S'abonner
Industrie

Thierry Breton avance un plan de 42 milliards d'euros pour les semi-conducteurs en Europe

Publié le 22 septembre 2021

Par Catherine Leroy
2 min de lecture
Le commissaire européen pour le marché intérieur annonce un fonds continental de 42 milliards d'euros consacré aux semi-conducteurs. Mais ce plan ne changera rien à la pénurie actuelle qui devrait durer jusqu'en 2023.
Toyota a réduit sa production de 40 M en septembre 2021, comme ici sur le site de Valenciennes (59).
Toyota a réduit sa production de 40 M en septembre 2021, comme ici sur le site de Valenciennes (59).

La satisfaction pouvait se lire dans le post LinkedIn de Thierry Breton. Le commissaire européen pour le marché intérieur rebondissait sur le sujet des semi-conducteurs après le discours de rentrée d'Ursula Von der Layen, présidente de la Commission européenne.

 

Cette dernière veut en effet présenter une loi européenne sur les semi-conducteurs, au début de 2022. "Sans puces, pas de numérique. Et à l’heure où nous parlons, des lignes de production entières tournent déjà au ralenti malgré la demande croissante – à cause d’une pénurie de semi–conducteurs. Alors que la demande mondiale a explosé, la part de l’Europe dans toute la chaîne de valeur, de la conception à la capacité de fabrication, a diminué. Nous sommes dépendants des microprocesseurs les plus avancés fabriqués en Asie", a-t-elle indiqué.

 

Le plan de Thierry Breton prévoit un acte européen sur les puces sur trois dimensions : une stratégie européenne de recherche sur les semi-conducteurs, un plan collectif pour renforcer la capacité de production et un cadre de coopération et de partenariat international.

 

Pas de retour à la normale avant 2023

 

Ces annonces interviennent alors que les industriels du secteur n'entrevoient plus de retour à la normale avant 2023. Récemment, Carlos Tavares, directeur général de Stellantis a annoncé que "la crise des semi-conducteurs va facilement se prolonger en 2022 parce que je ne vois pas de signes indiquant que la production supplémentaire en provenance des sources d'approvisionnement en Asie atteindra l'Occident dans un avenir proche". Des propos relayés par le PDG de Daimler, Ola Källenius, qui ne voit pas de résolution de la crise avant 2023.

 

Selon les prévisions du cabinet IHS Markit, la production automobile pourrait être amputée de 10,6 millions de véhicules en 2021, pour atteindre 75,8 millions d'unités. Le cabinet estime que l'aggravation de la situation s'explique par les mesures prises par le gouvernement malaisien pour contrer la flambée de Covid-19 qui touche le pays. La Malaisie produit environ 13 % des semi-conducteurs pour l'industrie automobile.

Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle