S'abonner
Services

Les carrosseries en quête d’efficience énergétique

Publié le 29 juin 2023

Par Elodie Fereyre
11 min de lecture
Alors que le coût de l’énergie restera durablement élevé, les fabricants de peinture développent produits et accompagnements pour aider les ateliers de carrosserie à faire baisser leurs factures, sans pour autant impacter leur productivité.
Dans les carrosseries du groupe Genin, une solution de pulvérisation à l’azote va être retenue. ©Genin

Avant que les coûts de l’énergie ne flambent, princi­palement depuis la crise ukrainienne, la question du poste énergétique dans les carrosseries n’était pas la priorité des professionnels. Pourtant, cette augmentation forte et rapide des prix du gaz et de l’électricité a rappelé son impact direct sur la rentabilité des ateliers de carrosserie.

 

En effet, bien qu’il soit difficile d’établir avec précision le coût du poste énergé­tique d’une carrosserie, tant celui‑ci est lié à des caractéristiques propres à chaque atelier : taille, chiffre d’af­faires, emplacement, volume de véhi­cules traités, etc., "nous considérons qu’il représente en moyenne 3 à 4 % du chiffre d’affaires de l’entreprise en 2023, contre 2,5 % en 2021, détaille Pascal André, country sales manager vehicle refinishes France chez Akzo­Nobel. Alors que certains ont vu leurs factures être multipliées par 7 voire par 10 en fin d’année dernière, la tendance aujourd’hui se situe autour de x 1,5 à x 2. Toutefois, heureusement, la plu­part des carrossiers, qui avaient rené­gocié leurs contrats avant la crise, ont été relativement épargnés."

 

Nous considérons que le poste énergétique représente en moyenne 3 à 4 % du chiffre d’affaires de l’entreprise en 2023

 

Côté fabricants de peinture, c’est d’ailleurs bien avant le conflit ukrai­nien que cette question de la réduc­tion de la consommation d’énergie s’est posée et que des solutions ont été mises au point. "Nous nous basons encore aujourd’hui sur un document réalisé par le CNIDEP (Centre natio­nal d’innovation pour le développe­ment durable et l’environnement dans les petites entreprises) en 2009. Il y a 14 ans, la réduction de la consomma­tion énergétique était donc déjà d’ac­tualité et côté produits, les innovations ont au moins 4 à 5 années de dévelop­pement avant de sortir sur le marché, ce qui montre que le sujet n’est pas nouveau pour nous", indique Thierry Leclerc, responsable du département technique Europe de l’Ouest -BASF Coatings.

 

Un avis partagé par Pascal André qui rappelle que le premier vernis à séchage UV d’AkzoNobel a été conçu en 2007 : "Cela ne date pas d’hier, nous avions même remporté le prix de l’innovation du salon Équip Auto à l’époque, mais le produit n’a pas eu le succès escompté, car à ce mo­ment‑là, le contexte était différent, il y avait beaucoup de travail et le coût de l’énergie n’était pas aussi important, les carrossiers n’étaient donc pas for­cément très attirés par ces nouvelles technologies."

Des innovations produits

 

Qui dit coûts de l’énergie dans une carrosserie, dit évidemment cabine de peinture, considérée comme le poste le plus énergivore. Avant cela, il y a toutefois une donnée souvent omise : le chauffage des bâtiments, comme le rappelle Thierry Leclerc : "Le chauffage des locaux, c’est envi­ron 41,5 % de la consommation éner­gétique totale d’une carrosserie. Et c’est un poste qu’il est plus difficile de réduire sans un gros investissement." Pour diminuer la facture énergé­tique, il est donc nécessaire de jouer sur l’élément clé qu’est la cabine de peinture. Cette dernière pèse, côté équipements, pour près de 70 % de la consommation énergétique pro­ductive d’une carrosserie.

 

Tous les fabricants ont donc développé des in­novations technologiques en ce sens. "Sur le cycle d’application de la pein­ture, très sincèrement, il est difficile d’intervenir. En revanche, sur la par­tie étuvage, d’importantes économies peuvent être réalisées en réduisant, d’une part, le temps de séchage et de l’autre, la température de séchage", ajoute Thierry Leclerc.

 

Ainsi, de nou­velles formules voient le jour, comme l’explique Jean‑Marc Pettinotti, senior business solutions manager, PPG Industries Automotive Refinish France : "Nous proposons des vernis ultrarapides qui sèchent en 5 à 10 min à 60 °C, assurant ainsi des économies de 23 % de gaz et d’électricité par rap­port à un vernis standard. Ce sont des produits particulièrement adaptés aux petites réparations (spot repair), qui sont de plus en plus présentes dans les ateliers du fait du développement des Adas."

 

Mais les industriels travaillent éga­lement sur d’autres alternatives pour réduire l’utilisation de la cabine. Par­mi les articles "stars", nous retrou­vons les produits à séchage UV pro­posés par l’ensemble des fabricants (apprêts, vernis) et qui ont l’avantage de présenter un très faible investisse­ment (en moyenne 2 500 euros pour l’achat d’une lampe UV).

 

Sur le cycle d’application de la pein­ture, il est difficile d’intervenir. En revanche, sur la par­tie étuvage, d’importantes économies peuvent être réalisées

 

Autre innovation, les produits à sé­chage à l’air, à l’instar de l’apprêt Sik­kens Autosurfacer Optima d’Akzo­Nobel, qui diminue de 80 % les temps de process et de 85 % l’énergie consommée. Idem chez Axalta avec la technologie FCLE, Fast Cure Low Energy, produit qui peut être séché à des températures de cuisson plus basses ou à des températures de sé­chage à l’air de 20 °C.

 

Cette techno­logie "permet de réduire d’environ 75 % les coûts énergétiques liés à l’uti­lisation d’une cabine de peinture à ali­mentation directe au gaz, sur la base d’un cycle de séchage type de 30 min à 60 °C", souligne Romain Autret, technical manager refinish France d’Axalta. Même son de cloche chez BASF et PPG qui proposent eux aussi des process à "énergie froide", avec séchages à température ambiante.

 

Enfin, autre point de vigilance mis en avant par Thierry Leclerc : "Le poste air comprimé est non négligeable, c’est aujourd’hui l’énergie la plus chère qui puisse exister. Et l’on peut très facile­ment remplacer une ponceuse pneu­matique par une ponceuse électrique par exemple."

 

Un accompagnement nécessaire

 

Au‑delà des produits et des nouvelles technologies développés à l’attention des carrossiers, c’est avant tout sur l’accompagnement et la formation que les fabricants ont décidé de mi­ser. Car les produits, s’ils sont plus chers à l’achat, peuvent augmenter la rentabilité des professionnels.

 

En­core faut‑il pouvoir les convaincre en proposant des solutions sur mesure. "Nous avons déployé le CO2 repair calculator. C’est un fichier qui permet de comparer une gamme tradition­nelle et notre gamme de combinaisons de produits à séchage rapide, sans for­cément utiliser la cabine. C’est très visuel et l’on sait immédiatement ce que l’on gagne en temps, en écono­mies d’énergie, mais aussi en rejets de CO2 et de COV. Nous sommes égale­ment capables de connaître l’écono­mie moyenne dégagée sur l’année en fonction de nombreux paramètres : nombre de véhicules traités, factures énergétiques, investissement deman­dé si switch de technologie, comme l’achat de lampes UV par exemple. Et même si chaque cas est différent, les carrossiers peuvent arriver à près de 30 % d’économies d’énergie (gaz + électricité) en suivant nos re­commandations", témoigne Pascal André.

 

Thierry Leclerc complète : "Nous sommes en cours de déploie­ment d’un outil d’audit avec des ru­briques entières consacrées à la du­rabilité et, bien évidemment, un volet énergie. Nous vérifions l’isolation des bâtiments, l’éclairage et bien sûr les équipements et les produits. Il est aus­si important de rappeler les bonnes pratiques dans un atelier, comme le fait de mutualiser les réparations et de ne pas faire fonctionner la cabine s’il n’y a qu’un seul parechoc à traiter par exemple."

 

©BASF/RM

 

Et comme le panel de produits est large, chacun peut puiser dans les gammes de ses fournisseurs en fonc­tion de ses besoins : "La notion de flux est très importante, par exemple, les vernis à séchage ultrarapide sont idéaux pour ceux qui ont un fort vo­lume de véhicules à traiter, de 30 à 70 OR par jour. Alors que les pro­duits à séchage à l’air s’adaptent par­faitement aux petits volumes, quand il est possible d’immobiliser la ca­bine, sans incidence sur les délais de livraison", décrypte Jean‑Marc Pettinotti.

 

En parallèle de ces services et des formations sur le terrain, c’est aussi l’optimisation du poste peinture qui peut faire la différence. PPG propose, par exemple, une offre liée à la digi­talisation pour gagner du temps dans l’identification des teintes ou encore son appareil Moonwalk, conçu pour fabriquer une très petite quantité de produit.

 

De son côté, Axalta vient de lancer une nouvelle solution : "Les carrossiers se tournent de plus en plus vers la gestion numérique des cou­leurs et une automatisation du pro­cessus de préparation de la peinture, ce qui permet de minimiser le temps de travail des employés et d’aug­menter la productivité de l’atelier. Cette solution DCM (Digital Colour Management), appelée Axalta Irus, comprend la machine de préparation de peinture entièrement automati­sée la plus rapide au monde, Axalta Irus Mix, et qui peut faire économiser plus de 60 % du temps de travail d’un carrossier par rapport à un mélange manuel. Celle‑ci assure un dosage de produit exact à 100 %, ce qui réduit également le gaspillage", conclut Romain Autret. Les carrossiers ont donc toutes les cartes en main pour faire évoluer leurs process et s’enga­ger dans un cercle de réparation plus durable et vertueux.


3 questions à

Gilles Menard, directeur pièces et service du groupe Genin

"Toutes les innovations sont profitables , à conditions de revoir nos process" 

 

JA. : Comment avez‑vous été impacté par la hausse des coûts de l’énergie et quels sont, selon vous, les process les plus énergivores dans les carrosseries ?

G.M. : Dans nos trois carrosseries, Valence (26), Aubenas (07) et Sablons (38), qui font respectivement 800, 200 et 160 entrées de client par an, nous constatons une forte hausse du coût de l’énergie, mais nous avons pu la lisser grâce à nos contrats. De plus, nous travaillons sans agréments d’assurances depuis de nombreuses années, ce qui a pour avantage de pouvoir réviser nos taux horaires et d’ingrédients de peinture en rapport à nos coûts de fonctionnement. L’aire de préparation peinture est effectivement un poste énergivore dans le process de réparation de carrosserie. Il y a des phases de ponçage qui, selon les outillages utilisés, sont consommatrices d’air comprimé en quantité importante. Cela demande d’avoir un compresseur de forte puissance et donc consommateur de kilowatts électriques. Lors de la création de la carrosserie de Valence, j’avais opté pour des aires de préparation avec des ponceuses électriques, ce qui nous a permis de réduire la puissance du compresseur d’air avec un agrément supplémentaire pour l’opérateur.

 

Gilles Menard, directeur pièces et service du groupe Genin.

JA. :Qu’avez‑vous mis en place, au sein du groupe Genin, pour tenter de réduire la facture énergétique et avec quels résultats ?

G.M. : Depuis l’année dernière, nous sommes passés à un nouveau vernis de chez Spies Hecker avec la tech­nologie Fast Cure Low Energy, qui réduit le temps de séchage et la température de la cabine pour une économie de 25 % de gaz. Nous considérons qu’un degré de moins en cabine, c’est 7 % d’économies. Nous venons aussi de tester la pulvérisation à l’azote et c’est une option qui va être retenue. Enfin, nous allons installer des ombrières photovoltaïques sur les parkings du site de Valence pour 183 000 kW/an, qui seront autoconsommés à 75 %, afin de réduire notre facture énergétique. Une autre réflexion, plus globale, porte sur l’amélioration du poste peinture puisque les coûts d’achat ne cessent d’augmenter.

 

JA. :Avez‑vous bénéficié d’un accompagnement pour la mise en place de ces solutions ?

G.M. : Nous avons bien évidemment été accompagnés : en local, par notre fournisseur (EPS Peinture) sur les for­mations à l’application des produits de peinture, mais aussi sur les conseils d’investissement dans les ma­tériels adaptés dans la recherche d’économies d’énergie (gaz et électricité), le fabricant nous accompagne également à travers son distributeur (EPS Valence). Nous avons aussi adhéré au "label carrosserie" du groupe Volkswagen France, afin de bénéficier d’un coaching spécifique sur la gestion du poste carrosserie peinture. Toutes ces innovations sont profitables, à condition de revoir nos process. Ce sont des projets collaboratifs et l’implication des équipes sera la clé du succès. Aujourd’hui, je ne constate pas de perte de productivité au sein des carrosseries, au contraire, elles sont plus performantes en 2023.

Vous devez activer le javacript et la gestion des cookies pour bénéficier de toutes les donctionnalités.
Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle