S'abonner
Services

Rev Mobilities vise les 5 000 bus, cars et camions rétrofités d’ici 2030

Publié le 15 mars 2022

Par Florent Le Marquis
4 min de lecture
En s’associant à pepper motion, Rev Mobilities veut faire de la conversion des bus, cars et camions thermiques en électriques une solution d’avenir en France. Pour les deux partenaires, le rétrofit se place comme une alternative crédible au véhicule neuf.
Sur dix ans, un bus rétrofité permet d'économiser environ 300 tonnes de CO2. © Rev Mobilities
Sur dix ans, un bus rétrofité permet d'économiser environ 300 tonnes de CO2. © Rev Mobilities

"Ce partenariat est le fruit de quatre ans de travail." Arnaud Pigounides, fondateur et PDG de Rev Mobilities, avait du mal à dissimuler son enthousiasme ce mardi 15 mars, au moment de présenter l’accord entre sa start-up et le groupe industriel allemand pepper motion, leader du rétrofit en Europe avec ses kits rétrofit. Il s’agit de la première coopération franco-allemande pour la conversion de cars et bus thermiques en électriques. Les camions qui transitent ou livrent dans les agglomérations sont également intégrés au projet.

Une alternative crédible au neuf électrique

Damien Pichereau, député de la Sarthe et vice-président de la Commission du développement durable et de l’aménagement du territoire, est revenu sur le contexte : "Le transport est responsable de 30 % des émissions de gaz à effet de serre en France. Au rythme du renouvellement du parc, nous n’irons pas assez vite pour atteindre les accords de Paris d’ici 2050 : il faut donc accélérer et agir tant sur le stock que sur le parc roulant."

 

L’objectif de ce partenariat est ainsi de répondre aux défis environnementaux et urbains, et de décarboner les flottes de bus dans l’Hexagone. Deux ans après la signature du décret relatif aux conditions de transformation des véhicules à motorisation thermique en électrique à batterie ou à pile à combustible, les homologations, normes et règles ont eu le temps de se mettre en place. L’heure est désormais à l’action. "Il y a un marché qui commence à se structurer", ajoute Arnaud Pigounides.

Objectif 5 000 véhicules rétrofités d’ici 2030

Avec l’appui de pepper motion, l’action de Rev Mobilities est simple. "Récupérer des bus des agglomérations, les convertir et leur redonner", résume le fondateur du spécialiste français du rétrofit. L’objectif à horizon 2030 est annoncé. "Avoir converti 5 000 bus et camions de plus de 7,5 tonnes, selon Andreas Hager, CEO de pepper motion. On estime à 300 tonnes de CO2 l’économie réalisée en dix ans sur un poids lourd rétrofité (-87 %). Sur 5 000 véhicules, on est donc à 1,5 million de tonnes, c’est pas mal !"

 

Et l’autonomie des batteries, jusqu’à 250 kilomètres (240 kWh), répond à "entre 75 et 100% des besoins" des agglomérations, assure Arnaud Pigounides. Ce dernier précise qu'il faut 700 heures pour rétrofiter intégralement un bus, et que "cela coûte environ 250 000 euros, alors que l’achat d’un bus neuf électrique revient au minimum au double". Raison pour laquelle "il y a déjà une vraie demande de la part de plusieurs agglomérations". Pour la marque Mercedes-Benz Trucks, les bus Citaro C1 et Citaro C2 et les camions Actros et Atego sont les premiers à bénéficier des solutions de rétrofit pepper motion sur le marché français.

Un marché qui a de l’avenir

Mais ce marché peut-il s’installer dans la durée, alors que les hybrides et électriques entrent progressivement sur le parc ? Les principaux intéressés en sont convaincus. "Nous pensons que l’on peut avoir un marché long et soutenu jusque dans les années 40-50, a estimé Max Blanchet, senior managing director du cabinet de conseil Accenture. Aujourd’hui, 80 % du parc est thermique. Si, en 2035, il sera interdit de fabriquer des motorisations essence et diesel, seul 17 % du parc roulant devrait alors être électrique : c’est très long de le transformer. Le rétrofit pourrait permettre d’augmenter cette part à 25 %."

 

Et d’autres éléments pourraient participer à l’explosion de ce marché. "Les ZFE, quand elles concerneront toutes les agglomérations de plus de 150 000 habitants, pourraient accélérer encore plus les besoins de rétrofit, a ajouté Max Blanchet. Et si le prix du carburant continue d’augmenter, cela aura aussi un effet positif sur cette logique."

 

A lire aussi : Rev Mobilities s'associe à la Mapa pour pousser le rétrofit chez les pros de l'alimentaire

 

A noter que Rev Mobilities a fait appel à Dekra pour l’accompagner sur l’aspect sécuritaire. Le groupe l’aidera entre autres sur la création de standards techniques, le contrôle des véhicules rétrofités, la formation du personnel, la compréhension de la réglementation ou encore l’historisation des données.

Un tour de France en préparation

Pour pleinement lancer ce partenariat, Rev Mobilities et pepper motion entameront, le 25 avril 2022, un "tour de France de la décarbonation". Ce premier roadshow s’arrêtera dans 28 villes de France, ainsi qu’à Bruxelles (Belgique) et Genève (Suisse). La dernière étape est prévue à Lyon les 23 et 24 juin.

 

Parallèlement à l’électrique, pepper motion travaille actuellement sur une version hydrogène, avec des véhicules à l’autonomie de 500 kilomètres. Mais le projet est encore "balbutiant" de l’aveu des intéressés. Chaque chose en son temps, et le temps présent est donc dédié à l’électrique.

Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle