S'abonner
Services

Garantie : le coût des sinistres s'est envolé en 2023

Publié le 20 février 2024

Par Gredy Raffin
4 min de lecture
Après une hausse de 3,7 % en 2022, le montant moyen des réparations sur des véhicules garantis a encore bondi de 6,3 %, à 657 euros l'an passé, selon CarGarantie. En revanche, la fiabilité des voitures repousse l'échéance du premier sinistre constaté.  
Etude annuelle CarGarantie
Le moteur reste le composant le plus coûteux, mais l'installation électrique est plus concernée par les sinistres. ©BodemerAuto

Les années passent et le niveau continue à monter. Selon le rapport annuel publié par CarGarantie, le coût des sinistres sur les véhicules couverts par une garantie a grimpé de 6,3 % en Europe, en 2023. En moyenne, celui-ci a été évalué à 657 euros, après l'analyse de près d'un million de dossiers. Il s'agit de la seconde hausse significative après celle de 3,7 % en 2022.

 

"Cela fait plusieurs années que cette tendance à la hausse des prix se dessine. Ces cinq dernières années, les coûts de réparation avaient déjà augmenté d'environ 100 euros au total, rappelle Dr Marcus Söldner, directeur général de CarGarantie. L'augmentation de près de 40 euros constatée en une seule année est néanmoins exceptionnelle". La flambée du prix des matières premières et, par conséquent, des pièces détachées explique en partie cette tendance, selon lui.

 

Sur les voitures revendues d'occasion, un quart des coûts de sinistres (25,9 %) concernent les moteurs. Une part qui a augmenté de deux points en un an. Les systèmes d'alimentation – turbocompresseurs inclus – ont vu leur part se réduire légèrement, passant de 18 % à 17,6 %, selon CarGarantie. Quant à l'installation électrique, elle reste au même niveau, à 13,4 %.

 

Répartition du coût d’un sinistre sur les voitures d’occasion (%)
Composants 2023 2022
Moteur 25,9 23,9
Système d'alimentation (turbocompresseur inclus) 17,6 18
Installation électrique 13,4 13,4
Boîte de vitesses 10,2 10,5
Climatisation 6 6,3
Système de refroidissement 5,5 5,4
Électronique de confort 3,7 4,5
Carrosserie/habitacle 3,3 2,8
Système d'échappement 2,7 2,7
Direction 2,6 2,7
Châssis 2,4 2
Transmission 2,2 2,4
Système de freinage 1,8 2
Différentiel 1,1 1,3
Protection des occupants 0,9 1,3
Entraînement électrique 0,3 0,3
Système hybride 0,2 0,2
Régulation dynamique du véhicule 0,2 0,3

 

L'installation électrique reste la plus exposée

 

En revanche, le moteur n'est pas l'organe le plus exposé sur les voitures d'occasion. CarGarantie a constaté qu'il est impliqué dans 14 % des sinistres. "En raison de la complexité croissante des éléments électriques et électroniques des voitures, l’installation électrique restera en 2023 le composant le plus souvent touché par les pannes", est-il expliqué dans la note de synthèse. La part dans les dossiers atteint 22,1 % (contre 21,3 %, en 2022).

 

Parmi les éléments dont la part a reculé dans la fréquence des sinistres, il y a les systèmes d'alimentation (17,1 % contre 18,2 %), l'électronique de confort (7,1 % contre 8,2 %) ou encore la climatisation (6,2 % contre 6,6 %).

 

Fréquence des sinistres par groupes de pièces sur les voitures d'occasion (%)
Composants 2023 2022
Installation électrique 22,1 21,3
Système d'alimentation (turbocompresseur inclus) 17,7 18,2
Moteur 14 12,6
Système de refroidissement 7,3 7,4
Électronique de confort 7,1 8,2
Climatisation 6,2 6,6
Boîte de vitesses 5,1 5,1
Carrosserie/habitacle 4,6 3,8
Système d'échappement 3,5 3,6
Système de freinage 2,9 3,2
Transmission 2,8 3
Châssis 2,3 1,9
Direction 2 2,1
Protection des occupants 1,5 2
Différentiel 0,5 0,5
Régulation dynamique du véhicule 0,2 0,3
Entraînement électrique 0,1 0,1
Système hybride 0,1 0,1

 

Des sinistres plus tardifs

 

Entre le gain de fiabilité et la montée en compétence sur le reconditionnement, les voitures d'occasion ont peu de risque de sinistre durant la première année de remise en circulation. L'étude de CarGarantie montre que 25,8 % des dossiers sont transmis au-delà des 360 jours suivant la revente. Il faut tout de même souligner que jusqu' à 30 jours (6,8 % des dossiers), entre 30 et 60 jours (7,6 %) et qu'entre 60 et 90 jours (7,1 %), les sinistres sont plus nombreux que par la suite.

 

A lire aussi : Peugeot étend la garantie à huit ans sur l'e-3008

 

Le garantisseur allemand a étudié le kilométrage. Il apparaît que les sinistres interviennent plus tardivement dans l'historique des voitures. En 2022, CarGarantie rapportait que 29,2 % d'entre eux se produisaient avant la barre des 5 000 km. Cette part a été ramenée à 27,6 %, l'an passé.

 

Dans ce domaine, les tranches supérieures ont été plus impactées. Les voitures revendues d'occasion ont été sinistrées à 7,2 % entre les 20 000e et 25 000e kilomètres (contre 6,9 % en 2022) et à 21,2 % au-delà des 25 000 km (contre 18,5 % auparavant). Il faut dire que le marché européen dans les grandes largeurs a glissé vers des exemplaires plus âgés. Les contrats de garantie reflètent donc cette influence.

Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle