S'abonner
Constructeurs

Comment Rivian tente de conjurer la défiance des investisseurs sur les voitures électriques

Publié le 11 mars 2024

Par Nabil Bourassi
3 min de lecture
La marque automobile américaine spécialisée dans les voitures électriques a présenté deux nouveaux modèles pour relancer ses ventes. Avec le R2 et le R3, Rivian espère faire une percée à l'international, notamment en Europe. Mais le groupe continue de perdre énormément d'argent et les investissements se raréfient.
Rivian R2 R3
La Rivian R2 arrivera en Europe entre 2027 et 2028 et sera suivie d'une R3. ©Rivian

Quitte ou double ! Avec le lancement d’une R2, Rivian va tenter une percée à l’international, notamment en Europe. Ce gros SUV (4,70 mètres) sera suivi d’un plus compact, la R3. L’enjeu est majeur après l’année 2023 catastrophique enregistrée par la marque créée en 2009. Rivian a perdu plus d’argent qu’elle n’en a gagné. Et si l’année 2024 promet d’être meilleure, le groupe risque cependant de rester dans le rouge vif.

 

Dans le détail, Rivian a engrangé 4,4 milliards de dollars pour 55 000 voitures vendues, mais dans le même temps, le groupe a perdu 5,4 milliards de dollars. En 2024, il prévoit de vendre à peine plus de voitures, mais de diviser sa perte par deux (2,2 milliards de dollars).

 

Un matelas de cash de dix milliards de dollars

 

Pour l’heure, Rivian est assis sur un matelas de cash de dix milliards de dollars, ce qui doit lui permettre de gagner un peu de temps. Tant mieux, car les pure players de la voiture électrique ne sont pas en odeur de sainteté chez les investisseurs qui émettent de sérieux doutes sur les projections à long terme de cette technologie. Le temps où Rivian était coté plus de 100 milliards de dollars après son introduction en Bourse (fin 2021) est terminé. L’entreprise ne vaut plus que 13 milliards à Wall Street.

 

Il est donc impératif que le constructeur concrétise son business model avec des sommes sonnantes et trébuchantes. Le R2 pourrait donc être l’accélérateur de volumes dont il a besoin pour prouver au marché que le secteur automobile de demain devra compter avec lui.

 

Pour l’heure, le groupe est cependant contraint d'économiser. Il vient de suspendre la construction de sa gigantesque usine de Géorgie dont le coût est estimé à cinq milliards de dollars. Celle-ci devait justement construire la R2 qui sera donc finalement rapatriée sur le premier site de l’Illinois. D'ailleurs, l'entreprise discute avec l'Etat d'Illinois pour obtenir des subventions pour agrandir son usine, révèle le site Automotive News.

 

Des ventes soutenues par Amazon

 

Rivian a beau jeu de rappeler que ses ventes ont doublé en 2023 et qu’il continue à jouir de notes optimistes des gestionnaires de portefeuille. En réalité, les ventes sont en partie soutenues par les commandes de son principal actionnaire (et unique depuis le départ de Ford), le géant du e-commerce Amazon, à qui il doit livrer 100 000 fourgons. D’ailleurs, les objectifs 2024 tablent sur des ventes stables, dans le meilleur des cas, alors que les prévisions précédentes promettaient un doublement des ventes.

 

En outre, la R2 n’arrivera pas avant 2026 (et en 2028 en Europe), tandis qu’une R3 devrait suivre. Il faudra donc tenir d’ici là. Et les nouvelles de ses concurrents ne sont guère rassurantes. Son concurrent Fisker qui a annoncé un plan de restructuration est en discussion avec un constructeur automobile pour trouver de l’argent frais (Nissan pourrait entrer au capital à hauteur de 400 millions d’euros).

Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle