S'abonner
Distribution

En immersion dans La Clinique de Starterre

Publié le 13 décembre 2023

Par Gredy Raffin
6 min de lecture
Le groupe lyonnais s'est doté, depuis l'été 2023, d'un centre de reconditionnement des voitures d'occasion. Avec La Clinique, Starterre souhaite capitaliser sur un savoir-faire au service des professionnels et des particuliers. Première visite des lieux.
Starterre La Clinique
La Clinique s'étend sur 10 000 m² et permettra à Starterre le reconditionnement et la préparation de véhicules. ©Le Journal de l'Automobile

L'investissement a été conséquent, mais le résultat apporte pleine satisfaction. Le centre de reconditionnement élaboré par Starterre compte parmi ces projets bien-nés aux yeux de leurs créateurs. Opérationnelle depuis quelques mois à peine, cette infrastructure va devenir l'un des piliers dans la stratégie d'avenir du groupe lyonnais spécialisé dans la vente de voitures d'occasion à professionnel et à particulier.

 

Et pour cause, entre les murs de La Clinique – de son nom de baptême – passera désormais chaque véhicule commercialisé par Starterre. De manière systématique, les flux transiteront par le bâtiment situé littéralement en face du siège de l'entreprise à Saint-Fons, dans la métropole lyonnaise. Les clients, qu'ils soient professionnels ou particuliers, recevront la garantie de Starterre que les véhicules ont été expertisés, reconditionnés et préparés par les membres de l'équipe.

 

Pour donner corps à ce projet, il a fallu du temps. Starterre a d'abord racheté trois édifices pour une surface totale d'un hectare. Le premier, celui qui a pignon sur rue, sert d'atelier. Les techniciens y pratiquent la révision mécanique et la préparation esthétique de tous les véhicules, mais aussi l'aménagement de ceux de loisirs. Starterre peut traiter douze marques de camping-cars avant livraison.

 

Chaque véhicule est équipé d'un QR code pour être tracé. ©Le Journal de l'Automobile

 

Dans les deux autres bâtiments, le défilement des véhicules se fait par séquence. Sous la houlette de Franck Berruer, le directeur des lieux, les collaborateurs de La Clinique exercent en rythme. Tout commence par un passage dans le tunnel de lavage puis dans le portique de ProovStation qui prend 900 photos pendant la traversée à 30 km/h. La coopération entre l'intelligence artificielle et les inspecteurs sert de base pour établir le rapport.

 

Dès leur arrivée au centre de reconditionnement, tous les véhicules reçoivent un QR code. Il servira tout au long du parcours de support d'identification et de suivi des étapes. L'interface développée par les ingénieurs informatiques de Starterre intègre en plus une fonction de remontée d'information. Ainsi, en plus de la traçabilité, il y a une vue complète sur les travaux à effectuer. "L'essayeur peut même éditée des notes vocales pour apporter des commentaires en temps réel durant le test", explique le directeur.

 

La stratégie du "zéro pas perdu"

 

Starterre s'est appuyé sur les connaissances de Laurent Payrat, consultant chez EVok, pour concevoir La Clinique. Ensemble, ils ont traqué le moindre gain de temps. "Nous avons essayé la théorie du capot en avant, mais ce n'est pas des plus simples", concède le directeur du centre de reconditionnement. La configuration des espaces ne le permet pas toujours quand bien même les architectes ont supprimé tous les poteaux de la structure afin de fluidifier les mouvements sans prendre de risques d'accident.

 

En revanche, il n'y a aucun pas perdu. Tous les déplacements des techniciens concourent à la productivité. "Même le choix du pont élévateur a eu son importance. Il est 15 secondes plus rapide en montée et en descente par rapport aux autres offres. À la fin du mois, nous gagnons l'équivalent du temps de travail sur quatre voitures", explique Franck Berruer.

 

A lire aussi : Starterre lance sa marketplace BtoB baptisée Caméléon

 

Tous les dégâts ne font pas l'objet d'un traitement. Starterre considère que le coût ne doit pas porter atteinte à la marge du commerçant en bout de chaîne. La centrale d'achats de voitures d'occasion joue la carte de la transparence plutôt que celle de la hausse du prix de reconditionnement. L'enseigne cliente peut cependant formuler une demande spécifique.

 

La Clinique ne comprend pas de carrosserie lourde. Pour ce type de travaux, Starterre fait appel à des prestataires extérieurs. Parfaitement intégrés au processus, ceux-ci disposent de badges d'accès et d'une connexion à l'interface. À toute heure de la journée, ils peuvent donc circuler pour récupérer ou restituer un véhicule. Il y a toutefois des cabines fournies par Spanesi pour effectuer des retouches d'éléments et qui assurent un séchage en six heures.

 

40 voitures par jour pour débuter

 

Ancien collaborateur du l'usine de reconditionnement d'Aramisauto, à Donzères (26), Franck Berruer prend, chez Staterre, la tête d'une ressource de plus de trente personnes. Sur la base d'un délai de huit jours ouvrés entre la descente du camion et la sortie du studio Carlab, La Clinique doit parvenir prochainement à sortir 40 voitures d'occasion par jour. Avec une deuxième équipe, le potentiel monte à 65 unités quotidiennes.

 

De l'autre côté de la rue, le siège historique de Starterre compte 900 places de stationnement. Les voitures y sont entreposées en attendant le transport vers leur lieu de destination. À moins qu'un client particulier de passage ne reparte à son volant.

 

Christian Fernandez, directeur général de Starterre, et Franck Berruer, directeur de La Clinique. ©Le Journal de l'Automobile

 

"Après quelques mois de service, nous continuons d'ajuster la chaîne, mais nous sommes très satisfaits des avancées", confie le directeur général de Starterre, Christian Fernandez. À l'origine du projet, il entrevoit la suite. La Clinique sera bientôt dotée de panneaux photovoltaïques, dont des éléments translucides pour laisser passer la lumière du jour. "L'électricité sera consommée sur place, dans nos ateliers, mais aussi aux bornes de recharge pour voitures électriques", présente-t-il l'idée.

 

Dans son esprit, il ne fait aucun doute que La Clinique deviendra un centre de profits. Starterre a écrit toute sa stratégie en ce sens. De fait, le centre de reconditionnement deviendra le support de Caméléon, la place de marché de voitures d'occasion entre professionnels, lancée cette année. Là encore de manière systématique, chaque transaction soldée passera obligatoirement par Saint-Fons. "Nous vendons une qualité de produit et donc un savoir-faire en matière de préparation. La Clinique prend toute son importance", appuie Christian Fernandez. La structure fait aussi grimper la cote de l'entreprise dont on dit qu'elle pourrait, sous peu, changer de main.

Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Pour vous tenir informés de toute l'actualité automobile, abonnez-vous à nos newsletters.
Inscription aux Newsletters
cross-circle