S'abonner
Industrie

Levée de fonds historique pour Verkor

Publié le 14 septembre 2023

Par Christophe Jaussaud
5 min de lecture
La société grenobloise a levé plus de deux milliards d'euros pour assurer le financement de son usine de Dunkerque (59). À partir de 2025, ce site de Verkor va notamment fournir Renault en batteries et aura une capacité annuelle de 16 GWh.
Benoit Lemaignan, cofondateur et président de Verkor
Benoit Lemaignan, cofondateur et président de Verkor. ©Verkor

Il y a déjà du concret chez Verkor car la production a débuté il y a quelques mois à Grenoble (38). Mais aujourd'hui la société française va changer de dimension. En effet, elle vient de franchir un pas décisif dans le financement de sa future usine de Dunkerque (59).

 

Verkor, qui fournira notamment Renault mais aussi Nidec dans le stockage stationnaire, a annoncé avoir réuni "plus de deux milliards d'euros", dont le montant record "d'au moins 850 millions d'euros" auprès d'investisseurs privés, la plus importante levée de fonds d'une jeune pousse française à date.

 

S'y ajoute une subvention publique d'environ 650 millions d'euros - sous réserve de la validation par la Commission européenne - ainsi qu'un prêt de 600 millions d'euros de la Banque européenne d'investissement.

 

A lire aussi : Verkor débute sa production de batteries à Grenoble

 

Cité dans un communiqué de l'entreprise, le président Emmanuel Macron "félicite" Verkor pour ce tour de table "historique" qui "envoie un signal fort sur notre ambition de réindustrialisation. La France attire, se réindustrialise, décarbone son économie, crée des emplois !", a-t-il ajouté sur le réseau social X (ex-Twitter).

 

L'opération, "une étape très importante", valorise Verkor à "plus d'un milliard d'euros", a indiqué à l'AFP Benoit Lemaignan, cofondateur et président de l'entreprise.

 

Fondée en 2020, Verkor a inauguré fin juin à Grenoble son usine pilote de batteries à haute puissance et compte ouvrir d'ici 2025 son usine à Dunkerque, avec 1 200 emplois directs à la clé et une production initiale de 16 GWh par an. Les premiers travaux sont en cours. Le financement bouclé "donne une bonne visibilité" pour "construire l'usine, faire venir les machines, monter l'équipe et démarrer", détaille le responsable.

 

Renault a contribué à nouveau  

 

Le tour de table a été large : le gestionnaire d'actifs australien Macquarie Asset Management est "principal investisseur", "avec l'appui" de Meridiam, fonds français spécialisé dans les infrastructures, qui a précisé à l'AFP avoir versé 200 millions d'euros. Ces deux entités deviendront les premiers actionnaires, selon l'Elysée.

 

Le Fonds Stratégique de Participations (FSP), alliance de sept grandes compagnies d'assurance françaises, a également "réalisé un investissement majeur", selon un communiqué d'ISALT, la société gestionnaire du fonds. "C'est un investissement très symbolique de ce que peut être la question de la réindustrialisation en France avec une industrie de pointe", a expliqué à l'AFP Nicolas Dubourg, directeur général du FSP.

 

©Verkor

 

Plusieurs actionnaires existants ont contribué à nouveau, notamment le constructeur automobile Renault, qui s'était déjà engagé à acheter les trois quarts de la production de Verkor. Les batteries produites à Dunkerque seront notamment utilisées dès 2025 dans les futurs modèles Alpine "ainsi que des véhicules des segments supérieurs de la gamme Renault", a indiqué le patron du groupe, Luca de Meo, dans le communiqué. "Nous n'avons pas vocation à ne fournir que Renault", a toutefois indiqué Benoit Lemaignan.

 

Cette usine répond à "un besoin de marché à court terme" tout en bâtissant "un outil industriel qui va durer des dizaines d'années", assure-t-il, qualifiant les batteries de "pétrole de demain dans la mobilité".

 

"Le pragmatisme américain doit nous interpeller"

 

Actuellement, la fabrication des batteries et le raffinage des matériaux qui les composent sont dominés par des groupes asiatiques. Mais Verkor n'est pas seule à s'installer en France : le fabricant taïwanais ProLogium a obtenu une subvention de 1,5 milliard d'euros pour sa première usine, à Dunkerque également, avec une ouverture prévue pour 2026.

 

Cent kilomètres au sud, à Douvrin (59), Stellantis, TotalEnergies et Mercedes-Benz ont implanté la première usine de batteries française pour voitures électriques, avec leur coentreprise Automotive Cells Company (ACC). Et Renault doit ouvrir sa propre usine avec le groupe chinois AESC-Envision en 2024, également dans le Nord, à Douai.

 

A lire aussi : ProLogium donne le top départ de la batterie solide en France

 

"On est en train de constituer une vraie vallée des batteries" avec quatre usines qui "permettront à la France d'être autonome en matière de production de batteries", s'est félicitée la présidence française.

 

En Allemagne, le géant chinois CATL a lancé la construction d'une usine en 2019. Le soutien public montre que l'Europe est "capable de soutenir cette industrie" au même titre que les États-Unis avec l'Inflation reduction act (IRA), a estimé le patron de Verkor.

 

"On n'a pas à rougir" sur les montants, mais "la vitesse de mise en route américaine est probablement aujourd'hui significativement plus rapide", juge Benoit Lemaignan. "Le pragmatisme américain doit nous interpeller." (avec AFP)

Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Pour vous tenir informés de toute l'actualité automobile, abonnez-vous à nos newsletters.
Inscription aux Newsletters
cross-circle