S'abonner
Constructeurs

Les batteries pour les VE dopent les dépôts de brevets

Publié le 22 septembre 2020

Par Christophe Jaussaud
4 min de lecture
En compilant les dépôts de brevets concernant les batteries, entre 2000 et 2018, l'Office européen des brevets et l'Agence internationale de l'énergie livrent une photographie claire du secteur.
En France, le CEA est le plus prolifique avec 358 brevets, suivi par Renault (149) et Total (122).

 

A l'heure où l'Europe tente de faire décoller l'Airbus des batteries et rattraper son retard sur la technologie des batteries pour les VE, l'Office européen des brevets (OEB) et l'Agence internationale de l'énergie (AIE) viennent de publier une étude, couvrant la période 2000-2018, sur la montée en puissance de cette technologie au travers des brevets déposés. Premier constat, le nombre de dépôts concernant les domaines des batteries, et plus généralement du stockage de l'énergie, ont augmenté, en moyenne, de 14 % chaque année dans le monde. Et 90 % des brevets concernent les batteries.

 

Sans surprise, l'Asie, et principalement le Japon, joue un rôle central. Dans le top 10 des entreprises, 9 sont asiatiques. Le seul "intrus" est européen, il s'agit de Bosch, classé à la 5e place. Une Europe qui semble monter en puissance puisque 6 entreprises sont dans le top 25, avec Daimler, VW, BASF et le CEA, seule entité française de ce classement. L'Allemagne est donc le pays leader en Europe dans ce domaine avec 5 080 brevets déposés entre 2000 et 2018. La France arrive deuxième avec 1 354 dépôts sur la même période. Dans l'Hexagone, le CEA est le plus prolifique avec 358 brevets, suivi par Renault (149) et Total (122). Sur la seule période 2014-2018, le CEA est même en 15e position du classement.

 

Et la Chine ? Aucune entreprise chinoise ne figure dans ce classement. Cela s'explique, notamment, par leur relative jeunesse, mais le pays, depuis 2010 et avec une accélération en 2016, a vu sa contribution fortement augmenter pour finalement totaliser 876 brevets fin 2018. Elle a ainsi dépassé les Etats-Unis (817) et se rapproche de l'Europe (1 021).

 

Si l'on regarde maintenant seulement les constructeurs présents dans ce classement, la domination de l'Asie se confirme avec Toyota (4e avec 2 564 brevets), Nissan (9e avec 778) et Hyundai (19e avec 380). Les américains sont la deuxième force avec GM (12e avec 554) et Ford (14e avec 430) devant les allemands avec Daimler (20e avec 372) et Volkswagen (24e avec 345).

 

L'augmentation des innovations est à mettre à l'actif des travaux sur les batteries lithium-ion associées à l'automobile. En effet, depuis 2011, les accus destinés aux VE ont dépassé l'électronique grand public. Un essor qui a eu pour conséquence de faire chuter les prix de 90 % depuis 2010 pour les VE et de deux tiers pour les applications stationnaires.

 

"La technologie de stockage de l'énergie joue un rôle essentiel lorsqu'il s'agit de répondre à la demande de mobilité électrique et d'opérer la transition vers des énergies renouvelables, nécessaire si vous voulons atténuer le changement climatique", explique le Président de l'OEB, António Campinos. "La hausse rapide et soutenue de l'innovation en matière de stockage de l'électricité montre que les inventeurs et les entreprises s'emploient aujourd'hui pleinement à relever le défi de la transition énergétique. Les données de brevet révèlent que si l'Asie est fortement en tête dans ce secteur stratégique, les États-Unis et l'Europe peuvent compter sur un riche écosystème en matière d'innovation, notamment un grand nombre de PME et d'instituts de recherche capables de les aider à rester en lice pour la prochaine génération de batteries."

 

Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Pour vous tenir informés de toute l'actualité automobile, abonnez-vous à nos newsletters.
Inscription aux Newsletters
cross-circle