S'abonner

Rev Mobilities s'associe à la Mapa pour pousser le rétrofit chez les pros de l'alimentaire

Publié le 23 novembre 2021

Par Gredy Raffin
4 min de lecture
A l'occasion de la parution d'une étude réalisée conjointement, le spécialiste du rétrofit et la mutuelle des professions de l'alimentaire ont annoncé le lancement d'une offre dès 2022. Rev Mobilities et la Mapa souhaitent accompagner les artisans dans leur transition écologique.
Rev Mobilities et la Mapa ont entériné le lancement d'une offre conjointe de rétrofit de VUL dans les mois à venir.
Rev Mobilities et la Mapa ont entériné le lancement d'une offre conjointe de rétrofit de VUL dans les mois à venir.

Il y avait des "impressions", il y a maintenant des statistiques. Rev Mobilities et la Mapa ont publié, le 23 novembre 2021, le résultat d'une enquête terrain conduite au mois d'octobre dernier qui permet au spécialiste du rétrofit et à la mutuelle des artisans et des professionnels de l'alimentaire de mesurer l'appétence potentielle pour l'acte de transformation du parc roulant en véhicule électrique.

 

Le rétrofit part de loin en matière de notoriété. Sur les 100 sociétaires franciliens de la Mapa sondés, seuls 3 connaissaient la pratique. Mais au terme de l'échange téléphonique, 46 % des artisans contactés (des boulangers, des bouchers, des vendeurs sur le marché et des traiteurs) se sont déclarés favorables à la transformation de leur véhicule thermique en électrique. Rev Mobilities et la Mapa retiennent surtout que 22 % souhaitent recevoir une offre concrète dès que possible.

 

Des statistiques encourageantes pour Arnaud Pigounides, le fondateur du groupe Rev Mobilities, entité sous laquelle il commercialise une prestation pour les véhicules de collection (Retrofuture) et prochainement pour les utilitaires (Rev Vehicles), car elles reflètent la prise de conscience de l'entrée en vigueur de restrictions de circulation liées aux ZFE-m en Ile-de-France. D'ailleurs, la part d'opinions favorables au rétrofit est majoritaire chez les artisans déjà frappés d'interdiction. En revanche, chez les autres, ceux qui détiennent des utilitaires classés Crit'Air 3 et Crit'Air 2, le rétrofit doit encore convaincre. Le démarchage essuierait plus de refus auprès de cette cible.

 

D'une manière générale, les arguments allant contre le rétrofit se divisent en cinq grandes catégories. A 16 %, les sondés ont fermé la porte à l'idée. A 15 %, ils ont évoqué un motif commercial, tandis qu'à 10 % celui-ci est politique. Le choix personnel (8 %) ou technique (5 %) sont moins souvent cités par les répondants. A noter que dans tout cela seuls 3 % opposent l'argument de l'autonomie et 2 % à peine une perception de "bricolage" qui ne leur sied guère.

 

Cibler les produits de masse

 

"Nous n'avons pas vocation à transformer l'intégralité du parc roulant, répète à l'envi Arnaud Pigounides, toujours est-il que nous devons accompagner les professionnels dans les grands défis de mobilité pour qu'ils puissent continuer de circuler et d'exercer leur métier". Fort de ce constat statistique, Rev Mobilities, via sa filiale Rev Vehicles, et la Mapa ont entériné le lancement d'une offre conjointe dans les mois à venir.

 

Renault, Stellantis, Daimler et Volkswagen se partagent à ce jour 95 % du parc roulant des 100 sociétaires franciliens de la Mapa. Rev Mobilities va donc s'employer à obtenir l'homologation pour procéder au rétrofit des principaux utilitaires de ces gammes de telle sorte à couvrir très rapidement les besoins. Cela devrait débuter par le trio de la marque au losange, dont le Master (15,6 % de pénétration chez les sondés), le Trafic (12,3 %) et le Kangoo (9,8 %). Pour sa part, la Mapa mènera des campagnes de communication auprès des publics cibles. "Ainsi, nous testons notre capacité à faire un pas de côté et à proposer des services à valeur ajoutée à notre sociétariat", explique Vincent Loizeil, le directeur général de la mutuelle d'assurance au parc roulant de 36 000 contrats d'assurance pour des véhicules professionnels en France.

 

Les ambitions se veulent pleines d'humilité. Durant la première année, Rev Mobilities pense traiter 500 véhicules utilitaires dans le cadre de cet accord. La pression montera ensuite dans les tuyaux avec l'approche des échéances fixées par la réglementation des villes. Et pour convaincre les propriétaires de flotte, le spécialiste du rétrofit et le mutualiste entendent créer une solution de financement assortie de services associés. Ainsi, à titre d'exemple, il sera possible de régler 9 000 euros HT ou de souscrire un versement de 145 euros sur 72 mois pour transformer un Renault Kangoo. 11 700 euros HT ou 188 euros sur 72 mois seront nécessaires pour un Renault Master.

Laisser un commentaire

cross-circle