S'abonner
Constructeurs

Audi teste un nouveau mode de management à Ingolstadt

Publié le 11 avril 2022

Par Romain Baly
3 min de lecture
La marque aux anneaux souhaite offrir davantage de flexibilité à ses opérateurs industriels. Dans l'atelier peinture de son usine d'Ingolstadt (Allemagne), Audi expérimente ainsi une nouvelle méthode accordant des horaires plus souples aux collaborateurs, dont les éventuelles absences sont comblées par des collègues "flotteurs".
Cette phase expérimentale profite actuellement à 16 employés, soutenus par 30 collègues
Cette phase expérimentale profite actuellement à 16 employés, soutenus par 30 collègues "flotteurs". ©Audi

Si la flexibilité des horaires ou des modes de travail s'est largement répandue ces dernières années et encore plus depuis le début de la pandémie, ce phénomène ne touche encore essentiellement que le secteur tertiaire et des fonctions, par nature ou par évolution, mobiles. L'univers industriel, dans la mesure où l'outil de production demeure difficilement transposable chez soi pour du télétravail, demeure ainsi exclu de cette mutation.

 

C'est sur la base de ce constat qu'Audi a souhaité expérimenter un nouveau mode de management au sein de son usine allemande d'Ingolstadt,le fief de la marque. Plus précisément, c'est l'atelier peinture du site qui sert d'unité pilote dans le déploiement de méthodes offrant davantage de flexibilité aux opérateurs. Ces derniers profitent ainsi d'horaires flexibles, aménagés ou en temps partiel, grâce au soutien de collègues polyvalents dits "flotteurs".

 

16 employés en profitent

 

Concrètement, prenant l'exemple d'une femme revenant de congé maternité et qui ne peut pas se rendre au travail à l'heure habituelle parce qu'elle doit d'abord emmener son enfant à la garderie, Audi explique avoir recours à un collègue de l'unité en question, qualifié pour réaliser de multiples tâches, qui remplace donc l'employée le temps de son absence. Dans le cas présent, ces flotteurs sont des membres de l'atelier de peinture qui ne sont pas en service, comme des stagiaires ou des personnes évoluant normalement dans les bureaux.

 

Cette méthode expérimentale, unique en son genre outre-Rhin, a été imaginée par les employés de l'usine, de tous les postes de la hiérarchie et de toutes les tranches d'âge, et développée en collaboration avec le comité d'entreprise et l'Institut de Recherche en Sciences Sociales (ISF) de Munich dans le cadre du programme "More Flexible on Shift Duty". Une initiative soutenue par le ministère fédéral allemand du Travail et des affaires sociales qui profite actuellement à 16 employés du site bavarois, soutenus par 30 flotteurs.

 

Une expérience qui pourrait profiter à d'autres secteurs de production

 

"L'initiative dans notre atelier de peinture montre que les meilleures idées viennent de l'entreprise elle-même. Elle montre également que nous plaçons la personne au centre, avec ses besoins et ses compétences individuels. C'est pourquoi nous disons que nous faisons progresser une culture moderne du travail en équipe pour tous nos employés", se félicite Sabine Maassen, membre du conseil d'administration Audi en charge des ressources humaines.

 

Directeur de l'usine d'Ingolstadt, Achim Heinfling, rappelle quant à lui que "les horaires de travail flexibles sont beaucoup plus difficiles à mettre en œuvre dans une production automobile cadencée et hautement efficace que dans un travail effectué à un bureau. Je suis donc d'autant plus heureux que ce projet pilote unique se déroule avec beaucoup de créativité et un esprit d'équipe pratique. Nous testons dans quelle mesure nous pouvons utiliser les connaissances essentielles que nous en tirons pour d'autres secteurs de la production".

Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle