S'abonner
Services

Cyclevia monte en puissance

Publié le 19 juin 2024

Par Marc David
4 min de lecture
Après une première année consacrée à poser les bases de la structure, à fédérer les acteurs de la filière autour d’une ambition commune et à mettre en place les premières actions de récupération et de recyclage, l’éco-organisme connaît un essor significatif en 2023. Cyclevia annonce des résultats prometteurs pour l'ensemble de ses objectifs.
Cyclevia bilan 2023
Opération rituelle, la récupération des huiles usagées passe avant tout par la vidange, et en particulier la vidange moteur. ©Cyclevia

En mars 2022, Cyclevia obtenait son agrément pour six ans. Une première pierre à l’édifice essentielle qui permettait de poser les bases de la structure, de fédérer les acteurs de la filière autour d’une ambition commune et de mettre en place des premières actions sur l’ensemble du territoire.

 

Aujourd’hui, l’éco-organisme peut se féliciter de l’adhésion massive des producteurs, les premiers acteurs de la filière. En effet, à l’issue de l’exercice 2023, plus de 300 d’entre eux adhéraient à Cyclevia.

 

Avec près de 413 000 tonnes d’huiles déclarées et éco-contribuées en 2023, ils représentaient plus de 90 % des volumes mis en marché estimés. Un résultat très positif qui sera encore amélioré à l’avenir en allant chercher les derniers récalcitrants. "En outre, tous les opérateurs de collecte et de traitement sont aujourd’hui enregistrés au sein de l’éco-organisme, dont le dernier régénérateur qui a décidé de nous rejoindre, souligne André Zaffiro, directeur général de Cyclevia. Au niveau des pouvoirs publics, même constat, un dialogue constructif a été engagé et révèle une compréhension mutuelle prometteuse pour notre collaboration et les évolutions annoncées pour 2025".

 

Des résultats positifs avec un taux de collecte de 60 %

 

Parallèlement, la filière continue de progresser au niveau de la collecte. En effet, pas moins de 239 000 tonnes d’huiles usagées ont été ramassées en 2023 auprès des professionnels, dont 51 % de garagistes (contre 7 % pour les particuliers via les déchèteries), ceci au cours de plus de 185 000 interventions partout en France.

 

Avec un taux de collecte de 60 %, les résultats sont très positifs et remplissent les objectifs fixés par les pouvoirs publics. "La qualité des huiles usagées collectées s’améliore aussi progressivement et, à ce titre, le nombre de pollutions aux PCB (PolyChloroBiphényles, Ndlr) a diminué de plus de moitié par rapport à 2022", indique André Zaffiro.

 

Autre source d’amélioration, le retraitement des huiles usagées. Avec plus de 225 000 tonnes nettes livrées en centres de traitement en 2023 et un taux de régénération/recyclage de 81 %, dépassant de six points les objectifs, la tendance amorcée en 2022 se confirme, accentuée par l’enregistrement des derniers opérateurs.

 

Cependant, afin de tendre vers la circularité totale, et ceci pour mémoire, Cyclevia a posé en 2023 les bases d’un appel à projets visant à l’implantation, en France, d’une unité de régénération capable de produire des huiles de base de groupes 2 et/ou 3. Cet appel à projets a été officiellement lancé le 16 février 2024 et aboutira en février 2025.

 

Au registre des projets figure également le passage annoncé de Cyclevia en REP mixte. Si l’éco-organisme contribuait financièrement aux opérations et offrait aux opérateurs un fonctionnement à "guichet ouvert", celui-ci verra, à partir du 1er janvier 2025, son activité évoluer.

 

Concrètement, l'éco-organisme pourvoira aussi aux opérations de collecte et de régénération, et ce, sur une partie du gisement. Figure aussi, pour rappel, la demande de "regroupement" des obligations, celle-ci consistant à intégrer au périmètre actuel (les huiles) celui des emballages.

 

Si aucune décision n’a encore été prise au niveau de l’État, Cyclevia travaille déjà à la mise en place de ce regroupement et prépare à ce titre une expérimentation destinée à préciser son périmètre d’action et à éprouver ses pratiques.

 

Des projets locaux en outre-mer

 

Côté expérimentation, justement, les Outre-mer se positionnent comme une vitrine des initiatives. En 2023, à l’issue d’une première tournée des territoires avec Saint-Martin, Mayotte et Saint-Pierre-et-Miquelon, 6 000 tonnes d’huiles usagées ont été collectées, soit 21 % de plus qu’en 2022.

 

Un résultat qui s’explique en partie par le déstockage des huiles usagées bloquées à La Réunion et à la reprise des collectes rendues difficiles, voire impossibles, lors de la crise sanitaire de 2020 et 2021. La quasi-totalité des déchets collectés a, quant à elle, été exportée en métropole pour y être régénérée (taux approchant les 96 % contre 63 % en 2022).

 

En outre, beaucoup de projets entrepris localement devraient porter leurs fruits dans les mois et années à venir. Ainsi, à titre d’exemple, une première expérimentation de collecte d’huiles usagées et de leurs emballages, entièrement pilotée et financée par Cyclevia, s’est déroulée en Guadeloupe durant six mois à compter du 15 octobre 2023, en partenariat avec un réseau de centres d’entretien automobile de l’archipel.

 

Autre exemple, dans le cadre de la feuille de route de Cyclevia pour les trois ans à venir, la Martinique a vu la signature d’une convention pour contribuer au label "Garage propre".

Vous devez activer le javacript et la gestion des cookies pour bénéficier de toutes les donctionnalités.
Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle