S'abonner
Distribution

Plateforme VO : Carvana dans une mauvaise passe

Publié le 24 mai 2022

Par Gredy Raffin
3 min de lecture
Le géant américain du commerce en ligne de véhicules d'occasion traverse une situation difficile. Impacté par la hausse des tarifs à l'approvisionnement, Carvana voit son modèle économique vaciller. Il en résulte une chute en Bourse et des licenciements.
Le groupe Carvana vient de sceller l'acquisition d'Adesa, le spécialiste des enchères, pour 2,2 milliards de dollars.
Le groupe Carvana vient de sceller l'acquisition d'Adesa, le spécialiste des enchères, pour 2,2 milliards de dollars.

Quelques jours après la mise en garde de Cazoo sur sa capacité à atteindre à moyen terme la rentabilité, c'est un autre géant du commerce en ligne de véhicules d'occasion qui envoie un signal à prendre au sérieux. Le groupe américain Carvana vient en effet de procéder au licenciement de près de 2 500 employés, a-t-on appris de sources concordantes.

 

La société installée à Phoenix, dans l'Arizona, tente d'alléger une barque qui prend l'eau en supprimant plus de 10 % des effectifs. Une mesure prise dans le cadre d'un plan opérationnel présenté par la direction de Carvana en mai 2022, en réaction à la fonte de sa valeur boursière.

 

Pourtant tout semblait bien embarqué. La marge unitaire dégagée par chacune des ventes atteignait 4 537 dollars, en 2021, en hausse de presque 40 % sur un an. Mais cela cachait une tendance moins à l'avantage de Carvana : la hausse des tarifs des véhicules d'occasion. Une inflation qui met à mal les coûts d'approvisionnement et déséquilibre la balance.

 

Rachat de la branche américaine d'Adesa

 

Un phénomène qui fait aussi flamber les prix de revente. Selon nos confrères du quotidien Les Echos, la hausse était toujours de 22,7 % en avril. La conséquence directe de cette inflation étant un ralentissement des ventes. Carvana a pour la première fois de son histoire connu une baisse des immatriculations d'un trimestre sur l'autre, d'après les chiffres publiés fin mars.

 

Le plan social doit permettre de raboter 125 millions de dollars de coût en année pleine, tandis que par ailleurs, Carvana a acté de réduire de 150 millions à 50 millions de dollars l'enveloppe consacrée aux investissements futurs.

 

A lire aussi : Un premier semestre en demi-teinte pour Aramis

 

Cependant, malgré les difficultés rencontrées, l'entreprise dont la marge nette est donnée à -2,2 % (contre -8,3 % en 2020 et -9,3 % en 2019) n'a pas mis en attente son projet d'acquisition de la branche américaine de la société Adesa, la filiale du groupe KAR Global spécialisée dans les ventes aux enchères.

 

Bouclée le 10 mai 2022, contre un chèque de 2,2 milliards de dollars, l'opération porte sur un patrimoine immobilier de 56 sites de reconditionnement pour un total supérieur à 600 000 m² à ajouter aux 17 sites existants de Carvana. Ainsi, l'ex-pépite de Wall Street présidée par Ernest Garcia, disposera d'une capacité de préparation de l'ordre de 1,4 million de véhicules par an.

Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle