S'abonner
Constructeurs

Jaguar Land Rover rassure son réseau

Publié le 10 novembre 2021

Par Christophe Bourgeois
3 min de lecture
Le réseau Jaguar Land Rover s'alarme depuis plusieurs semaines de ne plus avoir de produits disponibles à la vente. Selon nos informations, le constructeur semble avoir entendu les inquiétudes de ses partenaires et prévoit des solutions pour passer la crise.
La demande sur le Land Rover Defender est actuellement très forte en dépit d'une fiscalité importante.
La demande sur le Land Rover Defender est actuellement très forte en dépit d'une fiscalité importante.

Des showrooms et des parkings désespéramment vides, aucune visibilité sur la disponibilité des véhicules, des délais de livraison qui s’allongent jusqu’à la fin 2022, le réseau Jaguar Land Rover est aujourd’hui aux abois.

 

Malgré une progression des ventes de 32,9 % pour Jaguar et 31,5 % pour Land Rover depuis le début de l’année 2021, ce qui représente 6 117 immatriculations, le réseau se montre peu confiant sur sa rentabilité. Et pour cause. Alors que le point d’équilibre est fixé à 10 000 livraisons par an, il est fort probable qu’elles ne dépasseront pas les 9 000 unités cette année.

 

Comme tous les autres constructeurs, Jaguar Land Rover subit de plein fouet la pénurie des semi-conducteurs. Cette situation est d’autant plus frustrante que selon le réseau, la gamme Land Rover connaît une forte demande, notamment avec le Defender et les modèles hybrides rechargeables. Il indique que, sans pénurie de matières premières, 2021 aurait pu être une année historique avec un potentiel de 13 000 commandes.

 

A lire aussi : Philippe Robbrecht nommé PDG de Land Rover France

 

Mais outre les délais qui ne cessent de s’allonger, mais qui paradoxalement ne semblent pas refroidir la clientèle malgré des livraisons fin 2022 pour certains modèles, la France manque de modèles. Certains concessionnaires regrettent que la filiale ait été trop prudente, notamment sur le Defender, malgré un malus conséquent. Selon nos informations, le quota sur ce véhicule était fixé à 500 unités alors que le potentiel de commandes serait plutôt autour des 750 véhicules. Chez certains concessionnaires, ce manque de produits pourrait entraîner une baisse du chiffre d’affaires d’environ 20 %. Voire plus.

 

Pour répondre aux demandes du réseau, Jaguar Land Rover s’est montré à l’écoute et s’est engagé dans un plan d’accompagnement dans le but de sécuriser les marges sur la première partie de l’année prochaine, des mesures reconductibles en fonction de la conjoncture. Ce soutien passe par la neutralité ponctuelle de la variabilité des primes. En parallèle, certains coûts d’exploitation vont être en partie allégés afin que le réseau puisse traverser cette période compliquée sans trop de casse. En retour, le réseau s’engage à maintenir le niveau d’exigence et de qualité que la marque attend de ce dernier.

 

A lire aussi : Le réseau français JLR déploie les ventes connectées

 

En parallèle, certains concessionnaires regrettaient de voir sur des réseaux parallèles des Defender disponibles à la vente. "On parle certes de quelques dizaines d’exemplaires, provenant principalement d’Allemagne, mais dans un marché très tendu, cette distribution était un mauvais signal envoyé au réseau", note un des distributeurs interrogés. La filiale française serait actuellement entrain d’arranger ce problème.

 

Pour 2022, Jaguar Land Rover assure, en l’état actuel de la situation, que la production allouée pour le réseau français sera "entre 8 000 et 10 000 voitures". Un volume toujours en dessous du point mort pour le réseau mais qui lui permet d’avoir un peu plus de visibilité et de s’adapter si nécessaire.

 

Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle