S'abonner
Distribution

Starterre lance sa marketplace BtoB baptisée Caméléon

Publié le 25 octobre 2023

Par Gredy Raffin
4 min de lecture
Octobre 2023 a marqué les grands débuts de Starterre dans le jeu des places de marché. L'incontournable centrale d'achats lyonnaise de voitures d'occasion a lancé Caméleon. Un projet doublé de l'ouverture d'un centre de reconditionnement. 
Starterre lance Caméléon
Le siège de Starterre se situe à Saint-Fons, à proximité de Lyon (69). ©Le Journal de l'Automobile

Starterre passe dans une nouvelle dimension. La centrale d'achats vient de livrer deux projets majeurs pour accroître son influence sur le monde des voitures d'occasion. Depuis début octobre 2023, le groupe lyonnais dispose de Caméléon, une place de marché entièrement consacrée aux professionnels.

 

Caméléon a de la ressource. Les quelques dix mois qui ont été nécessaires à son développement ont permis de concentrer les différents partenaires de Starterre. Ainsi, dès les débuts, Christian Fernandez, le directeur général, annonce une offre de 1 500 voitures d'occasion en provenance de fournisseurs. Un volume appelé à monter à 5 000 unités l'an prochain. "Avec nos 4 000 voitures, nous frôlerons les 10 000 VO exposés", se projette-t-il.

 

Aucun abonnement requis

 

Sur le plan commercial, Starterre va s'appuyer sur les 2 500 clients actifs de la centrale d'achats. Il s'agit de professionnels qui achètent a minima une voiture d'occasion par an. En plus, les 500 revendeurs qui louent un site internet produit par Starterre auront un accès facilité à la nouvelle plateforme complémentaire. "À ce jour, nous dénombrons environ 1 000 connexions de visiteurs uniques et une dizaine de transactions par jour", rapporte le directeur général.

 

En termes de modèle économique, Starterre s'aligne sur la tendance générale : aucun abonnement n'est requis. Caméléon place le groupe en position d'intermédiaire à valeur ajoutée. Après validation de la vente par les deux parties, Starterre acquiert la voiture au prix du vendeur et la cède au point de vente moyennant une majoration.

 

Et là, le système mis en place tend à se démarquer de la concurrence. Aucun camion ne réalise le trajet direct du vendeur vers l'acheteur. Tous les véhicules transitent par Lyon. Plus précisément par Saint-Fons, le fief de Starterre, où une usine de reconditionnement vient d'ouvrir (à découvrir prochainement dans nos colonnes). Elle certifiera le bon état de chaque unité et procédera aux éventuelles réparations. Ensuite alors, les VO pourront être livrés aux acheteurs.

 

Vigilance sur la qualité des informations

 

L'équipe de développement a conçu une plateforme d'avenir. Caméléon a été pensé pour l'internationalisation. Les flux peuvent provenir ou filer vers des pays étrangers sans contrainte. Il ne serait donc pas surprenant que la prospection s'étende au fil des mois.

 

"Nous serons très pointilleux", prévient avec fermeté Christian Fernandez. Starterre veillera à ce que les informations publiées par chaque vendeur soient détaillées et d'une grande fiabilité. "Nous exigeons qu'elles soient actualisées en temps réel, souligne-t-il. Nous ne tolérerons pas les approximations répétées et, cas échéant, nous n'hésiterons pas à radier certains comptes qui ne respectent pas notre charte".

 

A lire aussi : VO-Link : "Nos clients cherchent à stocker des voitures avec des moteurs diesel"

 

Et l'enjeu du lancement de Caméléon est peut-être plus profond qu'il n'y paraît. Il se dit, en effet, dans le microcosme du commerce de voitures d'occasion que Jean-Louis Brissaud, le président-fondateur de Starterre, serait en passe de tirer sa révérence. Celui qui a construit l'écosystème le plus riche de toutes les centrales d'achats du pays chercherait un repreneur pour les 150 employés. Un tel projet aligne Starterre sur les nouvelles réalités du secteur, donnant plus de valeur à l'entreprise.

 

Les tractations s'ouvriront-elles prochainement ? La direction s'est refusée à tout commentaire pour le moment. Il ne fait aucun doute que la maison lyonnaise attirerait bien des prétendants avec pareil scénario. Les grands groupes de distribution aussi bien que les loueurs, mais aussi potentiellement des constructeurs auraient intérêt à se pencher sur le dossier. Après la reprise d'ATB Auto par le groupe Chopard pourrait donc venir le tour de Starterre. Affaire à suivre.

Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle