S'abonner
Constructeurs

Le marché allemand termine l'année 2022 sur une note positive

Publié le 5 janvier 2023

Par Christophe Jaussaud
4 min de lecture
Grâce à un très bon mois de décembre (+38,1 %), porté par les modèles électriques, le marché allemand boucle l'année 2022 avec une croissance de 1,1 %, à 2,65 millions d'immatriculations. Il reste toutefois en retrait de 26 % par rapport au niveau de 2019.
Les véhicules électriques ont représenté 55 % des immatriculations du mois de décembre 2022 en Allemagne. Un record.

La ruée des acheteurs sur les voitures électriques en fin d'année a permis au marché automobile allemand de reprendre des couleurs en 2022, après deux années de crise profonde. Au total, 2,65 millions de voitures neuves ont été vendues en Allemagne l'an passé, soit 1,1 % de plus qu'en 2021, a indiqué dans un communiqué l'Agence fédérale pour l'automobile (KBA).

 

Le secteur phare de la première économie européenne a arrêté l'hémorragie après les records négatifs enregistrés en 2020 et 2021, plus bas niveaux annuels de ventes depuis la réunification. D'abord touché par le choc économique de la pandémie, puis les pénuries de composants et les freins sur les chaînes logistiques internationales, le marché automobile a dû faire face cette année à la hausse des prix de l'énergie et à l'inflation record.

 

A lire aussi : Les 10 points marquants du marché automobile français 2022 : pire que 2021 !

 

S'il a nettement rebondi depuis le mois d'août, la prudence reste de mise pour 2023 alors que les perspectives pour l'économie mondiale demeurent assombries par les conséquences de la guerre russe en Ukraine. En décembre, la hausse des nouvelles immatriculations a atteint 38,1 % sur un an, à 314 318 unités, permettant au secteur de terminer l'année sur une note "positive", note l'Agence.

 

"Avec cette forte poussée finale, l'année automobile 2022 se termine de manière conciliante, même si le marché dans son ensemble est resté bien en deçà des attentes", commente Reinhard Zirpel, président de la fédération des importateurs automobiles (VDIK), cité dans un communiqué.

 

Le marché automobile demeure toutefois loin de ses performances d'avant crise : 3,6 millions de voitures avaient été immatriculées en 2019, avant la pandémie, soit un million de plus qu'en 2022. "Par rapport à l'année 2019 d'avant la crise, un écart de ventes important d'environ 26 % subsiste en 2022", remarque la fédération de constructeurs (VDA) dans un communiqué. Même en 2020, année noire pour l'automobile, 2,92 millions de voitures avaient été immatriculées en Allemagne. En 2022, le secteur a été porté en fin d'année par la ruée sur les voitures électriques, le gouvernement ayant annoncé la réduction dès janvier 2023 de primes permettant aux ménages et aux entreprises de financer leurs achats.

 

55 % de véhicules électriques sur le mois de décembre 2022

 

En décembre, 174 000 véhicules électriques et hybrides ont été nouvellement immatriculés, soit une augmentation de 114 %, comparé à décembre 2021. "C'est la première fois que plus de la moitié des nouvelles voitures vendues en un mois sont des véhicules électriques (55 %)", constate la VDIK. Mais cet élan devrait considérablement ralentir en 2023, prévient le président de la fédération. "Malheureusement, la hausse des prix de l'électricité et la baisse des subventions auront un impact négatif sur l'attractivité des voitures électriques", alerte-t-il.

 

Le gouvernement allemand devrait manquer son objectif de mettre sur les routes allemandes 15 millions de voitures électriques avant 2030, soulignait en novembre Ferdinand Dudenhöffer, directeur du Center Automotive Research. "Avec beaucoup de chance, les objectifs seront atteints à 50 %", prévenait-il.

 

A lire aussi : L'électrique en mode record en Norvège

 

En outre, l'inflation record, qui a atteint 7,9 % en 2022 dans le pays, continue d'amputer le pouvoir d'achat. L'Allemagne risque de connaître un hiver de récession, même si celle-ci pourrait être moins profonde que prévu.

 

"L'année automobile 2022 a été historiquement mauvaise, et le mois de décembre extrêmement fort n'y change rien", estime Peter Fuss, associé au cabinet EY.  "Les mois à venir montreront que ce n'était qu'un feu de paille et non la fin de la crise sur le marché des voitures neuves", prédit-il. Avec les hausses des prix de l'électricité et les baisses de subventions, "les acheteurs devront calculer si la voiture électrique vaut toujours la peine", explique-t-il.

 

Seules les voitures électriques de luxe devraient prospérer d'après lui, leurs acheteurs étant moins dépendants des primes à l'achat. Point positif : même si la logistique reste "un défi" pour les constructeurs, la disponibilité des semi-conducteurs semble s'être améliorée récemment, assure le cabinet, après avoir plombé le secteur pendant plus de deux ans. Au pays de Volkswagen, Mercedes et BMW, la production de véhicules est restée en 2022 nettement inférieure à celle de l'année 2019 (-26 %). (avec AFP)

 

Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle