S'abonner
Constructeurs

Le moteur thermique n’est (peut-être) pas mort

Publié le 15 avril 2022

Par Christophe Jaussaud
8 min de lecture
Sans remettre en cause le développement de l’électrique, qui a des vertus incontestables, le moteur à combustion associé aux carburants renouvelables pourrait tenir une place plus importante dans la décarbonation du parc automobile existant. Comme souvent, la compétition sert de laboratoire mais le défi s'adresse aussi à nos gouvernants.
Les 1,4 milliard de moteurs à combustion recensés sur la planète ne sont pas près de disparaître. Il vaudrait mieux réfléchir à comment les rendre plus propres, notamment avec un carburant renouvelable.
Les 1,4 milliard de moteurs à combustion recensés sur la planète ne sont pas près de disparaître. Il vaudrait mieux réfléchir à comment les rendre plus propres, notamment avec un carburant renouvelable.
La messe est dite ! La fin du mo­teur thermique est annoncée pour 2035 par la Commission européenne. La prise de pouvoir de l’électrique est programmée avec le plan Fit for 55. Mais le Parlement de Strasbourg et les députés sont moins affirmatifs qu’Ursula von der Leyen, présidente de la Commission. Début février 2022, ils avaient déjà déposé 658 amendements. Une intense pé­riode de lobbying a débuté avant le vote final en commission d[...]

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour accéder à la totalité de l'article abonnez-vous.
Abonnez-vous
Déjà abonné ? Connectez-vous
Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle