis le début de l'année. La plupart des constructeurs continuent à livrer les véhicules commandés depuis plusieurs mois. En outre, il faut de nouveau relativiser cette croissance. Premièrement, les immatriculations sont bien inférieures à celles enregistrées en juin 2020, juste après le confinement : elles étaient de 233 820 unités. Deuxièmement, certains constructeurs, notamment Stellantis ou Volkswagen, n'hésitent pas à immatriculer plusieurs milliers de véhicules entre le 29 et le 30 juin 2023.

 

Renault et Stellantis en petite forme

La plupart des constructeurs voient leurs immatriculations augmenter sur ce mois de juin, sauf deux. Et de taille. Renault et Stellantis dévissent pendant cette période. Le premier recule en effet de 8,7 % à 49 212 unités tandis que le second, de 2,8 %, à 52 324 unités. Dans le détail, Renault perd 8,5 % (33 345) et plus surprenant, vue les excellents résultats depuis plusieurs trimestres, Dacia lâche 10,5 % (15 460). Il s'agit néanmoins et probablement d'un problème de disponibilités des produits, car depuis le début de l'année, les deux marques progressent respectivement de 13,9 % (144 715) et 24,5 % (80 563). De son côté, les deux marques principales de Stellantis, Peugeot et Citroën sont en petite forme. La première glisse de 10,5 % (25 396) malgré les 4 838 voitures immatriculés entre le 29 et le 30 juin 2023, tandis que la seconde ne perd "que" 4,4 % (12 629).  Des résultats très moyens d'autant plus que Peugeot ne progresse que de 4,1% (133 408) depuis le début de l'année et que Citroën est la seule marque d'envergure à voir ses ventes se contracter (-1,6 % ; 66 587). Enfin, notons aussi la mauvaise performance de Mercedes-Benz (-13 % ; 4 820).

 

Tesla et MG Motor explosent

En revanche, la plupart des constructeurs ont connu un mois de juin très agréable. Dans ce contexte, deux marques surperforment. Il s'agit de Tesla et de MG Motor. L'américain a en effet écoulé 8 516 voitures en seulement un mois, soit une progression de 182,8 %. Avec un tel résultat, c'est la 7e marque la plus vendue en France sur ce sixième mois. Le Model Y a été immatriculé à 4 335 unités tandis que la Model 3 s'est vendue à 3 966 unités. Depuis janvier 2023, Tesla a mis sur le marché 27 179 voitures (+131,5 %) et s'octroie 3,1 % de part de marché. Elle est au même niveau que BMW (27 425) et se place devant Ford (26 095 ; pdm : 2,9 %). De son côté, le sino-anglais a vendu 4 084 voitures (+271,9 %) dont 2 511 MG4. Depuis, le début de l'année, MG Motor a immatriculé 13 117 unités avec une part de marché de 1,5 %.

 

Top 5 des modèles : Renault domine

Dans le top 5 des modèles les plus vendus, Renault assoit sa place de leader avec 12 498 immatriculations (+19,1 %), distançant de très loin la Peugeot 208 (8 341 ; - 27,4 %). Arrive sur la troisième marche du podium la Dacia Sandero (6 820 ; - 27 %), en très petite forme ce mois-ci. Le Renault Captur se positionne au pied de ce podium (6 050 ; - 22,5 %) tandis que la Citroën C3 ferme ce top 5 (5 758 ; +23,2 %). À noter que c'est la première fois depuis plusieurs mois que Peugeot place qu'un seul modèle dans ce top 5, alors que le groupe Renault se positionne en force.

 

Des Chinois très calmes

Si l'on parle beaucoup des constructeurs chinois, force est de constater qu'à part MG Motor et ses 13 117 immatriculations depuis le début de l'année, soit une part de marché de 1,5 %, les autres marques ne font que de la figuration. Sur cette même période, LeapMotor n'a vendu que 163 voitures et c'est encore pire chez Seres avec ses 103 unités. On ne parle même pas d'Aiways. Le Chinois, qui connait de très graves difficultés, n'a vendu que 71 voitures. Pour le clin d’œil, Ferrari en a vendu le double en six mois. Quant à BYD, les statistiques ne comptent pas, car la marque n'est officiellement présente en France que depuis ce mois. Néanmoins, 93 voitures apparaissent dans les statistiques dont 83 Atto 3 pour seulement deux points de vente. Enfin, n'oublions pas Lynk&Co, qui, discrètement, avec son mode d'acquisition basée principalement sur la LLD a tout de même écoulé 2 203 unités.

 

Le diesel sous les 10 % de part de marché

Pour la première fois, le diesel passe sous la barre symbolique des 10 %, avec une part de marché de seulement 9,3 %, soit 17 714 unités. Cette motorisation a dévissé de 41,7 %. De son côté, l'essence reste majoritaire avec une pénétration de 35,8 %, à 68 729 unités (+8,3 %) tandis que les hybrides non rechargeables progressent de 24,7 %, pour atteindre une part de marché de 22,2 % (42 366). Une progression logique puisque les constructeurs électrifient de plus en plus leurs modèles. Belle envolée également pour les hybrides rechargeables qui étaient jusqu'à présent relativement moribondes. Elles couvrent une part de marché de 9,4 %, devançant de 0,1 point le diesel, une première, avec 17 936 immatriculations (+49,9 %). Également face au développement de l'offre, l'électrique pousse. Cette technologie représente 17,4 % de part de marché, soit 33 278 (+52 %). Cette progression est notamment portée par Tesla qui couvre à elle seule 25 % des ventes. Enfin, les carburants alternatifs (GPL et E85) couvrent 5,9 % de part de marché (11 267 immatriculations).

 

Des utilitaires en forme

En juin, le marché de l'utilitaire retrouve un semblant de couleurs avec une progression de 16,9 % (42 951 unités), soit plus que le marché global (11,5 %). Depuis le début de l'année, il est en revanche moins en forme car il ne gagne que 3,6 % (189 947). Dans le détail, Renault s'octroie la première place avec une part de marché de 30,7 % et 13 073 immatriculations (- 4,9 %). Loin derrière, Peugeot écoule 7 627 unités (+38,6 %), soit une part de marché de 17,9 %, talonné par Citroën et ses 7 064 immatriculations (+52,8 %) ce qui représente une part de marché de 16,6 %). Enfin, Ford et ses 3 282 unités (+19,7 %) se positionnent comme outsider (pdm : 7,7 %).

 

Dacia et Renault font la course en tête chez les particuliers

Que ce soit sur le mois de juin 2023 ou au cumul du premier semestre, le canal des ventes aux particuliers s'affiche de manière stable. La part des clients finaux dans les immatriculations se fixe à environ 45 % du marché. Sur le seul mois de juin, Renault prend la première place dans le classement des meilleures ventes à particulier. Mais la marque s'efface devant Dacia au bilan semestriel, avec un volume de 65 996 véhicules sur un total de 80 563 unités, soit 82 % de son volume global. Renault poursuit sa stratégie de "ventes rentables" avec 43,4 % de ses immatriculations aux particuliers (soit 62 812 véhicules). Loin derrière, arrive Peugeot (28,7 % de son volume), suivie de Toyota (56,3 % de ses immatriculations semestrielles) et de Volkswagen (42,3 % de son total). À noter que Tesla et MG récoltent les fruits de leur agressivité commerciale avec respectivement 68,7 % et 69,3 % de leur volume écoulé auprès des particuliers.

 

Le BtoB se porte très bien

Les sociétés, loueurs longue durée et administrations ont été à l’origine de 54 706 mises à la route de voitures particulières au cours du dernier mois, un excellent résultat principalement soutenu par les ventes en LLD qui ont affiché la meilleure progression avec 32,5 %. Sur ce canal, Renault conserve sa place de leader avec 10 950 immatriculations, devant Peugeot et ses 9 399 unités. A noter que les loueurs courte durée retrouvent également le sourire, car ce canal a enregistré 17 817 , soit avec + 19,5 % la deuxième meilleure performance du mois.

 

Une once d'espoir pour le VO

Après 18 mois à s'inscrire en baisse, le marché des voitures particulières d'occasion est repassé dans le vert. Au mois de juin 2023, les ventes ont augmenté de 3,4 %, à 468 262 unités. À l'exception de Fiat (-4,6 %), toutes les marques du top 20 ont grimpé en volume. Renault (+ 3 %), Peugeot (+4,6 %) et Citroën (+ 2,7 %) en sont des illustrations. Au terme du premier semestre, le marché reste déficitaire (-4,4 %, à 2,611 millions d'unités). En parallèle, les véhicules utilitaires d'occasion ont pris 8,7 %, à 74 897 unités en juin. Ce qui porte le total du secteur à 430 935 transactions depuis le début de l'année (+0,6 %)

 

(Avec Catherine Leroy et Gredy Raffin)

 

Retrouvez l'intégralité des immatriculations de véhicules neufs et d'occasion de juin 2023 dans notre Data Center.

Vous devez activer le javacript et la gestion des cookies pour bénéficier de toutes les donctionnalités.
Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle