S'abonner
Constructeurs

Peugeot se branche pour les 24 Heures du Mans

Publié le 14 décembre 2020

Par Christophe Jaussaud
3 min de lecture
Après en avoir dévoilé le style, Peugeot vient de présenter le groupe motopropulseur qui équipera son prototype. Un V6 bi-turbo maison sera associé à un moteur électrique et une batterie, développée avec Saft, pour fournir la puissance maximale règlementaire de 500 kW (680 ch).
Peugeot a dévoilé le futur groupe motopropulseur de son prototype pour le WEC.

 

Alors que la 508 PSE, pour Peugeot Sport Engineered, est dans les starting-blocks, Peugeot vient de dévoiler les éléments techniques de son programme d'endurance WEC, avec les 24 Heures du Mans en point d'orgue. Comme pour renforcer encore le lien avec les produits vendus dans les concessions, le groupe motopropulseur du prototype s'appellera Hybrid4.

 

Cette Peugeot taillée pour le Mans, dont les designers de la marque ont déjà donné une idée du style, cachera une chaîne de traction hybride rechargeable mariant un V6 bi-turbo de 2,6 litres de cylindrée, développant 500kW (680 ch) et entrainant les roues arrière, et un moteur électrique de 200kW entrainant les roues avant. De quoi faire une auto quatre roues motrices mais seulement au-dessus de 120 km/h comme le demande le règlement des LMH (Le Mans Hypercar). Ce règlement limite également la puissance distribuée aux quatre roues à 500 kW, donc les moteurs thermique et électrique fonctionneront en bonne intelligence pour ne pas dépasser ce niveau. Par exemple, si le moteur avant délivre 200 kW, le V6 n'offrira que 300 kW. A l'inverse, si la batterie est vide le V6 pourra fournir les 500 kW et même un peu plus (515 kW ; +3 %) pour recharger l'accu.

 

La batterie du système est codéveloppée par Peugeot Sport et Saft, une filiale de Total. Pas d'indication pour l'heure, si ce n'est qu'elle sera en 900 volts. Peugeot explique : "Les ingénieurs de Saft ont sélectionné leur meilleur type de cellules et ont développé des accumulateurs adaptés à l’endurance, qui privilégient la densité de puissance à l’énergie". Tout sera important dans le système mais la gestion de l'électricité, tant en régénération qu'en restitution, sera au cœur de la performance.

 

Pour l'heure, le programme n'est quasiment que dans des ordinateurs. Le V6 bi-turbo devrait, pour la première fois, passer au banc d'essai au printemps 2021 avant que la totalité de la chaîne de traction, avec son électronique de puissance, en fasse de même à l'automne prochain. Si tout se passe bien, selon le planning actuel, le premier roulage devrait avoir lieu en décembre 2021. Pour autant Peugeot ne semble pas pressé d'homologuer sa nouvelle arme pour le WEC. En effet, elle le sera quand une certaine fiabilité sera atteinte car une fois homologuée la future lionne ne pourra plus faire évoluer certaines choses jusqu'en 2025. Tout cela pour dire que, pour l'heure, la première course en WEC de Peugeot n'est pas encore, officiellement, planifiée.

 

 

 

Vous devez activer le javacript et la gestion des cookies pour bénéficier de toutes les donctionnalités.
Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle