S'abonner
Services

Clap de fin pour Carventura, la branche VO CtoC de Stellantis

Publié le 24 juin 2022

Par Gredy Raffin
3 min de lecture
C'est par un message posté sur son site internet que Carventura a annoncé mettre fin à ses activités. Une annonce d'autant plus surprenante que la filiale de Stellantis, spécialisée dans le VO entre particuliers, opérait sur un créneau échappant aux concessionnaires.
Frédéric Lecroart, fondateur de Carventura.
Frédéric Lecroart, fondateur de Carventura.

Après cinq années de service, Carventura a tiré le rideau. La plateforme de transactions de véhicules d'occasion entre particuliers a décidé de mettre un terme à son activité, a-t-on découvert, jeudi 23 juin 2022, en consultant le site internet de l'entreprise.

 

L'annonce peut surprendre. En effet, filiale du groupe Stellantis depuis son origine en tant que start-up libre de ses actions, Carventura opère sur un segment qui ne fait, sur le papier, en rien de l'ombre aux concessionnaires, ni à Aramisauto. Frédéric Lecroart, le fondateur, ciblait les propriétaires de véhicules se détournant des points de vente. En cinq ans, l'entreprise dit avoir accompagné 500 000 utilisateurs avec ses divers services.

 

Toujours est-il que le marché de l'occasion est bouleversé et que le type de prestations délivrées par Carventura est désormais exposé à une concurrence soutenue, notamment de la part des réseaux d'agences indépendants. Sans présence physique sur le territoire national, il devient alors compliqué de rivaliser. CapCar, grand rival de Carventura, a d'ailleurs pris des dispositions avec un schéma d'entreprise qui fait désormais appel à des agents commerciaux.

 

A lire aussi : Carventura vendra les véhicules des collaborateurs Stellantis 

 

Il y a pourtant eu de nombreux partenariats. Carventura avait profité du salon Equip Auto 2019 pour présenter un accord avec Eurorepar Car Service, puis avait trouver en Lenbox un allié pour les solutions de financement, tandis que Driiveme assurait officiellement les commandes de livraison depuis 2021. Il y a un an tout juste, la start-up de Frédéric Lecroart devenait un canal CtoB pour alimenter des garages en produits à reconditionner et à revendre.

 

Autre élément à prendre en considération : la hausse des coûts. Pour exister en tant que marque auprès des intentionnistes VO, il faut consentir à de lourds investissements marketing et publicitaires. Dans la famille Stellantis, Aramis et Spoticar figurent dans le top 5 des annonceurs du secteur, comme il a été confirmé dans le bilan édité fin avril 2022 par Kantar Media. L'un a vu sa valeur en Bourse dévisser en raison de ses résultats décevants, l'autre ne parvenant pas encore à devenir la plateforme d'envergure qu'elle aspire à être. Faut-il donc voir dans ce geste, un sacrifice stratégique et non l'échec de l'entité Carventura ?

 

Forcément, cette annonce soulève un autre question. Si Stellantis décide de couper les vannes de Carventura, alors que la rentabilité approchait, Renault prendra-t-il alors le pari d'accélérer avec l'alter ego Carizy ou la même logique s'appliquera au profit d'un investissement plus conséquent dans Heycar, la plateforme concurrente des infomédiaires réservée aux concessionnaires ?

 

Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle