S'abonner
Constructeurs

Jean-Philippe Imparato : "Avec Milano, Alfa Romeo reste premium et populaire à la fois"

Publié le 10 avril 2024

Par Nabil Bourassi
3 min de lecture
La marque sportive italienne présente son premier SUV de segment B qui sera produit en Pologne. Pour Jean-Philippe Imparato qui dirige Alfa Romeo, Milano n’a pas pour but de faire du volume.
Jean-Philippe Imparato dirige Alfa Romeo et veut renforcer la marque avec une nouvelle gamme produit.
Jean-Philippe Imparato dirige Alfa Romeo et veut renforcer la marque avec une nouvelle gamme produit. ©Alfa Romeo

Le Journal de l'Automobile : En 2023 vous avez vendu environ 70 000 voitures, c’est une belle progression annuelle… Mais vous êtes très loin du niveau d’avant-crise…

Jean-Philippe Imparato : Et heureusement ! Parce qu’à l’époque, plus Alfa Romeo vendait de voitures, plus il perdait de l’argent. Avec 70 000 voitures de 2023, Alfa Romeo a fait +50% de profits, après les avoir doublés en 2022. Et j’espère continuer en 2024 sans me préoccuper des volumes de ventes. Mon tableau de bord, c’est la marge unitaire. 

 

J.A. : Vous pouvez gagner plus d’argent en faisant du volume aussi…

J-P. I. : Oui mais le préalable c’était de réinstaller des produits qui gagnent de l’argent. En 2023, nous avons déployé Tonale et il a fait 60% du mix. En 2024, nous aurons une année complète de commercialisation du Tonale. Et en 2025, nous aurons une année pleine de la commercialisation du Milano, le SUV de segment B que nous allons commercialisé au deuxième semestre. En 2024, nous visons 87 000 voitures.

 

Lire aussi : Stellantis, le puzzle électrique italien se met en place

 

J.A. : Que pouvez-vous nous dire sur la suite du plan produit?

J-P. I. Au deuxième semestre 2025, nous lancerons une nouvelle génération du Stelvio, un an plus tard, ce sera une toute nouvelle Giulia. Ces deux modèles seront produits sur la plateforme STLA Large à Cassino. D’ailleurs, l’Italie sera le seul pays d’Europe à utiliser cette plateforme. Ce qu’il faut aussi retenir c’est que la Giulia sera la première voiture du groupe Stellantis à utiliser la nouvelle architecture logicielle STLA Brain. Nous allons ainsi rattraper notre retard en termes de connectivité avec de nouvelles évolutions sur les aides à la conduite et les services.

 

Lire aussi : Plateformes, les bases du changement

 

J.A. : Avec Milano que vous présentez aujourd’hui, Alfa Romeo revient sur le segment B… Pour faire du volume ?

J-P. I. Ce n’est pas l’objectif… L’objectif c’est de rester dans l’ADN de notre marque qui est un subtile équilibre de marque premium et populaire à la fois. Avec Milano, notre proposition de valeur correspond à notre vision du premium à un plus grand nombre. C’est aussi une porte d’entrée à l’univers Alfa Romeo aux jeunes.

 

J.A. : La Milano sera construite en Pologne, dans la même usine que la Fiat Panda… N’est-ce pas un risque pour la qualité du produit ?

J-P. I. Milano arrive dans une usine où un certain nombre de produits qui partagent des pièces seront déjà rodés… C’est un gage de qualité. Mieux : cela va nous permettre d’accélérer la commercialisation de Milano. 

Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle