S'abonner
Constructeurs

La Hongrie veut être une terre de batteries

Publié le 10 mai 2023

Par Christophe Jaussaud
2 min de lecture
Après CATL, la Hongrie va accueillir un nouveau fabricant chinois de batteries. EVE Power va implanter une usine à Debrecen pour alimenter le site BMW voisin. L'investissement sera d'un milliard d'euros et la production devrait débuter en 2026.
Le chinois EVE Power va installer une usine de batteries en Hongrie pour alimenter la production du site BMW à Debrecen. ©BMW

Alors que le groupe BMW est en train de bâtir une nouvelle usine en Hongrie, à Debrecen, la société chinoise EVE Power va en implanter une pour produire des batteries destinées aux modèles du constructeur munichois.

 

EVE Power "va bâtir sa première usine européenne à Debrecen, pour un investissement d'environ 400 milliards de forints (un peu plus d'un milliard d'euros)", a annoncé le ministre des Affaires étrangères du pays, Peter Szijjarto.

 

"Cette démarche va créer plus de 1 000 emplois et répond à la demande de BMW d'une nouvelle génération de cellules de batteries", a-t-il expliqué.

 

A lire aussi : BMW investit deux milliards d'euros en Hongrie

 

Contrairement aux fabricants qui, comme Tesla ou Volkswagen, ouvrent leurs propres fabriques de batteries, BMW avait dit l'an dernier vouloir s'associer à six usines partenaires en Amérique du Nord, Europe et Chine, afin d'équiper ses futurs véhicules.

 

Le projet, d'une capacité annuelle de 28 gigawattheures (GWh), "doit être achevé en 2026", a précisé dans un communiqué, EVE Power, filiale d'Eve Energy.

 

"Nous sommes ravis que BMW Group et EVE Power étendent leur coopération fructueuse", a déclaré Joachim Post, membre du conseil d'administration du constructeur automobile, saluant "la proximité" avec l'usine que le groupe allemand construit actuellement à Debrecen.

 

Devenir le deuxième pays producteur de batteries en Europe

 

Peter Szijjarto a insisté sur "le nécessaire respect des strictes régulations environnementales", alors que la grogne monte dans la deuxième ville du pays d'Europe centrale qui héberge déjà de nombreux sites industriels.

 

Plusieurs manifestations ont eu lieu ces derniers mois pour dénoncer l'impact environnemental d'un autre projet, celui du géant chinois CATL qui va débourser plus de 7 milliards d'euros pour construire d'ici trois ans une méga-usine.

 

Elle pourra fournir des batteries lithium-ion pour un à deux millions de voitures électriques par an, loin devant les autres sites européens. Au total, une vingtaine de dossiers sont dans les tuyaux dans le pays, qui espère devenir le deuxième fabricant de batteries de véhicules électriques de l'Union européenne (UE) derrière l'Allemagne. (avec AFP)

Vous devez activer le javacript et la gestion des cookies pour bénéficier de toutes les donctionnalités.
Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle