S'abonner
Industrie

Verkor débute sa production de batteries à Grenoble

Publié le 29 juin 2023

Par Christophe Jaussaud
2 min de lecture
Le fabricant français de batteries vient d'inaugurer son Verkor Innovation Centre (VIC) à Grenoble (38). Ce site pilote, qui a nécessité un investissement de 250 millions d'euros, produira notamment 15 000 accus par an pour les futures Alpine électriques.
Verkor
Roland Lescure, ministre de l'Industrie, Carole Grandjean, ministre de l'Insertion chargée de l'Enseignement et de la Formation professionnels et Olivia Grégoire, ministre du Commerce, était présents à l'inauguration du Verkor Innovation Centre (VIC), à Grenoble (38). ©Verkor

En attendant son usine de Dunkerque (59), Verkor vient d'inaugurer son "Verkor Innovation Centre" (VIC) à Grenoble (38). L'entreprise va ainsi débuter la production de batteries dans ce bâtiment de 15 000 m2 qui a nécessité un investissement de 250 millions d'euros.

 

La production est hautement automatisée : seule une centaine de personnes travaille à la fabrication des batteries, sur un total de 350 salariés. Ce centre devrait produire à terme de quoi équiper environ 15 000 voitures par an, notamment les Alpine et les hauts de gamme de Renault.

 

La giga-usine de Dunkerque, qui doit ouvrir en 2025, sera "une réplique au facteur 100 (du site) de Grenoble" sur un terrain de 150 hectares, a indiqué Christophe Mille, le directeur technique de Verkor.

 

"Le VIC, c'est l'endroit où nous concevons, testons et validons nos nouveaux produits. C'est la fusion d'un centre d'innovation avec une usine de production ultra-moderne", a expliqué Christophe Mille.

 

Un centre de formation complète l'ensemble pour former 1 600 personnes aux métiers de la batterie, et notamment les futurs opérateurs de Dunkerque.

 

A lire aussi : Renault confirme son partenariat avec Verkor

 

Actionnaire de l'entreprise aux côtés de Schneider Electric et Arkema, entre autres, Renault s'est engagé à acheter les trois quarts de sa production. Entretemps, Verkor devrait boucler avant la fin 2023 son tour de table de deux milliards d'euros, dont une majorité de dette, a indiqué Philippe Chain, un des cofondateurs de Verkor.

 

Ces batteries composées de lithium, de nickel et de cobalt doivent offrir "une meilleure densité énergétique et une capacité de puissance plus élevée que celles montées sur les voitures électriques ordinaires", a expliqué cet ancien de Renault et Tesla.

 

Verkor pense aussi à se diversifier dans les batteries pour d'autres véhicules comme les engins de chantier et le stockage stationnaire, a précisé Philippe Chain.

 

La start-up fondée en 2020 avait invité pour l'occasion 300 partenaires et investisseurs. Trois ministres, Roland Lescure (Industrie), Carole Grandjean (Formation) et Olivia Grégoire (Commerce), avaient fait le déplacement pour saluer cette initiative, par ailleurs mise à l'honneur à l'Élysée ce week-end pour l'exposition "Fabriqué en France". (avec AFP)

Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle