S'abonner
Services

Les Français prêts à renoncer aux voitures neuves pour l'environnement

Publié le 20 juin 2023

Par Gredy Raffin
3 min de lecture
Une étude de YouGov pour la société de logistique automobile Hiflow révèle les pistes des automobilistes français pour réduire leur impact environnemental. S'ils sont demandeurs d'innovations, ils sont aussi disposés à tourner le dos aux voitures neuves au profit des VO.
etude yougov hiflow france
Selon YouGov, plus d'un tiers des Français sont disposés à opter pour une voiture d'occasion afin d'optimiser le parc existant. (©Journal de l'Automobile)

Les consommateurs français sont de plus en plus nombreux à concevoir un avenir sans voiture neuve. Dans une étude réalisée par YouGov pour Hiflow, à l'occasion des dix ans de la société de logistique automobile, il apparaît que 35 % des automobilistes français sont disposés à renoncer à l'achat de voitures neuves et à opter pour le marché de l'occasion.

 

Cette tendance s'explique par le désir de maximiser l'utilisation des véhicules déjà existants, contribuant ainsi à la réduction de la production automobile. Parmi les répondants, les jeunes se montrent particulièrement enclins à choisir l'occasion, avec 41 % des 18-24 ans privilégiant cette option.

 

Un résultat qui trouve écho dans un phénomène plus large. En effet, 37 % des 1 005 personnes sondées fin mai 2023 estiment qu'il faut réduire la production de voitures et optimiser l'utilisation du parc existant pour améliorer l'empreinte carbone de l'industrie automobile sur l'environnement.

 

L'ombre de l'inflation

 

D'une manière générale, les consommateurs attendent plus d'innovation de la part des constructeurs. Près de deux-tiers (64 %) placent cet enjeu au sommet des priorités. Ils espèrent constater une optimisation des motorisations et du poids des véhicules, par exemple, voire émerger des carburants alternatifs.

 

Pourtant, la voiture électrique n'obtient pas de plébiscite. L'engouement s'avère plus modéré : seuls 22 % des automobilistes envisagent, selon YouGov, de passer à l'électrique pour réduire leur empreinte carbone. Lors de l'achat d'une voiture neuve, seulement 15 % des Français choisiraient une motorisation électrique, plaçant ainsi cette option en dernière position, derrière les hybrides notamment (27 %). La faute aux préoccupations relatives à l'infrastructure de recharge, au coût élevé et aux incertitudes quant à l'impact environnemental réel.

 

A lire aussi : Les propositions du Sénat pour sortir de l’impasse des ZFE

 

"Les Français se montrent particulièrement concernés et volontaires pour améliorer l’empreinte du secteur, relève Laura Peterschmitt, DGA de Hiflow. Ces dernières années, malgré la crise de la production de véhicules, Hiflow n'a jamais autant déplacé de voitures. Le rôle d'Hiflow est essentiel pour maximiser l'usage du parc existant, afin d'acheminer rapidement les véhicules aux usagers et assurer des cycles de vie rapides entre les différents propriétaires ou locataires".

 

Cette étude met en évidence la volonté des consommateurs de s'engager individuellement dans la transition vers une mobilité plus durable. 48 % des conducteurs se disent prêts à réduire leur vitesse au volant (55 % des 45-54 ans). 36 % affirment, quant à eux, opter pour des solutions de mobilité alternatives (56 % des 18-24 ans). Des nouveaux réflexes évidemment conditionnés par le contexte inflationniste.

 

D'ailleurs, l’étude montre une préoccupation des Français liée au coût d’usage de leur véhicule. Entre la consommation de carburant et les frais d’entretien au regard de l'utilité réelle du véhicule au quotidien, les Français ajustent leur comportement. Ainsi juste après le prix, la consommation du véhicule (l'étiquette énergie) devient le critère de choix le plus mentionné pour l’achat d’une voiture neuve ou d’occasion (39 %).

Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle