S'abonner
Constructeurs

L'électrique en mode record en Norvège

Publié le 3 janvier 2023

Par Gredy Raffin
3 min de lecture
Sur un marché norvégien évalué à 172 830 véhicules neufs, en 2022, les modèles électriques ont totalisé 138 265 immatriculations. Autrement dit, cette technologie a représenté une pénétration record de pratiquement 80 % dans le bilan annuel.
A ce jour, les VE ont une pénétration de 20 % dans le parc roulant norvégien.

Il n'y a pas d'autre marché comme la Norvège. En 2022, le pays scandinave a enregistré une pénétration record des modèles électriques dans le bilan des immatriculations de véhicules neufs. Selon le Conseil d'information sur le trafic routier (OFV), 138 265 exemplaires de voitures électriques ont pris la route l'an passé, soit pratiquement 8 livraisons sur 10 (79,3 %). Aucun autre marché n'a affiché une telle inclination pour cette technologie.

 

Ce faisant, la Norvège, qui est à la fois un gros producteur d'hydrocarbures et un champion de la voiture zéro émission, a pulvérisé son propre record établi en 2021 (64,5 %). A titre de comparaison, l'électrique a représenté 8,6 % des nouvelles immatriculations dans l'Union européenne sur les neuf premiers mois de 2022.

 

Tesla efface Volkswagen des tablettes

 

Tirant parti de cette situation, Tesla a terminé en tête du classement des constructeurs avec 12,2 % du marché. Le modèle Y de Tesla a été le véhicule le plus vendu l'an dernier, représentant une nouvelle immatriculation sur dix, devant la Volkswagen ID.4 et la Skoda Enyaq, toutes deux également électriques. Au passage, avec plus de 17 000 exemplaires livrés, le constructeur californien peut se targuer d'avoir battu le record local des ventes détenu depuis 1969 par Volkswagen et sa Coccinelle.

 

"Huit personnes sur dix qui optent pour du tout-électrique plutôt que des moteurs à combustion, cela constitue un pas considérable pour que la Norvège atteigne son objectif climatique de 100 % de ventes de BEV en 2025", a commenté Christina Bu, secrétaire générale de l'Association norvégienne des véhicules électriques. Et cette dernière d'ajouter ensuite : "notre message au reste du monde est limpide : il n'y a plus d'excuse pour accepter la pollution inutile des moteurs à combustion interne alors qu'il est si urgent de résoudre la crise climatique".

 

A lire aussi : Les Français recherchent des hybrides

 

Pour mémoire, la Norvège a adopté une fiscalité ultra-favorable pour encourager la consommation de VE et remplir son objectif de transition du parc. Mais à mesure que le segment électrique a gagné en maturité, les autorités ont commencé à rogner certains avantages qui pèsent lourd dans les comptes publics. En 2022, le manque à gagner en rentrées fiscales pour l’État était évalué à près de 40 milliards de couronnes (3,8 milliards d'euros).

 

Depuis le 1er janvier, l'exemption de TVA (d'un taux de 25 %) lors de l'acquisition d'un véhicule électrique neuf ne vaut ainsi plus que dans la limite d'un prix d'achat de 500 000 couronnes (environ 45 000 euros), les sommes supérieures à ce plafond étant elles sujettes à la taxe. Par ailleurs, une taxe sur les véhicules neufs a aussi été modifiée pour tenir compte de leur poids et s'applique également aux modèles électriques.

 

A ce jour, une voiture sur cinq qui circule sur les routes norvégiennes est à propulsion totalement électrique, un autre record mondial. (avec AFP)

Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle