S'abonner
Constructeurs

La direction VO de Renault va privilégier la qualité au volume

Publié le 24 mai 2022

Par Gredy Raffin
4 min de lecture
Les nouvelles priorités de la direction nationale de Renault sont claires : le réseau de distribution va viser, en 2022, un objectif de qualité et non de quantité en matière de VO. Nicolas Lemaignen, le directeur en charge de l'activité, livre les détails.  
Les VO âgés de 2 à 5 ans ont progressé de 21 % en volume sous le label VO de Renault au premier quadrimestre 2022.
Les VO âgés de 2 à 5 ans ont progressé de 21 % en volume sous le label VO de Renault au premier quadrimestre 2022.

Renault change de braquet. "Nous allons privilégier la qualité au volume de ventes VO", a lancé Nicolas Lemaignen, lors d'un entretien accordé tout récemment au Journal de l'Automobile. Le directeur de l'activité VO de Renault France expose ainsi la ligne de conduite qui a été fixée au réseau de distribution pour l'année 2022.

 

"Il s'agira de prendre davantage soin des véhicules d'occasion dans la préparation en amont, puis dans la manière de les commercialiser, explique-t-il. Renault souhaite accroître la pénétration des contrats de LOA et des contrats de services, mais aussi allonger la durée moyenne des garanties". L'enjeu étant d'améliorer le bénéfice par véhicule livré et la fidélité dans le temps au profit du réseau, du constructeur et du client final.

 

Les formules locatives constituent très clairement une priorité pour Nicolas Lemaignen. Au premier quadrimestre 2022, il rapporte une pénétration de 13 % de la LOA dans les ventes VO, en hausse de 40 % en volume. "Nous pensons donc pouvoir atteindre 30 % en 2024", évoque-t-il l'ambition de Renault en France.

 

+21 % pour les VO du segment 2-5 ans

 

Un premier quadrimestre qui a souri à Renault et ses concessionnaires. Sur un marché du VO de moins de 5 ans, en baisse de 18 % environ en France, le label Renew a signé une hausse de 5,4 % des immatriculations dans le réseau, à 80 300 unités. Le seul segment des VO de 2 à 5 ans progressant de 21 % durant la période.

 

A lire aussi : La voiture d'occasion, premier motif d'appel en concession en avril 2022

 

Les difficultés d'approvisionnement n'ont pas entravé la marche en avant de la Zoe. La citadine électrique a totalisé 5 600 mises à la route dans le réseau, soit deux fois plus qu'il y a un an. Une performance encourageante puisque durant l'année 2021, les concessionnaires ont écoulé 10 000 Zoe d'occasion sur l'ensemble de l'exercice. A noter que 7 Zoe d'occasion sur 10 sont assorties d'un contrat de location.

 

Aux VPO en croissance, les VUL d'occasion répondent par une stabilisation des volumes. A fin avril, le cumul des ventes d'utilitaires labellisés Renew Pro flirte avec la barre des 6 000 unités comme l'an passé. "Nous y parvenons grâce à un approvisionnement qui dépend en priorité du constructeur et des buy back", commente le directeur d'activité.

 

La Refactory passe la barre des 10 000 VO reconditionnés

 

Il ne se voile pas pour autant la face : Renault fournira moins de VO à son réseau en 2022. Le directeur national ne précise cependant pas dans quelle proportion le constructeur sera impacté par la situation que l'on connaît. Quid des tarifs dans ce contexte ? "Il y a une augmentation avérée", se limite-t-il à commenter. En 2021, sous le label Renew, les prix des VOP a bondi de 25 % environ, apprendra-t-on ensuite.

 

Ce n'est évidemment pas la conjoncture rêvée pour le démarrage de la Refactory, l'usine de reconditionnement VO de Flins (78). Cependant, elle vient de franchir, au mois de mai 2022, le cap des 10 000 véhicules traités sur les chaînes permettant aux équipes sur place de parfaire leur maîtrise de l'exercice pour les années à venir.

 

A lire aussi : Sébastien Frezza, BMW Group France : "Nous lançons une plateforme européenne d'enchères"

 

A défaut de flux en provenance de la maison mère ou des reprises, les concessionnaires sont armés pour trouver d'autres sources. A la faveur d'un module spécifique mis en place par Renault, l'acte de rachat à particulier a réalisé un bond de 30 % l'an passé. "Ce qui est assez fort, reconnait Nicolas Lemaignen. Le réseau s'active bien sur ce canal".

 

Il n'empêche que le directeur VO de Renault n'y voit là qu'une solution à court terme. Un traitement palliatif qui, dans le temps, sera supplanté par un modèle économique fondé sur la LOA. La seule formule à ses yeux qui assure un bénéfice à chacune des parties, dont le consommateur.

Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle