S'abonner
Constructeurs

Le groupe Volkswagen France en ordre de marche pour 2022

Publié le 25 janvier 2022

Par Christophe Jaussaud
7 min de lecture
Après un exercice 2021 qui s'est finalement révélé de bonne facture, avec une croissance des ventes VP et VUL de 7 %, le groupe Volkswagen France ne manque pas d'ambitions pour 2022.
Le groupe Volkswagen et ses réseaux veulent embaucher 1 000 personnes en 2022.
Le groupe Volkswagen et ses réseaux veulent embaucher 1 000 personnes en 2022.

Alors que le groupe Volkswagen a légèrement reculé au niveau mondial en 2021, sa filiale française a finalement réussi un bon exercice. En effet, avec 234 100 immatriculations de VP et VUL, un total en hausse de 7 %, elle a vu toutes les marques qu'elle distribue progresser. Dans le seul univers VP, avec 16 000 unités de plus qu'en 2020, le groupe a grignoté 0,9 % de part de marché.

 

Mais Xavier Chardon, le président du directoire, souligne une autre performance qui ne se traduit pas encore dans les chiffres de ventes : "notre portefeuille de commandes a été multiplié par deux". De quoi entamer sereinement l'exercice 2022 même si l'impact de la pénurie de semi-conducteurs n'est pas encore de l'histoire ancienne. Sur un marché qui devrait être supérieur à celui de 2021, Xavier Chardon vise plus de volume mais aussi une part de marché en hausse.

 

Plus largement, le président a également posé les grands jalons de l'année en cours. L'électrification en fait partie avec, au-delà des produits, un vrai travail du groupe et de ses réseaux pour développer les bornes de recharge dans les concessions. D'ici la fin de l'année, 250 bornes haute puissance, d'au moins 150 kW, devraient fleurir dans les concessions VW, Audi et Skoda. L'accent va également être mis sur les centres de réparation des batteries avec un objectif de 100 points de service. Un nouveau métier à faire entrer dans les réseaux pour faire naître de nouveaux gisements de rentabilité.

 

Car la rentabilité des distributeurs est au centre de la stratégie pour assurer les investissements nécessaires à la transformation du business automobile. Ainsi, le groupe Volkswagen a lancé le plan DOPER (Développer, Optimiser, Profitabilité, Efficience, Réseau) pour améliorer les choses. Des groupes de travail sont déjà en place pour réfléchir et définir des actions futures.

 

Enfin, durant le 4e trimestre 2022, Xavier Chardon a indiqué que tous les modèles électriques de toutes les marques du groupe seront vendus dans le cadre d'un contrat d'agent. Pour l'heure, seul le réseau Cupra (95 points de vente) a signé pour ce contrat.

Volkswagen vise 7 % de part de marché en 2022

 

Après une année 2021 synonyme de 105 298 immatriculations VP (+7,7 %) et d'une part de marché de 6,3 %, Volkswagen vise cette année une part de marché de 7 %. La marque pourra compter sur les nouveaux Taigo, T-Roc, ID.5 et ID.Buzz pour atteindre son objectif. Pour ses modèles électriques (en hausse de 40 % en 2021), Gerrit Heimberg, le directeur de la marque, vise cette année une croissance de 60 %.

 

Au chapitre réseau, la marque va poursuivre le déploiement de ses City Store en France. Pour l'heure, elle n'en compte qu'un à Rouen (76). Volkswagen compte aussi sur de nouvelles propositions pour séduire davantage comme des offres de financement plus flexible que le Taigo vient d'inaugurer.

 

Record pour Volkswagen Véhicules Utilitaires

 

Avec 23 000 commandes enregistrées en 2021, la marque dirigée par Kérim Bournonville a effacé des tablettes un vieux record datant de 2018. "Mais les records sont faits pour être battus" a enchaîné le directeur et il espère bien que ce sera le cas en 2022.

 

Au chapitre produits, il pourra compter, en plus de la gamme de VUL déjà installée, sur le nouveau Multivan hybride rechargeable et, en fin d'année, sur l'ID.Buzz 100 % électrique dans deux définitions, l'une utilitaire avec 420 km d'autonomie et 700 kg de charge utile, et l'autre en transport de personnes.

 

De quoi réaliser, en année pleine, 10 000 ventes de ce modèle, dont 8 000 en transport de personnes. Les commandes ouvriront à la fin du premier semestre. De plus, la France faisant partie des marchés importants, la marque et son réseau pourront compter sur un approvisionnement prioritaire qui devrait permettre de livrer en 2022 le portefeuille actuel et les commandes à venir.

 

Audi n'oublie pas le VO

 

Après une progression de 10,4 % en 2021, représentant 50 083 unités et une part de marché de 3 %, Audi n'envisage que la croissance pour ce nouvel exercice. Aussi bien sur le canal des particuliers (+0,2 point en 2021) que sur celui des flottes. Mais Lahouari Bennaoum, le directeur de la marque aux anneaux, n'oublie pas le VO avec l'objectif d'arriver à 50 % de ventes à particuliers sur la tranche 0 à 8 ans. Un seuil déjà atteint par le réseau sur la tranche 0 à 5 ans.

 

L'électrification de la gamme, qui compte aujourd'hui 5 silhouettes, va également se poursuivre et monter en puissance. En 2021, Audi a immatriculé 1 369 véhicules 100 % électriques, mais aussi 9 657 hybrides rechargeables. L'occasion également pour le directeur de rappeler la feuille de route de la marque. En 2025, elle comptera 20 modèles à batterie et en 2033 la gamme sera 100 % électrique. Entre temps, il n'y aura plus de lancement de modèle thermique à partir de 2026 et la marque vise la neutralité carbone en 2030.

 

Cupra veut plus que doubler son volume

 

Après des croissances à deux chiffres ces dernières années, Seat n'a finalement affiché qu'une croissance de 0,04 % en 2021, avec 26 687 immatriculations dans l'Hexagone. Soit une part de marché de 1,6 %. Toutefois, l'état-major de la marque met en avant des prises de commandes en hausse de 15 % ou encore une belle performance sur les flottes avec des commandes triplées.

 

Autre bonne nouvelle pour la marque et son réseau, le chiffre d'affaires pièces a bondi de 25 %. La marque a également travaillé sur le volet mobilité, avec notamment un scooter et une trottinette, mais aussi des formules locatives innovantes intégrant ces différents moyens de transport.

 

Il faut bien reconnaitre que l'actualité de la filiale espagnole de groupe VW a été préemptée par Cupra en 2021. La marque a ainsi représenté 4 006 immatriculations en France (5 500 commandes enregistrées selon la marque) et l'objectif est d'atteindre 10 000 prises d'ordre en 2022. Pour soutenir cette croissance, Cupra va d'ailleurs lancer Cupra Plus, une nouvelle formule d'abonnement qui inclura la possibilité de disposer d'un autre modèle de la gamme pendant 30 jours par an.

 

Skoda en route vers les 3 % de part de marché

 

Bien que les immatriculations n'aient progressé que de 1,8 %, à 30 399 unités, Skoda affiche néanmoins une part de marché record de 1,83 %. Le niveau de commandes a même atteint 39 119 unités, laissant augurer d'un portefeuille conséquent.

 

Mais Dorothée Bonassies, la directrice la marque, ne compte pas s'arrêter en si bon chemin. Avec la montée en puissance de la nouvelle Fabia, dont ce sera la première année pleine de commercialisation, mais aussi le nouveau Karoq ou encore l'Enyaq Coupé, l'objectif 2022 est de franchir le cap des 2 % de part de marché en France avant de viser 3 % en 2025.

 

Le groupe va recruter 1 000 personnes en 2022

 

Enfin, pour conclure, Xavier Chardon n'a pas manqué d'indiquer que l'automobile, certes en pleine mutation, était encore un secteur plein d'avenir. Fort de son expérience de 10 années passées à l'étranger (6 ans en Allemagne et 4 ans en Chine), il est d'ailleurs surpris de l'image que peuvent avoir l'automobile et ses métiers en France.

 

L'occasion pour lui de rappeler que le groupe et ses différents réseaux vont embaucher plus de 1 000 personnes dans l'Hexagone cette année.

Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle