S'abonner
Distribution

Fastback veut "créer une communauté des deux-roues d'occasion"

Publié le 6 mars 2024

Par Gredy Raffin
3 min de lecture
Après avoir fait ses preuves sur le marché des voitures d'occasion, le spécialiste du remarketing BtoB cherche à accélérer sur d'autres segments de produits. Fastback cible notamment celui des deux-roues. Encore faut-il parvenir à fédérer une communauté de professionnels.
Fastback deux-roues
Fastback va changer les tarifs de licence d'utilisation pour dynamiser son activité de revente de deux-roues. ©Honda

Les opportunités de diversification sont nombreuses. Il faut trancher. Fastback semble avoir arbitré en faveur des deux-roues. Le spécialiste belge du remarketing de voitures d'occasion va se donner les moyens de monter en régime sur cet autre segment de produits.

 

"Nous avions communiqué sur le sujet aux États-Majors du VO en 2023, rappelle Guillaume Fonteneau, responsable de Fastback en France. Nous avons démarré nos activités et le marché hexagonal présente un potentiel très intéressant, surtout depuis qu'il y a un rapprochement entre l'automobile et la moto chez BMW".

 

A lire aussi : Bee2Link s'ouvre au marché des deux-roues

 

La plateforme de remarketing souhaiterait afficher plus de deux-roues sur son interface. Une chose facile à concevoir. Elle reste plus complexe à mettre en œuvre. "Nous devons créer une communauté des deux-roues d'occasion, composée de vendeurs et d'acheteurs. Il faut cela pour démarrer réellement l'activité", conditionne le fondateur de Fastback, Fabrice Bruyère.

 

En conséquence, la société d'origine belge va réviser ses tarifs de licence. La stratégie consiste à les rendre plus accessibles en 2024 pour accroître l'attractivité de la plateforme. Dans le même temps, Fastback va démarcher d'autres partenaires. Il s'agit de diversifier les marques proposées à la vente et les concessionnaires automobiles ont peu de prises sur nombre d'entre elles.

 

Plateforme multiproduit

 

L'arbitrage a penché en faveur des deux-roues. Fastback ne tourne pas pour autant le dos aux camions. Ce sera l'un des autres sujets chauds de l'année. "Le secteur a des spécificités que nous apprenons à maîtriser", glisse le fondateur. Il cite notamment la dimension plus internationale des réflexions. Ce qui transpose les enjeux de la plateforme de remarketing à une autre échelle.

 

L'une des réponses pourrait être la création d'une structure plus proche du centre géographique de l'Europe. La Pologne et la République tchèque sont des pistes sérieuses. Cela permettra de profiter d'une logistique plus appropriée aux attentes des concessionnaires poids lourds.

 

A lire aussi : L'inflation des prix a rapproché Auto1 Group de la rentabilité

 

Autant de projets concrets qui font avancer Fastback dans la direction souhaitée, celle de devenir une interface de remarketing multiproduit et internationale. Sur son marché historique, l'entreprise passée dans le giron de Portiva a bouclé une année 2023 en croissance. L'exercice était pourtant semé d'embûches.

 

L'augmentation des volumes masque des phénomènes de baisse. Des tarifs d'abord, mais surtout du nombre moyen de propositions par offres de voitures d'occasion publiées. Et Fabrice Bruyère d'analyser : "Le coût de stockage a freiné les distributeurs. Ils ont été plus prudents dans leurs achats".

Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Pour vous tenir informés de toute l'actualité automobile, abonnez-vous à nos newsletters.
Inscription aux Newsletters
cross-circle