S'abonner
Distribution

LS Group reprend bien l'affaire RRG de Rennes

Publié le 16 septembre 2021

Par Christophe Jaussaud
2 min de lecture
Sans véritable surprise, le site RRG de Rennes (35) va tomber dans l'escarcelle de LS Group qui a vendu celui de Nanterre (92) à la filiale de distribution de Renault.
Le site RRG de Rennes (35) va bientôt entrer dans LS Group.
Le site RRG de Rennes (35) va bientôt entrer dans LS Group.

Comme annoncé le 12 mars 2021, les transactions entre Renault Retail Group et LS Group sont en cours. Après le site de Nanterre (92), dont l'Autorité de la concurrence a rendu publique, en août dernier, l'offre de reprise de RRG, le 13 septembre 2021, cette même autorité a publié les détails de la reprise des sites RRG de Rennes (35) par le groupe dirigé par Edouard Schumacher.

 

Ainsi, SCA La Défense, filiale de LS Group, elle-même filiale de Lamirault Schumacher Distribution, va reprendre "les fonds de commerce et l'immobilier des établissements secondaires situés 300 rue de Fougères et 15 rue du Bosphore à Rennes. L’opération devra être réalisée au plus tard le 1er novembre 2021."

 

Le site de Chatou resterait chez LS Group

 

En mars dernier, Edouard Shumacher avait expliqué pourquoi le site RRG de Rennes était important pour le groupe : "Nous avons la volonté de rééquilibrer d’un point de vue géographique le groupe qui était un peu trop centré sur Paris par rapport aux implantations du Grand Ouest. Et surtout il nous manquait en Bretagne Nord une vraie capitale économique, ce que nous avons trouvé avec Rennes. Si la reprise du site RRG sur cette ville se confirme, nous allons pouvoir multiplier par trois notre volume de vente sur cette zone."

 

Dans cette vaste transaction entre RRG et LS Group, le site de Chatou (78) avait été évoqué mais il semble que LS Group ait décidé de conserver cette représentation dans les Yvelines et de ne pas la vendre à la filiale de distribution du constructeur français.

 

Rappelons que depuis l'annonce de la vente de 8 sites en France, RRG a effectivement vendu ses affaires de Hyères et La Seyne-sur-Mer (83) au groupe Synethis, celles de Saint-Herblain et de Carquefou (44) à Jean Rouyer, tandis que celles de Nîmes (30) et de la plaque lilloise devraient rejoindre les rangs des Grands Garages du Pas-de-Calais (GGP).

 

 

Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle