S'abonner
Distribution

CapCar entérine son modèle d'agents commerciaux

Publié le 14 juin 2022

Par Gredy Raffin
3 min de lecture
Après des mois de montée en régime, le nouveau fonctionnement de CapCar, qui consiste à recourir à des agents commerciaux, a donné pleine satisfaction. Ce sera désormais le modèle privilégié par la plateforme de transaction de véhicules d'occasion en ligne.  
Louis-Gabriel de Causans, co-fondateur de CapCar et directeur général de CapCar.
Louis-Gabriel de Causans, co-fondateur de CapCar et directeur général de CapCar.

La table a été renversée. Le schéma opérationnel de CapCar a connu un changement profond que le co-fondateur et directeur général, Louis-Gabriel de Causans, valide sans détour. "Nous avons décidé de recourir à des contrats d'agents commerciaux au lieu de poursuivre dans le recrutement de salariés", explique-t-il dans un entretien accordé, mardi 14 juin 2022, au Journal de l'Automobile.

 

Exit donc les inspecteurs salariés de l'entreprise à qui CapCar confie la mission de contrôler les véhicules d'occasion à revendre sur la plateforme. Ils laissent place à des indépendants dont les prérogatives sont bien plus larges. Ils prennent toujours en charge l'inspection, mais également le marketing local et la supervision de la transaction. "Ils profitent d'une plus grande liberté", apprécie le directeur général.

 

Un rôle de commercial et d'inspecteur qui ne nécessite pas ou peu d'investissement de départ. Les agents sous contrat n'ont pas besoin de local et accèdent à l'ensemble de la technologie développée par CapCar depuis six ans. Chacun d'eux dispose d'une page web en propre pour orienter les clients dans le tunnel de conversion conduisant à la mise en vente de leur véhicule.

 

A lire aussi :Bye Buy Car part à la conquête des professionnels

 

"Nos équipes sédentaires internes s'occupent ensuite de diffuser l'annonce sur les sites adéquats, puis de traiter les leads jusqu'à l'acte de réservation, explique Louis-Gabriel de Causans. Ainsi, nous garantissons à l'agent commercial une grande réactivité et nous libérons du temps pour développer son activité". CapCar conserve donc son métier d'intermédiaire entre particuliers.

 

Le modèle économique intègre une commission réglée par l'acheteur. Celle-ci est alors divisée en deux parts égales, dont l'une revient à l'agent commercial et l'autre à CapCar. "Il existe un système de parrainage, précise le co-fondateur, et dans ce cas, nos rognons 4 % de notre gain pour les verser au parrain de l'agent". Dans cette logique, certains atteignent déjà 4 000 à 5 000 euros de salaires certains mois.

 

Vers une couverture avec 3 000 agents

 

A ce jour, 80 agents commerciaux sont actifs, en France. Une très large majorité d'entre eux sont des nouveaux entrants dans l'univers de CapCar. Les inspecteurs historiques attendant d'être convaincus, analyse Louis-Gabriel de Causan. En termes d'ambitions, ce dernier fixe la barre très haut. Dans trois ans, il souhaiterait pouvoir s'appuyer sur 3 000 partenaires, dont notamment des concessionnaires et des garagistes.

 

Très clairement, le dirigeant de la plateforme de vente en ligne de véhicules d'occasion qui tourne en moyenne à 300 affaires par mois, souhaite faire de l'ombre aux franchises en place, telles que TransakAuto, Ewigo ou encore SimpliciCar, mais aussi aux pure-players. Des maisons dont il voit les fondations trembler dans ce contexte de crise, à l'instar de Cazoo qui licencie ou d'Aramis Group qui perd de l'argent.

Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle