S'abonner
Industrie

La Software République accueille six nouvelles start-up

Publié le 19 septembre 2022

Par Gredy Raffin
3 min de lecture
L'incubateur de Renault et ses partenaires ouvre la porte à six jeunes pousses. La Software République porte donc à dix le nombre de start-up profitant de ce programme initié en mars 2022.
La Software République a ouvert les portes à des start-up de la mobilité innovante.

La Software République continue son recrutement. L'incubateur a annoncé, lundi 19 septembre 2022, l'arrivée de six nouvelles start-up au sein de ses murs. Des entrées qui lui permettent désormais de revendiquer l'accompagnement de 10 entreprises au total, à ce jour.

 

La structure fondée par Renault et ses partenaires, dont Atos, Dassault Systèmes, Orange, STMicroelectronics et Thales renforce ainsi le programme ouvert en mars dernier dans l'optique de nouer des liens plus forts avec les sociétés d'innovation.

 

Deux de ces start-up, Core for Tech et Basemark, rejoignent plus précisément le programme BYOD (pour bring your own device) dont Dacia sera le premier client. Dans ce cadre, l'idée sera d'améliorer l'expérience des conducteurs et des passagers en développant de nouvelles fonctionnalités à l'aide du smartphone ou tablette du client. Les quatre autres jeunes pousses feront parties du tronc commun.

 

Dans le détail, les six start-up sont ainsi :

 

Basemark propose des outils pour le développement de véhicules définis par logiciel. La start-up est le développeur de Rocksolid Core - le premier système d'exploitation automobile de bout en bout et la première plateforme couvrant toutes les fonctions du véhicule pour les véhicules définis par logiciel. Les applications créées avec Rocksolid Core peuvent fonctionner sur plusieurs matériels sous-jacents différents.

 

Core for Tech améliore pour sa part la sécurité des conducteurs en fournissant des informations prédictives sur la fatigue et la somnolence. Sa solution ne se contente pas de prédire la somnolence, mais le fait en lien avec le trajet à parcourir.

 

CommuniThings est une entreprise de smart-parking active dans le guidage sur voirie et le contrôle du stationnement. Sa plateforme IoT se compose d'un capteur au sol ou d'une caméra de détection, ainsi que d'un riche portefeuille de services pour le guidage de l'utilisateur final et le contrôle du stationnement. En outre, CommuniThings s'occupe de la réservation, du paiement et de l'optimisation de l'utilisation des places pour les véhicules électriques.

 

Originaire d'Allemagne, Compredict fournit des capteurs virtuels employant l'intelligence artificielle. Cette technologie peut remplacer et simuler les capteurs matériels existants dans les véhicules et améliorer les données disponibles sur les véhicules. Les informations produites par les capteurs virtuels permettent une maintenance prédictive et de nouvelles opportunités de service pour les équipementiers automobiles.

 

A lire aussi : Les 50 start-up européennes de la mobilité à suivre en 2022

 

Entropy accompagne les territoires pour l’optimisation des services de mobilités partagés. Son modèle par intelligence artificielle contribue à la prédiction des besoins en mobilité de la population à court et moyen terme. Elle favorise de fait un ajustement optimisé de l'offre pour répondre aux enjeux sociétaux et environnementaux.

 

Enfin, Neovya accélère la transition vers un système de mobilité plus fluide, plus sûr et plus durable, en fournissant des solutions logicielles expertes de cartographie, d’analyse de données et de simulation. Sa solution phare, Neovya Hubsim, se veut une plateforme web collaborative qui permet aux acteurs territoriaux de saisir les opportunités et de conduire des tests de projets à l’infini avant d'appliquer durablement une stratégie.

Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle