S'abonner
Constructeurs

La future coentreprise entre Honda et Sony pourrait être indépendante

Publié le 7 juin 2022

Par Jean-Baptiste Kapela
2 min de lecture
Dans une interview accordée au quotidien nippon Nikkei, le PDG de Sony a donné des précisions sur sa future coentreprise avec Honda dans les véhicules électriques. Celle-ci pourrait devenir indépendante et entrer en Bourse.
La Vision-S, le prototype 100 % électrique de Sony .
La Vision-S, le prototype 100 % électrique de Sony .

Comme un vent de liberté souffle sur la future coentreprise entre Sony et Honda. Les deux sociétés nippones réfléchissent à l’indépendance et à l’introduction en bourse de leur association spécialisée dans le véhicule électrique. C’est ce que le PDG de Sony a déclaré dans un entretien au quotidien économique japonais Nikkei, publié ce mardi 7 juin.

 

"Nous sommes d'avis qu'il serait mieux de rendre la coentreprise indépendante, à long terme, plutôt que de la placer sous la tutelle de Sony ou d'Honda", a déclaré Kenichiro Yoshida au Nikkei. Il a ajouté qu'une introduction en Bourse, ou l'entrée d'autres acteurs au capital de la société par d'autres moyens, était "une possibilité".

 

Les deux groupes japonais ont annoncé, début mars, leur intention de fonder plus tard cette année une coentreprise pour développer et vendre à partir de 2025 des véhicules électriques à batterie et "à haute valeur ajoutée".

 

Le constructeur automobile Honda sera chargé de fabriquer le premier modèle dans ses usines, tandis que le géant technologique Sony va développer des services et logiciels associés. Le PDG de Sony a promis au Nikkei de livrer plus de détails "dans un futur proche".

 

Quand l’électrique se sépare du thermique

 

D'autres constructeurs automobiles dans le monde préparent une scission entre leurs activités thermiques classiques et leurs activités électriques, comme l'américain Ford, le français Renault ou encore l'allemand Volkswagen avec sa marque de luxe Porsche.

 

Le but est de valoriser davantage leurs technologies électriques auprès des investisseurs, alors que leurs capitalisations en Bourse ont tendance à être pénalisées par leurs activités dans les moteurs thermiques.

 

À l'inverse, des constructeurs tout-électrique comme l'américain Tesla ont atteint des valorisations colossales, en particulier l'an dernier, bien que leurs ventes soient beaucoup plus modestes pour l'instant que celles de leurs concurrents généralistes. Kenichiro Yoshida a aussi estimé que Sony, avec ses capteurs et ses écrans OLED (à diode électroluminescente organique) était bien placé pour profiter du métavers, cet univers virtuel accessible en réalité augmentée qui pourrait devenir l'avenir d'internet.

 

"Nous allouons résolument nos investissements et nos dépenses de recherche-développement à la technologie des capteurs, y compris pour les voitures", a souligné le PDG de Sony. (Avec AFP)

Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle