S'abonner
Constructeurs

Stellantis entre au capital de Stimcar

Publié le 20 janvier 2022

Par Gredy Raffin
4 min de lecture
Par l'intermédiaire de sa filiale de distribution Stellantis & You, le constructeur a pris une part majoritaire dans Stimcar. Une entrée au capital qui servira à financer de nouveaux centres de reconditionnement VO en France et en Europe.
Stimcar va passer de 3 à 12 ateliers de reconditionnement VO en 2022.
Stimcar va passer de 3 à 12 ateliers de reconditionnement VO en 2022.

Le temps des expérimentations laisse place à celui de l'industrialisation. Le groupe Stellantis a pris la décision d'entrer majoritairement au capital de Stimcar, la société spécialisée dans l'établissement de centres de reconditionnement de véhicules d'occasion.

 

L'opération, dévoilée jeudi 20 janvier 2022, a été conduite par la filiale Stellantis & You, Sales and Services qui collaborait avec la start-up depuis 2019 à Nantes (44) sous forme de contrat commercial.

 

Cet investissement, dont le montant n'a pas été révélé, traduit la volonté de Stellantis de monter en puissance sur l'activité de reconditionnement alors que ses transactions de VO pourraient atteindre 100 000 unités en 2022. Le groupe disposait jusqu'alors d'une infrastructure à Hordain dans le nord de la France pour stocker et préparer des exemplaires en retour de location. Il s'agit désormais de pouvoir s'appuyer sur un réseau plus vaste, en finançant une partie du déploiement national programmé par Yann et Jean-François Brazeau, les frères à l'origine de la société nantaise.

 

Stellantis a suivi l'habituel mode opératoire. "Nous prenons une participation majoritaire et nous laissons une pleine autonomie", résume Marc Lechantre, le directeur de la division VO du groupe Stellantis. Cela a été vrai pour Aramis Group ou pour Carventura.

 

Stimcar n'échappe pas à la règle. Les fondateurs pourront donc mettre en œuvre leur stratégie de maillage. Après avoir ouvert à Nantes, Bordeaux (33) et Toulouse (31), il avait été annoncé une ouverture à Lyon (69) durant le premier semestre 2022. Huit autres zones ont été identifiées. Stimcar cherche notamment des emplacements à Rouen (76), Trappes-Saint Quentin (78), Marseille (13), Montpellier (34), Lille (59), Montargis (45) ainsi qu'à Rennes (35), où la première tentative s'était soldée par un échec. Une ambition qui aboutira à la création de quelque 300 emplois en France d'ici à fin 2022.

 

Une relation non exclusive

 

L'Hexagone ne sera pas le seul terrain de collaboration entre le constructeur et sa nouvelle filiale. En effet, après cette première salve, le plan prévoit d'exporter le modèle à l'échelle européenne. Dès 2023, Stimcar ira sur des marchés où Stellantis opère en vue d'accompagner le développement du groupe et d'accompagner des clients en demande de capacité de reconditionnement. "La priorité sera donnée à la péninsule ibérique et à l'Allemagne", révèle Anne Abboud, la directrice de Stellantis & You, Sales and Services dont le propos insiste sur l'absolue nécessité de disposer de compétences.

 

Stimcar ne changera en rien son modèle d'affaires. Il reposera toujours sur des ateliers de 1 000 à 1 500 m² plutôt que des usines. "Cas échéant, nous pourrions ouvrir 2 centres pour couvrir une agglomération", explique Yann Brazeau qui dimensionne les sites de sorte à traiter 8 000 unités par an en gardant un maximum de proximité pour contenir les coûts logistiques. La relation avec le constructeur ne sera pas exclusive et tous les types de clients, dont des concessionnaires d'autres marques ou des loueurs, pourront faire appel au service de reconditionnement. "La preuve est que nous allons ouvrir dans des villes où Stellantis & You n'est pas présent", reprend-t-il.

 

A lire aussi : 45 000 voitures d'occasion reconditionnées par an sur le site Renault de Flins

 

Cette distanciation concerne également l'approvisionnement en pièces de rechange. Stimcar pourra se fournir auprès de toutes les plateformes. Cependant, Yann Brazeau rapporte qu'à Nantes, le site le plus mature du jeune réseau, la relation est devenue étroite avec Distrigo, la plateforme PR de Stellantis, qui affiche la meilleure qualité de service.

 

A l'inverse, Stellantis ne prend pas l'engagement systématique de recourir aux ateliers de Stimcar. Comme l'explique Marc Lechantre, le groupe ne s'interdit pas d'ouvrir ses propres usines de reconditionnement sur certains territoires. Reste aussi à régler certains sujets locaux.

 

Prenons l'exemple de Lyon où la succursale de Stellantis travaille de longue date avec un agent local, MS Automobiles. Ce dernier achève actuellement les travaux d'un centre de reconditionnement dont les prévisions de développement tablent sur des flux VO provenant majoritairement de Stellantis & You. "Les contrats seront gérés au cas par cas, avance Anne Abboud. Mais il est évident que nous allons privilégier une  réorientation vers Stimcar dès que possible".

Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle