S'abonner
Constructeurs

Le marché russe s’écroule

Publié le 6 avril 2022

Par Christophe Jaussaud
2 min de lecture
Comme attendu, le marché russe s’est écroulé au mois de mars 2022 avec un plongeon de 62,9 % des immatriculations. La chute est de 28,4 % sur le premier trimestre.
Le marché russe a plongé de 62,9 % en mars 2022.
Le marché russe a plongé de 62,9 % en mars 2022.

Après une baisse de 4,8 % en février 2022, le marché russe a, comme attendu, plongé en mars. Seulement 55 129 immatriculations de VP et VUL ont été enregistrées, soit une chute de 62,9 %, selon les chiffres publiés par l'Association of European Businesses (AEB). Par rapport à mars 2021, le volume a baissé de 93 547 unités. 

 

Il faut y voir l’une des conséquences des sanctions contre le pays après l’invasion et la guerre en Ukraine. La quasi-totalité des usines automobiles du pays sont à l’arrêt et les importations stoppées.

 

A lire aussi : Renault suspend ses activités en Russie et revoit ses objectifs

 

Sur l’ensemble du premier trimestre 2022, le marché russe totalise 277 332 immatriculations (-28,4 %) contre 387 322 un an plus tôt. La position des principaux acteurs du marché n’est pas vraiment changée puisque Avtovaz (Lada) reste en tête avec 52 712 unités sur le trimestre (-37 %), devant Kia (33 658 ; -35 %) et Hyundai (30 026 ; -25 %). 

 

Renault reste la 4e marque du marché, avec 22 392 unités (-26 %) et une part de marché de 8,1 %. Plus largement, en prenant en contre les autres marques de l’Alliance et Avtovaz, le volume trimestriel est de 92 585 unités (-30,7 %) et une part de marché de 33,4 % (-1,1 point). 

 

 

Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle