S'abonner
Industrie

400 millions d'euros pour soutenir les sous-traitants

Publié le 16 décembre 2021

Par Christophe Jaussaud
2 min de lecture
La ministre déléguée à l'Industrie a notamment annoncé la mise en place d'un fonds de 300 millions d'euros, afin que les sous-traitants de l'industrie automobile évoluent vers des marchés plus porteurs.
Avec ce fonds de 300 millions d'euros, le gouvernement veut accompagner les sous-traitants automobile vers des marchés plus porteurs, notamment dans l'électrification.
Avec ce fonds de 300 millions d'euros, le gouvernement veut accompagner les sous-traitants automobile vers des marchés plus porteurs, notamment dans l'électrification.

Les sous-traitants automobiles en difficulté vont avoir accès à un fonds de 300 millions d'euros pour se diversifier, a annoncé, jeudi 16 décembre 2021, la ministre déléguée à l'Industrie, Agnès Pannier-Runacher.

 

"Ce fonds a vocation à soutenir des projets de diversification visant à développer ou industrialiser de nouveaux produits et procédés de fabrication, en lien avec le véhicule électrifié et ses composants, ou vers des segments porteurs en dehors de l'automobile", a souligné le ministère dans un communiqué. Cette nouvelle enveloppe de 300 millions d'euros pourra être complétée par les prochains dispositifs de soutien du plan France 2030, a-t-il ajouté.

 

A lire aussiAgnès Pannier-Runacher : "La transition écologique ne doit pas aller contre l’industrie"

 

Face à la délocalisation de la production, de nombreux équipementiers sont en difficulté ou ont déjà déposé le bilan, notamment dans la filière des fonderies. L'électrification de l'industrie automobile pourrait provoquer la suppression de 52 000 postes en France, notamment dans les usines qui sous-traitent la forge, la fonderie et l'emboutissage, selon une projection à horizon 2030 publiée par la Plateforme automobile (PFA).

 

A l'occasion d'un déplacement dans l'Oise, Agnès Pannier-Runacher a également annoncé que le dispositif "chocs industriels", testé sur 11 territoires, sera déclenché avec une enveloppe de 100 millions d'euros supplémentaires sur une trentaine de nouveaux territoires, "les plus touchés par les mutations de la filière automobile".

 

A lire aussi : Le véhicule électrique accélère le transfert de la chaîne de valeur chez les constructeurs

 

Il propose un appui en ingénierie auprès des territoires pour les aider à élaborer "une stratégie de retournement". Les nouveaux projets industriels identifiés sont alors subventionnés. Cette enveloppe pourra être complétée par le fonds d'appui à la reconversion des territoires du ministère du Travail.

 

La Plateforme automobile va également déployer son dispositif d'accompagnement des entreprises, auprès de 200 nouvelles entreprises de la filière. La PFA a en outre nommé deux personnalités pour assurer un travail de "sensibilisation à la transition industrielle des sous-traitants automobiles vers les marchés d'avenir": Didier Sepulchre de Condé, un ancien dirigeant de NTN/SNR Roulements, et Patrick Thollin, du fabricant de capteurs EFI. (avec AFP)

Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle