S'abonner
Data Center

Les 10 points marquants du marché automobile en août 2021 : toujours en berne

Publié le 1 septembre 2021

Par Christophe Bourgeois
7 min de lecture
En août 2021, les ventes automobiles ont été aussi déprimées que la météo sur la moitié nord de la France. Avec 88 065 immatriculations, le marché a enregistré une baisse de 15,1 % par rapport 2020.
Durant le mois d'août 2021, les immatriculations ont baissé de 15 %.
Durant le mois d'août 2021, les immatriculations ont baissé de 15 %.

Une baisse continue

Le marché automobile VPN peine toujours à retrouver des couleurs. Si, comparé à l’année dernière, il progresse de 12,8 % avec 1 126 543 immatriculations depuis le début de l’année, le mois d’août n’aura pas été bon. Avec 88 065 unités, ce dernier enregistre une baisse de 15,1 %. Et par rapport à 2019, année de référence, le marché ne redresse toujours pas la barre. Sur les huit premiers mois, il baisse en effet de 23,3 % (1 126 543 vs 1 467 924 unités). Les clients ne semblent toujours pas retrouver le chemin des concessionnaires tandis que la pénurie des semi-conducteurs pèse toujours lourdement sur la disponibilités des produits.

 

Toujours plus d'électrification

Qu'ils soient rechargeables ou non rechargeables, les hybrides continuent à s'envoler. Leurs ventes ont progressé de 125 %. Avec 29 % de part de marché sur août, ils se rapprochent toujours plus des modèles essence (37 %) et dépassent de loin les diesels (18 %). Dans le détail, les hybrides non rechargeables pèsent 20 % du marché (dont environ la moitié de micro-hybrides) et les rechargeables 9 %. Ces derniers, aidés par un bonus de 1 000 euros, bondissent de 175 % sur huit mois. Quant aux modèles 100 % électriques, ils atteignent 11 % de part de marché en août.

 

Renault termine devant Peugeot 

Dominé au mois d’août depuis deux ans par Peugeot, Renault a, cette fois-ci, terminé la course en tête, certes d’un souffle. La marque au losange a immatriculé 12 843 voitures particulières contre 12 493 pour son grand rival, le tout étant néanmoins assorti de chutes spectaculaires par rapport à août 2019, de 31,3 % pour Renault et de 36,6 % pour Peugeot. A l’époque, les deux marques pointaient respectivement à 18 718 et 19 695 immatriculations. La comparaison avec août 2020 est également douloureuse, surtout pour Peugeot qui décroche de 34,2 %. Renault limite la casse avec un déficit de 9,3 %, mais août 2020 n’avait pas été un grand cru pour la marque.

 

Peu de marques dans le vert

Il n'y a pas beaucoup de marques qui tirent leur épingle du jeu. Au mois d'août 2021, Volkswagen (+ 39,4 %, 5 925 unités) est portée par  la Polo VI (+ 39,4 %) et sa gamme de SUV (Tiguan : + 41,5 % ; T-Roc : + 23,1 % et T-Cross : + 18,5 %). A noter que DS reprend aussi des couleurs avec une progression de 14,9% (1 026), les ventes sont toujours soutenues par le DS7 Crossback. Parmi les bons élèves, on trouve aussi Jeep et ses + 29,9 % (622), Land Rover (+ 40,1 %, 227) sans oublier Alpine (+ 292,9 %, 110). Mais la palme revient bien sûr à Tesla qui a immatriculé 2 658 voitures sur ce mois, soit une explosion de + 888 %. Il s'agissait majoritairement de Model 3.

 

Un marché premium pas au mieux de sa forme

Les marques premium, à part celle de luxe, ne sont pas non plus à la fête. Mercedes-Benz prend le bouillon avec des ventes en baisse de 30,1 % (2 319 unités). Et ce n'est pas mieux chez la concurrence allemande : BMW limite la casse avec une baisse de -6,2 % (2 767), ce que peine à faire Audi qui enregistre une contraction de 9,5 % (2 707). Et chez les outsiders, ce n'est guère mieux : Volvo perd 28,1 % (729) et Lexus fait encore moins bien avec - 36,1 % (241).

 

Lire aussi : Les distributeurs touchés de plein fouet par la crise des semi-conducteurs

 

Un top 5 porté par la Dacia Sandero

Au mois d'août, Dacia reste toujours très en forme avec une Sandero qui est la voiture la plus vendue du marché (5 560 unités). Elle représente sur cette période une part de marché de 6,32 %. Créditée de 4 720 unités (+ 9,9 %), la Renault Clio souffle la seconde place du palmarès à sa grande rivale, la Peugeot 208 (4 488, - 29,9 %). La Citroën finit avec la médaille en chocolat avec 3 659 immatriculations (- 23,5 %) tandis que le Peugeot 2008 (2 623, - 53,6 %) termine ce top 5.

 

Les utilitaires moins secoués 

Difficile de trouver des motifs de satisfaction en ce mois d’août calamiteux pour le marché automobile français. On se contentera donc d’apprécier le fait que les utilitaires légers ont mieux résisté que les voitures particulières. 21 560 VUL ont quitté les concessions le mois dernier, soit un repli de 18,2 % par rapport à août 2019 et de 16,5 % par rapport à août 2020. Renault a dominé la concurrence avec 5 650 mises à la route, soit une part de marché de 26,2 %, devant Peugeot (3 936) et Citroën (3 184).

 

Le raz de marée chinois n'a toujours pas lieu

Les nouveaux acteurs chinois affichent des ventes encore très modestes. Le plus important d'entre eux, MG, a immatriculé en août 201, 775 voitures, ce qui le place entre DS (1 026) et Volvo (729). Cela représente 2 654 voitures depuis le début de l'année. Très loin derrière, Aiways a écoulé 38 voitures, soit 166 depuis le début de l'année. C'est très loin des 1000 modèles annoncés par le constructeur. Lynk&Co a immatriculé 38 modèle et 49 depuis le début de l'année. La marque devrait faire son entrée sur le marché en septembre.

 

Les véhicules d’occasion aussi en repli 

Comme le marché du neuf, celui de l’occasion n’a pas résisté au mois d’août avec un repli d’activité de 11,3%, à 433 909 unités. Il est toutefois intéressant de noter que les véhicules de moins de 6 mois surnagent avec un bond des transactions de 19,2%, à 16 959 unités. Toutes les autres tranches d’âge sont en revanche dans le rouge, à commencer par les modèles de 6 mois à un an (-37,8 %, 15 309 unités) et d’un à deux ans (-41,8 %, 22 201). La baisse est moins prononcée pour les véhicules plus âgés. Le gros du marché se situe toujours dans la tranche 8/15 ans, avec 127 661 transactions, malgré une baisse de 13,9 %. Du côté des marques, Renault est celle qui a le plus reculé en août, de 16,8 %, à 83 991 unités.

Depuis janvier, le marché du VO est toujours bien orienté avec plus de 4 millions de véhicules cumulés, soit une progression de 16,9 %. Les modèles dotés d’une vignette Crit’Air 2 sont les plus recherchés et représentent 37 % des ventes cette année. Ils ne seront pourtant plus autorisés à circuler dans les ZFE à partir de 2024. Suivent les Crit’Air 1 à 27 % et les Crit’Air 3, interdits dans les ZFE dès juillet 2022, à 23 % de part de marché. Bien qu’ils progressent fortement (+93 % sur huit mois), les modèles Crit’Air 0, zéro émission, représentent moins de 1 % des transactions.

 

Tous les canaux en berne sauf la courte durée

A part celui des ventes de location à courte durée, aucun canal n'a connu une évolution positive sur le huitième mois de l'année. Celui à particulier s'est replié à 22,8 %, faisant près de 8 points de moins que le marché. Concernant le secteur des flottes, il limite la casse avec un repli des immatriculations limité de 4,9 %, à 26 726 voitures particulières. Ce qui permet au canal B2B (loueurs longue durée, administrations et sociétés) de grimper à 30,4 % de part de marché au mois d’août, une performance inhabituellement élevée. Reste donc comme nous le disions en introduction, des ventes à loueurs  courte durée portées par le retour des touristes en France (+ 8,2 %, 4 450 unités) .

 

Retrouver l'intégralité des données dans la rubrique Data Center.

 

Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle