S'abonner
Constructeurs

Les automobilistes européens sont-ils prêts à conduire des véhicules chinois ?

Publié le 14 novembre 2023

Par Thomas Blanc
4 min de lecture
La dernière étude de l’Observatoire de l’automobile Cetelem s'est penchée sur l'attractivité des marques chinoises auprès des consommateurs, notamment français. Les usagers ont-ils une bonne image de ces nouveaux venus ? Sont-ils prêts à passer à l'achat ?
véhicule électrique véhicule chinois byd étude cetelem
Avec le passage à l'électrique, les automobilistes vont probablement changer leurs repères et se tourner vers le marché chinois. ©BYD

L’industrie chinoise jusqu’alors peu compétitive sur le terrain de l’automobile hors de Chine s'engouffre dans le filon que représente la mobilité électrique. Cette motorisation va devenir la nouvelle norme en 2035. Les ventes de voitures électriques croissent déjà de manière exponentielle et les constructeurs chinois comptent bien détenir une large part de ce marché.

 

Selon l’Observatoire Cetelem de l’automobile, d'après une enquête réalisée auprès de 15 000 automobilistes européens, nord-américains et asiatiques, en moyenne 48 % d'entre eux ont une bonne image des véhicules produits en Chine. Une grande avancée pour ces voitures qui avaient tenté une percée sur le sol européen en septembre 2005. Une tentative qui s'était très vite soldée par un échec.

 

A lire aussi : Les marques chinoises en Europe : une présence à relativiser

 

En resserrant la focale sur la France, il est possible de remarquer que les automobilistes de l'Hexagone sont presque 10 % moins favorables à leur arrivée que la moyenne mondiale. Seulement 39 % en ont une bonne image, le pire résultat d'Europe. En réalité, cette même moyenne est tirée vers le haut par nos voisins, les Espagnols et les Portugais, parmi lesquels un automobiliste sur deux a une bonne image des marques chinoises. 

 

 

 

Des intentions d'achats en progression

 

À l'échelle mondiale, les marques chinoises comptabilisent 38 % d'automobilistes prêts à acheter un de leurs modèles. Encore une fois, ce score est plutôt encourageant si l’on considère la distribution parfois discrète de ces gammes en-dehors de leur pays d’origine.

 

Bien que la France tire encore la moyenne vers le bas avec moins d'un interrogé sur trois enclin à conduire une voiture chinoise, ce chiffre démontre que ces marques disposent déjà d'une clientèle. À l'échelle européenne cette fois, près de 34  % des conducteurs interrogés sont prêts à se mettre au volant d'un véhicule construit sur le sol chinois.

 

 

Des résultats déjà démontrés dans les immatriculations publiées par AAA Data dans le Journal de L’Automobile. Depuis le début de l'année 2023, MG Motor se positionne à la 18e place des marques les plus vendues en France. Elle a réussi à commercialiser 22 800 modèles et à s'emparer de 1,6 % de part de marché. Des résultats jugés déjà très bons alors que les experts prévoient le boom des voitures chinoises pour les années à venir. 

 

Un essor jugé inquiétant par l’Union européenne qui a dû, pour s’assurer que les marques européennes tiennent le coup, engager une enquête le 13 septembre 2023 pour vérifier que le gouvernement chinois ne subventionne pas son industrie automobile de manière déloyale vis-à-vis de la concurrence. Une mesure jugée protectionniste par la Chine. La France a également décidé de se prémunir contre un éventuel dumping chinois en revoyant son dispositif de bonus automobile, qui bénéficiera davantage aux véhicules produits sur le sol européen.

 

L'atout qualité-prix des véhicules chinois

 

Le rapport qualité-prix constitue un critère auquel les véhicules de l'empire du Milieu surclassent déjà les voitures occidentales. Outre leur avantage d'être très équipés et bardés d'électroniques, ils obtiennent également les faveurs des automobilistes en se positionnant dans la moyenne haute des véhicules ayant un bon rapport qualité-prix.

 

A lire aussi : BYD triple son bénéfice net au premier semestre 2023

 

Les marques japonaises arrivent en tête sur ce point avec 38 % des automobilistes dans le monde estimant qu'elles ont un bon rapport qualité-prix. Viennent ensuite les coréennes avec 36 % et juste ensuite les chinoises avec 34 %. Elles devancent ainsi les productions européennes et sont loin devant les américaines qui ne récoltent que 21 % d'avis favorables.

 

Un atout qualité-prix fortement mis en avant par ces marques et qui pourrait lever les freins d'une part des automobilistes hésitante.

Vous devez activer le javacript et la gestion des cookies pour bénéficier de toutes les donctionnalités.
Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle