S'abonner
Services

Les feux au vert pour WashTec

Publié le 14 mars 2023

Par Marc David
3 min de lecture
Le leader du lavage a réalisé une excellente année 2022 avec des résultats supérieurs à ceux de 2021 et surtout de 2019, l'année de référence absolue tous secteurs confondus. Cependant, WashTec peine à faire des projections pour l'exercice en cours.
portique de lavage automobile
Après sa phase de lancement en 2022, le nouveau portique connecté SmartCare représente déjà le fer de lance des entrées commandes de WashTec France. ©WashTec

WashTec France avait repris ses marques en 2021, dégageant un chiffre d'affaires de 61,2 millions d’euros. De quoi nourrir de nouvelles ambitions pour 2022. Finalement, la filiale nationale de WashTec AG a battu son propre record, réalisant un chiffre d'affaires de 66 millions d'euros. Un résultat de 4,7 % supérieur à celui de 2019 (un peu plus de 63 millions d'euros), considérée à juste titre comme l'année de référence absolue par la majorité des secteurs de l'industrie.

 

"Ce résultat plutôt gratifiant ne s'est pas réalisé dans la facilité car à l'instar de bon nombre d'acteurs, nous avons dû composer toute l'année avec les fermetures administratives de centres, les problèmes d'approvisionnement des matières premières, en particulier sur certains composants plastiques et autres cartes d'automates, sans parler d'une inflation record en mesure de compliquer davantage la situation, explique Fabrice Collet, directeur commercial et marketing de WashTec France SAS. Bref, au vu des conditions et circonstances, nous ne pouvons qu'être satisfaits, et ce d'autant plus que le pourcentage de créations pures s'est révélé conséquent".

 

Un rallongement des délais salvateur

 

Pour ce qui concerne les matières premières, WashTec France a ainsi fonctionné, à l'instar de bon nombre de sociétés sur le secteur, en mode "agile", avec une plus grande réactivité face aux imprévus. Mais qu'en est-il aujourd'hui ? "Même si l'approvisionnement demeure tout de même délicat, en fonction de la provenance des matières premières, globalement, la situation s'est améliorée dans la mesure où nous avons de moins en moins de manquants et où bon nombre d'intervenants ont rallongé les délais", explique Fabrice Collet.

 

En effet, le fait de rallonger les délais, par exemple 12 à 14 semaines au lieu de 10 semaines, laisse plus de latitude aux fournisseurs de matériaux pour livrer les différentes sociétés du secteur du lavage, sans remettre en cause leurs activités.

 

Mais, retour aux résultats 2022. En termes de répartition des ventes, un secteur s'est-il avéré plus porteur qu'un autre ? Apparemment non. Pour WashTec France, la répartition 2021 et 2022 s'avère comparable, avec un mix clients et produits homogène.

 

"La grande distribution représente toujours un segment assez conséquent mais les ventes aux indépendants demeurent assez actives, en dépit du contexte délicat lié à la sècheresse, note Fabrice Collet. Raison pour laquelle l'exercice en cours suscite bon nombre d'interrogations, quand bien même notre niveau d'entrées commandes se révèle excellent aujourd'hui, en particulier sur notre nouveau SmartCare connecté. Passons l'été et on avisera après !".

 

A lire aussi : Wash Tech à fond sur la connectivité

 

 

Et celui-ci de noter malgré tout une certaine hésitation de la part d'investisseurs potentiels, compte-tenu des investissements financiers nécessaires à la création d'un centre, tant au niveau du matériel que du génie civil. "D'un côté la volonté d'investir demeure réelle, de l'autre, la législation va certainement se durcir, fait-il remarquer. Aujourd'hui, tant qu'à investir dans un centre neuf, autant investir dans une unité de recyclage. Mais encore faut-il avoir l'assurance de pouvoir exercer son activité !".

 

Signe d'une certaine prise de conscience des exploitants investisseurs sans doute, WashTec France aura commercialisé une vingtaine d'unités de recyclage l'an passé, contre seulement cinq en temps normal.

Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle