S'abonner
Services

F2G se lance pour bousculer la garantie des voitures d'occasion

Publié le 20 octobre 2021

Par Gredy Raffin
5 min de lecture
Après trois années de préparation, Henri de la Roncière officialise l'arrivée de son entreprise sur le marché de la garantie panne mécanique des véhicules d'occasion. F2G souhaite libérer les vendeurs des contraintes de la gestion pour compte. 
La garantie F2G sera accessible aux revendeurs disposant d'un atelier pour assumer la réparation des VO sinistrés.
La garantie F2G sera accessible aux revendeurs disposant d'un atelier pour assumer la réparation des VO sinistrés.

Le paysage français des garantisseurs VO compte un nouvel entrant. Mardi 19 octobre 2021, Henri de la Roncière a présenté F2G, sa toute nouvelle société dédiée à l'activité de garantie des véhicules vendus d'occasion par les professionnels. Un lancement commercial qui vient clore un travail de trois ans de préparation du projet dont l'ambition affirmée est de bousculer l'ordre établi avec un modèle économique différenciant.

 

Tout part d'une observation de celui qui évolue dans le monde de l'automobile depuis plus de 20 ans aussi bien dans les rangs des distributeurs que des réparateurs et des constructeurs. Sous contrat de réparateur agréé Volkswagen à Beaupréau (49), il se dit confronté au quotidien aux problématiques de traitement des garanties. Le schéma de gestion pour compte comme celui de la vente de carnets d'entretien présentent, selon lui, plus de contraintes que d'avantage, alors que la réglementation en la matière se veut plus stricte depuis 2016. Les formules entament les marges des distributeurs, demandent des financements à fonds perdu et les couvertures régressent au-delà des trois ans, selon la grille définie par Orias.

 

Lire aussi : La hausse des coûts de réparation se poursuit selon CarGarantie

 

"Nous venons changer cet ordre établi en créant une offre profitable à toutes les parties", expose Henri de la Roncière. En prenant pour socle le modèle de la gestion pour compte, l'univers de F2G se concrétise sous la forme d'une plateforme digitale de gestion. Un ERP qui a demandé plusieurs centaines de milliers d'euros d'investissement afin de permettre aux garages de se connecter à l'environnement du garantisseur et traiter chacun des dossiers. De cette manière, le fondateur et son chef de projet, Alexandre Gatto, réunissent les conditions pour que la zone d'intervention des professionnels du VO s'élargissent au-delà de leur territoire de chalandise au bénéfice du consommateur.

 

Prix cassés à prestations équivalentes

 

La garantie F2G a été imaginée par un garagiste pour des garagistes. Chaque détail du système tend à le prouver. L'argumentaire repose sur trois piliers majeurs, dont la récupération de la marge pour les professionnels, l'optimisation de l’activité atelier pour générer du chiffre d’affaires et enfin l'accompagnement des vendeurs VO au quotidien. "Il faut garder à l'esprit que les constructeurs ont des objectifs des plus en plus élevés à l'après-vente et qu'il importe d'avoir toujours plus de leviers pour les atteindre et ainsi décrocher les rémunérations dont dépendent les entreprises", témoigne de son expérience Henri de Roncière.

 

Sur le papier, la garantie F2G offre une couverture équivalente à celle d'un constructeur durant 6 mois ou 12 mois (renouvelable une fois) pour les véhicules d’occasion âgés de 2 à 15 ans. D'un point de vue tarifaire, les économies réalisées pourront aller jusqu’à 60 % à périmètre équivalent par rapport à un contrat souscrit auprès des assureurs. Une approche qui minimise le risque de l’auto-gestion tout en étant moins chère que les carnets de garanties vendus par les assurances spécialisées. Mais l'Angevin se démarque surtout par sa gestion du fonds constitué par les cotisations. F2G s'engage à restituer jusqu’à 50 % des sommes en fin d’année, si aucune panne n’est survenue. Là encore, il s'agit d'une mesure allant dans le sens de la profitabilité des garages. "Nous assurons, ajoute le fondateur, une avance de fonds supplémentaire pouvant s’élever jusqu’à la moitié des fonds versés afin de protéger la trésorerie des garages les plus modestes".

 

Dans les faits, les garages restent maîtres des garanties. Depuis l'interface de supervision, ils arbitrent les choix de gestion des pannes ainsi que les modalités de la garantie. Ils seront aidés en cela par une base de données des statistiques de pannes et des taux de risque par modèle de véhicule fournie par F2G. La société angevine apporte par ailleurs un service conseil, de gestion des appels téléphoniques et organise la logistique de prise en charge des véhicules tombés en panne loin du garage d’origine. A noter que dans 90 % des cas de sinistres, les véhicules sont rapatriés chez le revendeur de sorte à alimenter l’activité de l'atelier et augmenter ainsi le volume de pièces et d'heures de main d’œuvre vendu.

Levée de fonds de 1,5 million d'euros en vue

 

Si le lancement officiel a lieu le 19 octobre, le démarchage en porte-à-porte a débuté il y un peu plus d'un mois, dès lors que la plateforme informatique a été livrée à F2G. Une dizaine de garages ont adhéré au mouvement et une dizaine supplémentaire étudie actuellement les formalités. "Nous sélectionnons nos partenaires, nuance cependant le fondateur, il est impératif pour le vendeur de véhicules d'occasion de détenir un atelier de qualité pour assumer le traitement des sinistres". La garantie F2G doit devenir un label de qualité, traduit-il son idée. La démarche de recrutement va s'accélérer et dépasser les frontières régionales pour s'étendre à la France. Le modèle nécessite d'avoir un cumul de 3 000 VO minimum en gestion pour que le bilan soit positif, a-t-il été calculé par le porteur du projet.

 

Lire aussi : Gras Savoye NSA avance vers l'extension de garantie

 

Les garanties des constructeurs ne couvrent pas tous les segments de produits. Une brèche dans laquelle il veut s'engouffrer pour convaincre des concessionnaires. Et l'un des anciens membres du top 20 de la distribution française, maintenant à la gestion d'une holding après avoir revendu ses affaires, a manifesté de l'intérêt pour F2G. une appétence pour le concept qui pourrait rapidement se traduire par une entrée au capital lors d'une très prochaine levée de fonds de 1,5 million d'euros environ. Communiquer sur des idées innovantes consomme des ressources financières et cette enveloppe est désormais très attendue par Henri de la Roncière.

Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle