S'abonner
Constructeurs

Peugeot domine le marché automobile français d'une courte tête

Publié le 4 juillet 2022

Par Catherine Leroy
2 min de lecture
La marque au lion poursuit sa course en tête sur le marché tricolore. Talonnée par Renault, Peugeot utilise désormais les mêmes recettes : des commandes libres de stock et des séries spéciales plus simples à produire pour livrer plus vite.
Au premier semestre 2022, Peugeot totalise 128 211 immatriculations sur le marché français.
Au premier semestre 2022, Peugeot totalise 128 211 immatriculations sur le marché français.

Avec 128 211 immatriculations recensées au 30 juin 2022, la marque Peugeot devance légèrement la marque Renault au sommet du marché automobile français. Moins de 1 200 véhicules séparent les deux marques sur le premier semestre 2022.

 

Selon Christophe Prévost, directeur du commerce France de la marque au lion, la stratégie de production libre de toute commande de clients finaux, ne porte pas encore ses fruits dans les chiffres, mais devrait commencer à être visible dans les prochaines semaines.

 

Ce virage dans la stratégie, initié dès le mois d'avril dernier, marque en effet la différence avec Renault dans la gestion de la crise des semi-conducteurs. Jusqu'au début du printemps, Peugeot n'attribuait les véhicules aux distributeurs uniquement que s'ils étaient liés à des commandes prises par les clients, contrairement à Renault qui laissait libres les commandes de stocks de son réseau.

 

"Désormais, nous laissons le réseau passer des commandes libres. Ce qui nous permet, une fois les véhicules attribués  aux directions régionales avant leur répartition chez les distributeurs, de disposer d'un stock que nous affectons au fur et à mesure", précise Christophe Prévost.

 

A lire aussi : Peugeot 408 : berline augmentée

 

Ce modèle un peu hybride dans la gestion de la pénurie permet ainsi à la marque de rattraper un peu du retard dans les livraisons, même si le volume de production fait encore défaut "car les commandes continuent de progresser", selon la marque, "sur le véhicule utilitaire, c'est même préjudiciable car le marché ne reflète pas notre capacité."

 

De fait, la part des ventes aux particuliers commence à se redresser. Alors que la moyenne sur les six premiers mois de l'année s'affichait à 30,8 % des immatriculations totales, le mois de juin laisse apparaître une part de 37 %. Pour améliorer ce niveau, la marque travaille également dans le sens de la création de série spéciale dont les équipements sont moins pénalisés par la pénurie de composants.

 

Pour Christophe Prévost : "c'est au commerce de s'adapter aux versions produites. Et d'ailleurs notre réseau s'est remis à faire de l'argumentation, mais il est difficile de tordre complètement la demande du client. Nous allons toutefois travailler dans le sens d'une série spéciale. Le contexte reste difficile, nous devons être agile."

Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle