S'abonner
Services

Les voitures électriques d'occasion restent très voyageuses

Publié le 6 mai 2024

Par Gredy Raffin
3 min de lecture
Sans révéler le volume exact, Auto1 rapporte qu'en 2023, une très large majorité des ventes de voitures électriques d'occasion entre professionnels, réalisées sur sa plateforme, a pris une dimension internationale. Les importations ont été croissantes en France.
auto1 voitures électriques
Sur Auto1.com, 75 % des VEO sont revendus dans un autre pays que celui d'origine. ©AdobeStock-Kalyakan

Les voitures électriques d'occasion (VEO) ne restent pas en place. Tel est l'un des premiers enseignements de l'étude annuelle éditée par Auto1.com, rendue publique le 6 mai 2024. Le spécialiste du remarketing de voitures d'occasion a expliqué qu'en 2023, près de 75 % des transactions de VEO se réalisaient à travers les frontières.

 

Fidèle à ses habitudes, Auto1.com a joué la discrétion sur les volumes concernés. Toutefois, le groupe allemand a listé les pays majeurs en termes de demandes. La France a fait un bond. La demande a augmenté de 30 % sur la plateforme pour hisser le marché hexagonal au deuxième rang. La tête du classement a été conservée par les Pays-Bas, où les voitures électriques gardent de l'attrait.

 

Le Danemark, l'Allemagne et l'Espagne suivent dans cet ordre, de la troisième à la cinquième place. Ce qui repousse au sixième rang la Finlande, habituée à la deuxième place. À l'inverse, il faut souligner les fortes progressions en Pologne (+49 %) et en Italie (+55 % de demande). Des pays qui passent du 13e au 8e rang et du 15e au 11e rang des pays les plus importateurs de voitures électriques d'occasion.

 

Les professionnels danois en confiance

 

Auto1 a encore interrogé les professionnels. Il apparaît qu'ils sont toujours plus nombreux à envisager de vendre des voitures électrifiées d'occasion (VE, BEV ou PHEV). À l'échelle des onze plus importants marchés, 44,2 % des 14 000 répondants prévoient de vendre au moins une voiture électrifiée d'occasion dans l'année 2024. Ils étaient 35,2 % l'an passé.

 

A lire aussi : Véhicules électriques : les intentions d’achat stagnent en Europe

 

Avec 90,6 % d'intention de revente d'une voiture électrifiée (+3,1 points), les professionnels danois sont les plus optimistes. Bien davantage que les Français, dont 47 % (+9,3 points tout de même) entrevoient une vente de véhicule électrifié au cours de l'exercice. L'Italie, qui gagne 11,6 % sur un an, soit la plus nette percée, pointe désormais à 44 %.

 

À quoi tient la décision du consommateur de sauter le pas de la voiture électrique ? Au prix de vente moins élevé du neuf, en amont. 57 % des 5 300 professionnels participants au sondage d'Auto1 s'en disent tout du moins convaincus. 29,7 % citent la transparence sur l'état de la batterie, soit à peine plus que ceux qui mentionnent les subventions (29,4 %), la densification des infrastructures de recharge (28,8 %) et le critère de durabilité (21,7 %).

 

Part des professionnels prévoyant de vendre au moins un véhicule électrifié d'occasion en 2024
Pays  Part  Evolution (pts)
Danemark 90,6 3,1
Finlande 75,8 6,5
Suède 56,7 4,8
Portugal 63,1 16
Pays-Bas 59,2 4,6
Belgique 51,9 9,7
France 47 9,3
Moyenne Europe 44,2 9
Italie 44 11,6
Pologne 35 11,3
Allemagne 33 4,5
Espagne 32 -0,9
Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle