S'abonner
Services

Levée de fonds : Cartage, l'assureur de l'autopartage, défend son modèle CtoC

Publié le 19 mars 2024

Par Jean-Baptiste Kapela
3 min de lecture
La jeune start-up spécialisée dans l’assurance de véhicules partagés a annoncé un "premier" tour de table de 500 000 euros. Cartage qui va pouvoir lancer son application, veut également promouvoir l'intérêt social de son produit d'assurance qui lève l'un des derniers verrous de l'autopartage.
L'équipe de Cartage, qui vient de réaliser une levée de fonds de 500 000 euros. ©Cartage

Se lancer dans l’autopartage entre particuliers est une bonne idée sur le principe. À part quelques exceptions, jusqu’à présent, les entreprises qui se sont lancées sur le sujet se sont souvent cassées les dents ou ont changé de braquet vers le BtoB. Mais la start-up Cartage, fondée en 2022 par Oscar Bourgeois et Raphaël Toledano, persévère dans cette démarche, convaincue qu’il s’agit de la meilleure solution pour décarboner l’automobile.

 

Pour se donner les moyens de grandir, la jeune pousse annonce une première levée de fonds de 500 000 euros. Un tour de table ayant permis de réunir une dizaine de spécialistes de la tech et de la mobilité. En plus de ces différents investisseurs, la Fondation des Mines de Paris, l’école d’où viennent les deux fondateurs, a contribué à la levée de fonds. Cette dernière permettra à la start-up d’accroître ses effectifs, de lancer son application mobile et sensibiliser pour toucher de nouveaux territoires.

 

A lire aussi : Cetelem et Getaround font cause commune dans l'autopartage

 

"Lorsque Oscar Bourgeois et Raphaël Toledano m’ont présenté Cartage et leurs ambitions, j’ai été convaincu par leur vision et surtout leur mission, complètement alignées à celle que nous avons construite chez Roole, d’une mobilité plus responsable et solidaire", affirme David Tuchbant, président de Roole, qui compte parmi les investisseurs.

 

Cartage a déjà tissé un réseau d’une dizaine de partenaires stratégique comme Roole ou des campus étudiants à l’image de Centrale Supélec et Dauphine ou encore des comparateurs d'assurances.

 

De l’autopartage entre proches

 

"Nous voulons passer d’une société avec deux voitures par foyer à deux foyers par voiture. Cette levée de fonds est la première étape clé pour la promotion de la mobilité durable dédiée au partage de voitures entre proches, explique Oscar Bourgeois. Nous voulons réduire l’impact écologique du transport en promouvant le partage à l’achat, et favoriser un accès durable à la mobilité pour tous et toutes."

 

Contrairement à d’autres acteurs s’étant essayé à l’autopartage CtoC via une plateforme, la start-up a choisi une autre approche. En effet, cette dernière a lancé une offre d’assurance à la journée dont l’objectif est de sécuriser à la fois le propriétaire du véhicule et l’emprunteur, présenté comme le principal frein à l’autopartage selon les deux cofondateurs de Cartage.

 

A lire aussi : Lynk&Co érige son système d’autopartage en France

 

Le service est ouvert à tous les conducteurs. L’utilisateur doit pour cela se rendre sur le site de la start-up et rentrer des informations personnelles et la plaque d’immatriculation de la voiture empruntée. Un service coûtant cinq euros et permettant de couvrir le conducteur en cas d’accident et aussi de rembourser les frais restants à la charge du propriétaire.

 

Ainsi, la jeune entreprise ne se focalise pas sur l’autopartage entre inconnus, mais entre personnes de confiance, entre voisins, au sein de la famille ou encore entre amis. D’après les données de la jeune entreprise, après l’utilisation de son service, 26 % des emprunteurs et 36 % des prêteurs réutilisent régulièrement le service.

Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle