S'abonner
Services

Formule1 : A l’américaine…

Publié le 25 juin 2004

Par Marc David
4 min de lecture
La première moitié du championnat 2004 s'est achevée à Indianapolis sur un sixième doublé de Ferrari. D'abord, ce carton rouge à la direction de course du circuit d'Indianapolis. Comment peut-on laisser un pilote prendre des risques sur la piste (comme l'ont démontré les accidents d'Alonso...
La première moitié du championnat 2004 s'est achevée à Indianapolis sur un sixième doublé de Ferrari. D'abord, ce carton rouge à la direction de course du circuit d'Indianapolis. Comment peut-on laisser un pilote prendre des risques sur la piste (comme l'ont démontré les accidents d'Alonso...

...et de Ralf Schumacher) durant plus d'une heure, avant de brandir les drapeaux noirs pour lui signifier sa mise hors course ? Comportement pour le moins léger. Et pourtant. Les faits ? Alors que la meute de F1 amorce le tour de chauffe, Juan Pablo Montoya abandonne sa Williams sur la grille et se précipite vers son mulet, malheureusement hors du temps réglementaire. Il se verra exclure de la course seulement au 58e tour… C'est-à-dire largement après l'effroyable crash (à quelque 300 km/h) de son équipier Ralf Schumacher survenu dans le 10e tour. Crash imputable à l'éclatement du pneu arrière gauche de la Williams-BMW, probablement à cause d'un débris. Là encore, on est en droit de se poser quelques questions sur les secondes interminables vécues par le cadet des Schumacher (qui, fort heureusement, s'en tire à bon compte), véritablement "abandonné à son triste sort" dans l'épave de sa voiture immobilisée au milieu de la piste. Pauvre écurie Williams. Après la disqualification de ses voitures à Montréal pour écopes de freins non conformes, la voici à nouveau détentrice d'un score vierge aux Etats-Unis ! Ne parlons pas de McLaren dont le score à la mi-saison est à peine plus élevé que celui de Sauber (17 points à 15 !), les deux pilotes se contentant tout juste de "sauver les meubles" avec de petits points (3 pour Räikkönen, 2 pour Coulthard aux GP des Etats-Unis)…

Ferrari peut d'ores et déjà savourer son 6e titre d'affilée chez les Constructeurs

Pendant ce temps, Bar-Honda et Renault engrangent, les deux écuries pouvant désormais envisager sérieusement une formidable deuxième place au championnat du monde des Constructeurs. Les temps changent en Formule 1… hormis pour Ferrari bien sûr. Bref, Bar-Honda, toujours 3e chez les Constructeurs avec une marge de 22 points sur Williams, a permis à son fougueux pilote nippon, à savoir Takuma Sato, de voir enfin le drapeau à damiers après ses (trop) nombreuses casses moteur. Et pour le gain de la 3e marche du podium ! Il faut remonter au GP du Japon 1990 pour retrouver trace d'un tel événement. Précisément, lorsque Aguri Suzuki défendait les couleurs de l'écurie française Larrousse au volant d'une Lola-Lamborghini… Pour Renault, désormais sous la menace de l'écurie anglo-japonaise (8 points d'écart) mais bonne 2e du classement Constructeurs avec une marge de 30 points sur Williams, le rêve d'inscrire les deux voitures dans les points s'est évanoui au 9e tour lorsque le pneu arrière droit de la R 24 éclate en bout de ligne droite sur l'un des débris jonchant la piste. Dommage, Fernando Alonso était 3e après un (nouveau) départ canon qui l'avait vu gagner la bagatelle de 5 places ! Fort heureusement, avec sa 4e place, Jarno Trulli rapporte 5 points à l'écurie française. Deuxième du classement Constructeurs, disions-nous ? Certes, mais à 76 points de Ferrari (142 points à 66), qui peut d'ores et déjà savourer son 6e titre d'affilée. Pourtant perturbé par l'accident de son frère (mais au courant de la situation via la liaison radio avec son stand), l'Allemand a inscrit sa 8e victoire de la saison en 9 courses et le duo Schumacher-Barichello a réalisé son 6e doublé. Partant du principe qu'il reste 9 manches à disputer, dont la prochaine à Magny-Cours à l'occasion du GP de France, tous les records risquent d'être battus. Y compris les 9 doublés réalisés en 2002…


Marc David


 





FOCUS

Faits marquants


  • 8e victoire de Michael Schumacher (en 9 GP)
  • 6e doublé Ferrari (le 3e consécutif depuis l'Europe)
  • 1er podium du Japonais Takuma Sato
  • 150e GP d'Olivier Panis, qui réalise le meilleur résultat de sa saison (5e)
  • Toyota, désormais 7e chez les Constructeurs
  • Vous devez activer le javacript et la gestion des cookies pour bénéficier de toutes les donctionnalités.
    Partager :

    Sur le même sujet

    Laisser un commentaire

    cross-circle