S'abonner
Constructeurs

Stellantis présente son plan stratégique pour 2030

Publié le 1 mars 2022

Par Catherine Leroy
6 min de lecture
De l'électrique, de la data, des nouveaux services, de fortes ambitions dans le premium... Carlos Tavares a dressé la feuille de route de Stellantis jusqu’en 2030. Objectif : doubler le chiffre d'affaires, tout en maintenant une marge opérationnelle supérieure à 12 %.
Carlos Tavares, directeur général de Stellantis, a dévoilé son plan stratégique le 1er mars 2022. © Stephane Sby Balmy
Carlos Tavares, directeur général de Stellantis, a dévoilé son plan stratégique le 1er mars 2022. © Stephane Sby Balmy

Doubler son chiffre d’affaires pour atteindre 300 milliards d’euros et une marge opérationnelle supérieure à 12 % : le plan stratégique de Stellantis, baptisé Dare Forward 2030, et présenté par Carlos Tavares, le directeur général, ne manque pas d'ambitions, mais comme aime à le rappeler le dirigeant, Stellantis est un groupe qui aime la compétitivité. "Dare Forward (Osez aller de l'avant) 2030, nous inspire afin de devenir bien meilleur que nous ne l’avons jamais été", a-t-il déclaré. "Nous allons élargir notre vision, repousser les limites et adopter un nouvel état d’esprit, avec pour objectif la transformation de la mobilité sous tous ses aspects."

 

A lire aussi : Marge opérationnelle record pour Stellantis en 2021

 

La promesse de ces résultats impressionne puisqu’il s’agit de doubler le chiffre d’affaires du groupe d’ici moins de dix ans, tout en préservant et en augmentant la marge opérationnelle. Celle-ci passe par une "excellence opérationnelle à grande échelle" puisqu’il s’agit de baisser de 40 % le coût de fabrication des véhicules électriques, le coût de production, de distribution le tout pour maintenir un point mort inférieur à 50 % des facturations. Enfin, les 5 milliards d'euros de synergies promises lors de la fusion entre PSA et FCA seront réalisés dès 2024.

 

 

100 % de véhicules électriques en Europe en 2030

 

Ce dernier, lors d’une présentation à Amsterdam, où siège le nouvel ensemble automobile, a annoncé vouloir atteindre la neutralité carbone à l’horizon 2038 avec une baisse de 50 % des émissions de CO2 d’ici 2030. Pour parvenir à cet objectif le dirigeant avance l’objectif de vente de 100 % de véhicules électriques en Europe à cette échéance et 50 % aux USA. De 19 modèles 100 % électriques en 2021, le groupe doit proposer dans son catalogue 75 modèles, dont 60 en Europe et 25 aux USA. A ce titre, le premier SUV 100% électrique de la marque Jeep sera commercialisé dès 2023. Suivra le pick-up Ram BEV en 2024.

 

Des étapes intermédiaires sont prévues pour cet objectif, avec 45 modèles en 2024 et 70 en 2027. Plus largement, les 14 marques du groupe vont lancer plus de 100 modèles entre 2022 et 2030. 5 millions de véhicules électriques seront vendus en 2030 contre 200 000 cette année, selon Carlos Tavares qui confirme les engagements pris par le groupe lors de l'évènement EV Day, qui présentait le plan d'électrification des marques.

 

Quatre plateformes (STLA Small, Medium, Large et Frame) serviront de base aux modèles des 14 marques. "Notre écosystème électrique est prêt", a assuré Carlos Tavares, intégrant les moteurs issus de la JV avec Nidec, les 5 usines de batteries, participant à une capacité de 400 GWh, dont 250 pour l'Europe et 150 pour l'Amérique du Nord, mais aussi la recherche concernant la technologie de batterie solides avec Factorial Energy.

 

L'hydrogène est bien sûr compris dans ce plan notamment pour les véhicules utilitaires avec un déploiement sur tous les segments de VUL de cette technologie. Dès 2024, ce sont 10 000 unités de VUL à hydrogène (petits et grands fourgons), contre 1 000 aujourd'hui pour les Expert, Jumpy et Vivaro. Une offre de grands fourgons hydrogène qui sera aussi disponible aux États-Unis à partir de 2025 avec une capacité de 10 000 unités également.

 

Stellantis va créer également une nouvelle Business Unit pour cette activité VUL. Elle va lancer 26 nouveautés d'ici 2030 et le mix électrique devrait atteindre 40 %. En Europe et aux Etats-Unis, 100 % de la gamme VUL et pick-up seront électriques en 2027. La mission de cette nouvelle BU sera de multiplier ses revenus par 2 sur la période. Les services connectés seront également de la partie.

 

Générer des revenus partout

 

Doubler le chiffre d’affaires passera notamment par de fortes ambitions pour les marques luxe et premium du groupe, soit Maserati, Alfa Romeo, Lancia et DS Automobiles dont le chiffre d’affaires doit être multiplié par 4 et les profits par 5. De quoi faire passer leur part dans les revenus du groupe de 4 à 11 %.

 

Tous les segments devront générer des revenus supplémentaires. Mais d'autres développements sont en cours comme par exemple l’économie circulaire. Une stratégie qui n’est pas sans rappeler l’investissement réalisé par le groupe Renault avec l’usine de Flins. Chez Stellantis, ce point signifie la réparation, la réutilisation, le recyclage et le reconditionnement de véhicules d’occasion, générant 2 milliards d’euros de chiffres d’affaires en 2030.

 

Mais l'essentiel de cette croissance dans les revenues viendra du software avec un objectif de 20 milliards d'euros de chiffre d'affaires à horizon 2030

 

De l'industriel à la Tech Company

 

Carlos Tavares l'avait également annoncé lors du Software Day : Stellantis a pour ambition de devenir une Tech Company. Les 34 millions de véhicules connectés du groupe en circulation sont en effet "monétisables", que ce soit par la vente de services et d'abonnements, d'options à la demande, de gestion de flotte.

 

Les accords signés avec Foxconn pour les cockpits intelligents ou encore Amazon pour les véhicules connectés, serviront de point de développement, tout comme le partenariat avec Waymo. De quoi générer près de 20 milliards d'euros de revenus à l'issue du plan. Ce dernier accord avec Waymo apportera sur la route un véhicule autonome de niveau 4 après 2024. L'ensemble des datas captées par le groupe doivent apporter 9 milliards d'euros de chiffres d'affaires sur les 20 milliards de ce pilier.

 

 

Un tiers des ventes en digital en 2030

 

Carlos Tavares ne s'en est jamais caché : selon lui la distribution coûte trop cher et le dirigeant veut établir une relation directe avec le client. En 2021, le groupe avance 100 000 ventes digitales dans le monde et toutes marques confondues. Jusqu'à 2024, ce volume sera doublé chaque année avec comme objectif final de réaliser un tiers des ventes en ligne en 2030.

Capter le client signifie également lui vendre un financement dont les revenus seront captés directement. Les revenus du financement doivent ainsi passer de 2,9 milliards d'euros en 2021 à 5,8 milliards en 2030. La stratégie décidée avec BNP Paribas, Santander et Credit Agricole, servira cette croissance.

Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle