S'abonner
Constructeurs

Renault limite la casse au premier trimestre 2022

Publié le 22 avril 2022

Par Christophe Jaussaud
4 min de lecture
Malgré des ventes en recul de 17,1 % sur le premier trimestre 2022, le groupe Renault a réussi à limiter la baisse de son chiffre d'affaires à 2,7 %. Le carnet de commandes atteint un niveau record, avec 3,9 mois de ventes, mais encore faut-il pouvoir livrer.
La gamme E-Tech a représenté 36 % des ventes VP de la marque Renault en Europe durant le premier trimestre 2022. © Jean-Brice LEMAL/Planimonteur
La gamme E-Tech a représenté 36 % des ventes VP de la marque Renault en Europe durant le premier trimestre 2022. © Jean-Brice LEMAL/Planimonteur

Après être revenu dans le vert durant l'exercice 2021, le groupe Renault débute 2022 avec des ventes en baisse de 17,1 %, à 551 733 unités, pour le premier trimestre, et un chiffre d'affaires de 9,748 milliards d'euros, en recul de 2,7 %.

 

"Dans un environnement de marché très perturbé par le conflit en Ukraine, la crise des semi-conducteurs et l'inflation, Renault Group poursuit son redressement et accélère le déploiement de sa stratégie", a commenté Thierry Piéton, directeur financier du groupe.

 

Les résultats commerciaux du premier trimestre 2022 ont notamment été impactés par "la baisse du marché automobile en Europe en lien avec la pénurie des semi-conducteurs, affectant principalement les ventes de la marque Renault, Dacia étant moins exposé aux fournisseurs les plus touchés", indique le constructeur dans un communiqué.

 

336 000 VN en stock

 

Faute de voitures à livrer, le portefeuille de commandes du groupe en Europe à fin mars est à "un niveau record depuis 15 ans" et représente 3,9 mois de ventes. Au 31 mars 2022, les stocks totaux (y compris le réseau indépendant) représentent 336 000 véhicules (soit 63 jours de ventes passées), contre 487 000 véhicules à fin mars 2021 et sont stables par rapport au 31 décembre 2021.

 

Le groupe souligne la bonne tenue de ses modèles électrifiés et sa performance sur le canal des particuliers. Ainsi, Renault a totalisé 9 000 commandes d'Arkana dont 60 % en E-Tech et 60 % à particulier. La Megane E-Tech a quant à elle enregistré 10 000 commandes en deux mois, "un lancement prometteur" selon Renault, d'autant qu'il s’agit à 70 % de versions supérieures. Plus largement, la gamme E-Tech (BEV, PHEV et HEV) a représenté 36 % des ventes de VP de la marque Renault en Europe, soit 13 points de mieux qu'un an plus tôt.

 

A lire aussi : Ivan Segal, Renault : "Nous poussons les véhicules vers les particuliers"

 

Chez Dacia, les feux sont au vert avec des ventes en croissance de 5,8 %. La Sandero demeure leader sur le canal des particuliers en Europe, la Spring a enregistré 20 500 commandes en Europe au T1 et le Jogger s'annonce comme un succès avec 36 500 commandes en 4 mois. Reste maintenant à pouvoir livrer tout ça.

 

Une perte de production de 300 000 unités

 

Quant à l'activité en Russie, AvtoVaz (Lada) et Renault Russie affichent des ventes amputées d'un tiers et un chiffre d'affaires en baisse de 15,7 % sur la période, à 894 millions d'euros (527 millions pour AvtoVaz et 367 millions pour Renault). Sans tenir contre des activités en Russie, le chiffre d'affaires du groupe est de 8,9 milliards, en baisse de 1,1 %.

 

Pour l'ensemble de l'exercice 2022, le groupe a confirmé ses objectifs financiers mis à jour fin mars, visant une marge opérationnelle "de l'ordre de 3 %" pour l'exercice. Le sujet russe est sensible et le constructeur réfléchit toujours à la suite à donner mais Renault n'oublie pas la crise des semi-conducteurs qui sera encore très pénalisante cette année. Il estime qu'il y aura pour lui une perte de production de 300 000 voitures, principalement sur le premier semestre de l'année.

 

 

Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle