S'abonner
Data Center

Le marché européen s'effondre en mars 2022

Publié le 20 avril 2022

Par Jean-Baptiste Kapela
4 min de lecture
En enregistrant une baisse des ventes de véhicules neufs de 20,5 % en mars 2022, le marché automobile européen est encore victime des pénuries, aggravées par l’invasion de l'Ukraine. À quelques exceptions près, tous les pays connaissent une baisse à deux chiffres des immatriculations.
Depuis la création de la série statistique, jamais les volumes de ventes pour un mois de mars n’avaient été aussi bas.
Depuis la création de la série statistique, jamais les volumes de ventes pour un mois de mars n’avaient été aussi bas.

Plombées par les crises, les immatriculations de véhicules neufs dans l’Union européenne continuent de plonger. L’Association européenne des constructeurs d'automobiles (ACEA) vient de publier les chiffres du marché et ils ne sont pas bons. Avec un total de 844 187 unités écoulées au mois de mars 2022, les ventes ont chuté de 20,5 % par rapport au mois de mars 2021 et de près d’un tiers comparé à 2019.

 

Depuis la création de la série statistique, jamais les volumes de ventes pour un mois de mars n’avaient été aussi bas (hors 2020 et la paralysie économique due à la pandémie). Par ailleurs, comparativement au premier trimestre 2021, les immatriculations ont baissé de 12,3 % en 2022 avec 2 245 976 véhicules neufs particuliers vendus.

 

À lire aussi :  Le marché européen débute mal l'année 2022

 

Sans grande surprise, la plupart des principaux marchés du Vieux Continent ont connu des baisses à deux chiffres. La Suède (-39,5 %) enregistre la plus forte baisse, suivie de l’Espagne (-30,2 %) et de l'Italie (-29,7 %). La France, quant à elle, a connu une baisse ses immatriculations de 19,5 % et le marché allemand recule de 17,5 %. Hors de l’UE, les ventes de véhicules en Grande-Bretagne ont baissé de 14,3 %.

 

 

 

Des pénuries qui jouent les prolongations

 

La production automobile est malmenée par les pénuries de semi-conducteurs. L’invasion de l’Ukraine et la fermeture des usines sur le territoire viennent aggraver la situation, complexifiant les problèmes de livraison qui persistent depuis le printemps 2021. À noter qu’en Europe, l’Ukraine est le principal fournisseur de faisceaux de câblage.

 

Plusieurs usines européennes ont dû interrompre temporairement leur production, à l’image de sites allemands de Volkswagen. Ce dernier a d’ailleurs mis en pause son usine historique de Wolfsburg et son centre de production de véhicules électriques de Zwickau. En France, l’usine Renault de Douai, qui produit la Mégane électrique, est à l'arrêt pour 11 jours.

 

La fédération des constructeurs allemands (VDA) a fortement abaissé début avril sa prévision de production pour 2022, tablant sur 3,3 millions d'unités produites dans la première économie européenne, une hausse de 7 % contre 13 % attendus précédemment. Désormais, un "élargissement des sanctions contre la Russie et des interruptions de production en Chine, en raison de la stratégie du 'zéro Covid' adoptée par Pékin, pourraient rendre nécessaires d'autres ajustements du pronostic dans les prochains mois", avait précisé Hildegard Müller, présidente de la VDA.

 

Des baisses à deux chiffres pour la majorité des constructeurs

 

Du côté des groupes automobiles, le numéro un européen Volkswagen a vu ses ventes reculer de 24,3 %. Seules ses marques de luxe (Porsche, Bentley, Lamborghini et Bugatti) résistent à la crise. Le numéro 2, le groupe Stellantis, né de la fusion de PSA et Fiat-Chrysler, voit sa part de marché reculer à 20 %, avec une forte baisse de ses ventes (-32,9 %), et des mauvais scores pour Peugeot, Fiat et Jeep.

 

Après des mois de forte chute, Renault résiste mieux au mois de mars (-14,1 %), porté par le succès de Dacia. Toyota recule de 12,2 %, BMW-Mini de 20,5 %, Mercedes-Smart de 13,6 %. Kia récupère 10,1 % de part de marché alors que Hyundai en perd 8,2 %, tandis que Honda à vu ses ventes augmenter de 21,7 %. À noter que le plus fort recul des immatriculations est enregistré par le groupe Jaguar-Land Rover, avec -54 % de part de marché par rapport au mois de mars 2021. (avec AFP)

 

Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle