S'abonner
Services

Gefco France expérimente le biogazole pour le transport de voitures

Publié le 29 novembre 2021

Par Gredy Raffin
2 min de lecture
En partenariat avec la société Gardien Transports, le groupe Gefco entame une phase de test portant sur l'utilisation d'un carburant biogazole dans des camions porte-voitures. Une initiative à mettre en relation avec son plan de réduction des émissions de CO2.
Les émissions de CO2 de la flotte test de Gefco pourraient baisser de 85 à 90 %.
Les émissions de CO2 de la flotte test de Gefco pourraient baisser de 85 à 90 %.

Le biocarburant s'invite chez Gefco. Le logisticien qui a validé l'été dernier un plan de digitalisation de sa chaîne d'approvisionnement a annoncé, le 29 novembre 2021, entamer une phase d'expérimentation d'une année avec la société Gardien Transports qui a pour but de mesurer l'intérêt de l'emploi d'un biocarburant dans ses activités. Plus précisément, Gefco va avoir recours à cette solution dans des camions porte-voitures utilisés pour le déplacement de véhicules finis.

 

Dans le cas présent, Gefco France et Gardien Transports ont choisi le biocarburant PUR-XTL distribué par la société Altens. Ce carburant alternatif est un biogazole de synthèse produit uniquement à partir de matières premières dites résiduelles, compatible avec les véhicules diesel sans modification technique. Il promet une baisse de 85 à 90 % des émissions de CO2, ainsi qu'une réduction allant jusqu’à 65 % des émissions de particules fines et ultra fines par rapport à un carburant standard sur les trajets courts.

 

A lire aussiGefco mis en vente par Stellantis et la société russe RZhD

 

Cette initiative tend à contribuer à la réduction de l'impact des activités de Gefco sur l'environnement. La filiale française du groupe, en lien avec son engagement dans le dispositif EVcom depuis 2019 et la Charte "Objectif CO2" intégrée début 2021, multiplie les mises à l'épreuve de carburants alternatifs (GNV, Biogaz). Plus globalement, pour ses activités de transport de véhicules finis en moyens propres, l'entité s'appuie sur un programme articulé autour de 4 axes de travail dont l'optimisation des flux, le renouvellement de la flotte pour répondre à la norme Euro 6 (achevé fin 2021), la formation des conducteurs et donc la modernisation des carburants.

Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle