S'abonner
Distribution

Reconditionnement : le groupe Gemy s'active à l'ouverture d'un centre en Bretagne

Publié le 27 mars 2024

Par Gredy Raffin
7 min de lecture
En avril 2024, la ville de Plumelin (56) comptera une nouvelle entreprise. Autoprepar Bretagne va permettre au groupe Gemy de proposer une solution de reconditionnement de voitures d'occasion aux acteurs de la région. Un tournant stratégique pour l'opérateur.
Autoprepar Bretagne ouvre ses portes
Autoprepar Bretagne aura une capacité annuelle de reconditionnement de 10 000 voitures d'occasion. ©Gemy/Autoprepar

Les différents corps de métier s'affairent. Dans quelques semaines, tout doit être en ordre de marche dans le centre de 3 500 m2. Le groupe Gemy, qui programme l'inauguration en avril 2024, hissera alors le panneau Autoprepar Bretagne. Ce sera le second centre de reconditionnement de voiture d'occasions du groupe de distribution.

 

Érigé à Plumelin, sur un terrain en friche de 2,75 hectares, le centre Autroprepar Bretagne élargira les perspectives. En plus de réceptionner les véhicules d'occasion en provenance des 14 concessions détenues par le groupe Gemy dans la région, ce centre permettra d'adresser une clientèle externe jusqu'alors difficilement atteignable depuis le complexe Autoprepar de Villevêque près d'Angers (49).

 

"Nous pouvons travailler avec des clients de toute la Bretagne et des Pays-de-Loire. Il y a 2h30 de route entre nos deux centres de reconditionnement. Nous pouvons donc imaginer des synergies pour libérer tout le potentiel. Par exemple, nous n'aurons qu'une seule grille tarifaire pour les prestations et le transport", présente Thibault Jamin, responsable intégration du groupe et superviseur du projet breton.

 

Jusqu'à 10 000 voitures par an

 

Il a participé aux différentes étapes qui ont conduit à cette ouverture. Le groupe Gemy avait envisagé plusieurs pistes. La première consistait à donner plus d'envergure au centre de reconditionnement angevin. La deuxième conduisait à un déménagement des troupes à Rennes. En fin de compte, la troisième voie a été retenue. "En dupliquant le schéma, nous pouvons garder une infrastructure à taille humaine qui ne nécessite aucune intervention de sous-traitants", raconte Thibault Jamin.

 

Thibault Jamin et Priam Puca, groupe Gemy. ©Le Journal de l'Automobile

 

Le site Autoprepar Bretagne a été pensé pour reconditionner 10 000 véhicules d'occasion par an. Autrement dit, il vient doubler la capacité du groupe Gemy. Cette filiale nourrit de grandes ambitions. Elle devrait fonctionner avec 2/3 de volumes en provenance de clients externes contre 1/3 de commandes internes. À Villevêque, c'est tout l'inverse.

 

Les forces commerciales démarchent donc les concessionnaires, les loueurs en tous genres et des constructeurs ayant des besoins. "Nous allons arrimer un premier loueur dès le début des opérations", se félicite Priam Puca, directeur commercial d'Autoprepar.

 

Vaste campagne de recrutement

 

À l'ouverture, une première équipe de 15 à 20 personnes animera les lieux, cinq jours par semaine. En septembre, une deuxième sera mise en place pour tourner en 2x8. La troisième équipe entrera en action en 2025. Une montée en régime qui n'a rien d'aisée. La Bretagne connaît une période saine sur le front de l'emploi. Le taux de chômage est descendu à 6,1 % au dernier trimestre 2023, contre 7,5 % à l'échelle nationale, selon les statistiques gouvernementales.

 

"Nous démarrons une vaste campagne de recrutement, annonce Thibault Jamin. Nous recherchons dans tous les types de métiers qui constituent une chaîne de reconditionnement. Nous leur faisons la promesse d'une organisation du temps de travail qui leur donnera de la possibilité d'aménager confortablement leur vie personnelle".  À ce jour, il ne manquerait que quelques personnes pour compléter les postes.

 

A lire aussi : Emil Frey France reprend l'usine VO du groupe Vulcain à Lyon

 

Outre la promotion sur les réseaux sociaux et l'évènement de job dating, une journée portes ouvertes se tiendra au printemps. Les troupes de Gemy pourront alors librement présenter Autoprepar Bretagne à des potentiels collaborateurs. Le groupe s'attend à recevoir des garagistes, mais aussi des apprentis issus des écoles locales. "Sur notre première phase de recrutement, nous observons un équilibre quantitatif entre les hommes et les femmes", savoure le superviseur du projet qui a un plan à trois ans.

 

Le centre Autoprepar angevin aura, dans un premier temps, une fonction de lieu de formation. Un bon moyen pour les nouveaux collaborateurs de comprendre les étapes de reconditionnement et la finalité de telles structures pour un groupe de distribution. Par la suite, Autoprepar Bretagne gagnera en autonomie au fil de la montée en compétences humaines.

 

Laboratoire de solutions écologiques

 

À l'extérieur, six cents places de stationnement ont été tracées au sol. Une petite partie d'entre elles servira aux employés. Le reste permettra de fluidifier l'activité et de stocker provisoirement des voitures d'occasion. Sous le goudron, Thibault Jamin a fait creuser un déversoir d'eau de pluie. Une réserve de plusieurs milliers de litres, capable d'alimenter l'activité pendant un mois et demi. "Le centre ne consommera que de l'eau pour les sanitaires. La facture sera donc réduite de 90 % environ", précise-t-il.

 

Dans la même idée, des panneaux photovoltaïques couvrent le toit. "En Bretagne, cela peut faire bien plus sourire que le recueil d'eau de pluie, plaisante le responsable du projet. Mais nous devrions économiser une grande partie de la consommation d'électricité. À certaines périodes de l'année, nous aurons un excédent". Sur un an, Autoprepar Bretagne pourrait diviser par deux les frais. L'isolation et les technologies diminueront, par ailleurs, de 30 % les coûts de gaz.

 

Le centre de reconditionnement s'étend sur près de 3 500 m2.

 

Weinmann Technologies a été mis au défi. Thibault Jamin ne voulait pas des configurations habituelles de cabines de peinture. "En misant au maximum sur le concept de smart repair, nous pensons avoir un résultat qualitatif, économique et rapide. Aucune cabine One Day Repair ne sera installée, dit-il. En revanche, nous aurons une cabine de chauffage pour l'apprêt. Nous saluons ce partenaire pour sa flexibilité".

 

Une piste sérieuse dans le Sud

 

Pour piloter l'activité, les équipes disposeront de Progicar Remarket, le logiciel commercialisé par l'autre filiale du groupe Gemy qui porte le même nom. Ce sera le premier déploiement de la V2. Une forme de pilote pour valider les évolutions allant dans le sens de l'interaction avec des outils plus modernes.

 

Dans son organigramme, Thibault Jamin a prévu un ordonnateur et un méthodiste. Le premier planifiera les opérations d'entrée/sorties. Fin connaisseur du métier et du rythme de travail, il aura la possibilité d'anticiper les montées en régime, comme à l'approche des opérations événementielles en concessions. Quant au méthodiste, il assurera une veille pour identifier des moyens de progresser.

 

A lire aussi : Stellantis & You et Alcopa Auction créent une coentreprise de reconditionnement

 

Plumelin se trouve au carrefour de deux axes routiers importants de Bretagne, la RN 24 et la D 767. Pourtant, le mètre carré de terrain se monnaie à un tarif relativement bas de 13 euros. "La commune nous a ouvert les bras pour garantir une diversité des activités présentes", dit-on chez Gemy. L'investissement a été conséquent, cependant. Il se situerait dans une fourchette entre 6 et 8 millions d'euros, selon nos estimations.

 

Rien en comparaison avec ce qui attend le groupe Gemy dans le sud de la France, où le tarif du mètre carré se situe à hauteur de 150 euros. Ce projet d'implantation trouvera-t-il enfin une issue à force d'efforts de recherche ? Encore faut-il réunir les prérequis listés par Thibault Jamin : la superficie du terrain, le bassin d'emplois, le potentiel commercial et les facilités logistiques.

Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle