S'abonner
Constructeurs

Citroën passe à son tour à l’hydrogène avec l’ë-Jumpy Hydrogen

Publié le 3 juin 2021

Par Damien Chalon
2 min de lecture
A compter de l’automne 2021, les clients flottes de Citroën pourront passer commande du ë-Jumpy roulant à l’hydrogène. Cette nouvelle déclinaison dépasse les 400 km d’autonomie.
Le Citroën ë-Jumpy Hydrogen sera proposé aux clients flottes à compter de l'automne 2021.

 

Après l’Opel Vivaro-e Hydrogen et le Peugeot e-Expert Hydrogen, voici donc le Citroën ë-Jumpy Hydrogen. Comme promis le 1er avril dernier, le groupe Stellantis proposera à compter de l’automne prochain trois véhicules utilitaires légers fonctionnant à l’hydrogène. Une première au niveau mondial.

 

Comme ses compères, le ë-Jumpy Hydrogen affiche une autonomie de plus de 400 km, dépassant ainsi le rayon d’action de la déclinaison 100 % électrique qui offre au mieux 330 km. Pour parvenir à un tel résultat, le fourgon embarque trois réservoirs à hydrogène à 700 bars dans le plancher, dont le plein s’effectue en seulement trois minutes, et une batterie de 10,5 kWh logée sous les sièges avant permettant de rouler jusqu’à 50 km en mode 100 % électrique.

 

Selon Citroën, cette batterie est nécessaire lors des phases transitoires (fortes accélérations ou déclivités nécessitant davantage de puissance) et permet aussi de récupérer de l’énergie lors des phases de décélération. Elle se recharge qui plus est automatiquement grâce à l’électricité produite par la pile à combustible, l’idéal étant toutefois de la recharger via une borne.

 

Point important, cette nouvelle configuration ne compromet pas la capacité de chargement et la charge utile du véhicule, lequel est ici proposé en deux tailles M (4,95 m) et XL (5,30 m). "L’intégration des différents composants a été ingénieusement étudiée de sorte que leur taille n’impacte pas la capacité de chargement du véhicule, paramètre essentiel pour les professionnels de ce segment", confie Laurence Hansen, directrice produit et stratégie de Citroën. La marque estime que cette offre hydrogène répondra aux usages des entreprises qui ont besoin de faire des trajets de plus de 300 km par jour ou qui n’ont pas l’occasion de charger leur véhicule en journée. Cela représenterait 8 % de sa clientèle.

 

En attendant les premières livraisons d’ici la fin de l’année, Stellantis va s’atteler à la production de ces nouvelles propositions dans l’usine de SevelNord, à Hordain (59), avant de les expédier pour transformation au centre de recherche et développement sur la pile à combustible à hydrogène du groupe à Russelsheim, en Allemagne.

Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle