S'abonner
Distribution

Tout indique qu'Aramis Group a tourné la page de la crise du marché VO

Publié le 28 mai 2024

Par Gredy Raffin
4 min de lecture
Sur un marché des voitures d'occasion encore fragile en Europe, Aramis Group a tiré son épingle du jeu. La filiale de Stellantis a présenté, le 27 mai 2024, des résultats positifs au titre du premier semestre de l'année fiscale 2023-2024.
Nicolas Chartier et Guillaume Paoli, les cofondateurs d'AramisGroup. ©AramisGroup

Aramis Group va définitivement mieux. Le groupe français spécialisé dans le commerce de voitures d'occasion a publié, le 27 mai 2024, le bilan de son activité du premier semestre de l'année fiscale 2023-2024. Et les indicateurs sont dans le vert, confirmant la tendance observée au premier trimestre.

 

Depuis le 1er octobre dernier, la filiale de Stellantis a écoulé 55 229 voitures d'occasion, soit 25,5 % de plus que l'année précédente. Le total de voitures reconditionnées a crû de 9,8 %, à 43 362 unités. Beaucoup moins important en proportion, le segment des voitures d'occasion 0 km a tout de même rebondi de près de 138 %, à quelque 12 867 transactions. La preuve que les usines ont recommencé à tourner et que les circuits parallèles reprennent de l'intérêt.

 

Un chiffre d'affaires BtoC en gain de 23,2 %

 

"Les volumes totaux de véhicules vendus à des particuliers ont dépassé les 55 000 unités sur le semestre, grâce à une très solide performance de la quasi-totalité des géographies, ont commenté les cofondateurs. La génération d’Ebitda ajusté a fortement augmenté ce semestre pour atteindre 16 millions d'euros et notre qualité d’exécution nous a permis de générer près de 6 millions de trésorerie positive".

 

En effet, les données financières s'affirment tout aussi bonnes. La vente de voitures d'occasion a engendré 965 millions d'euros au premier semestre, soit 23,2 % de plus que l'an passé. Les voitures reconditionnées ont contribué à hauteur de 731,4 millions d'euros (+7,4 %) contre 233,4 millions d'euros pour les 0 km (+128,3 %).

 

A lire aussi : Les infomédiaires européens face à une chute des offres de voitures d'occasion

 

À ceci s'ajoutent les activités commerciales en BtoB et la vente de services. Sur le premier point, Aramis Group a glissé. Le VO à professionnels a perdu 27,9 %, à 76,4 millions d'euros. Ce qui n'a rien d'inquiétant compte tenu du fait que le groupe s'approvisionne moins auprès des particuliers (rachat cash) et a boosté sa capacité à reconditionner plus de véhicules pour s'approprier le maximum de remises en circulation.

 

D'ailleurs, comme un écho au regain de vigueur du canal BtoC, les services ont rapporté 10,9 % de plus, à 57 millions d'euros. Après quelques mois d’érosion dans un contexte haussier de taux d’intérêt, le taux de pénétration des solutions de financement proposées par Aramis Group s’est stabilisé autour de 40%, a précisé l'entreprise dans son communiqué.

 

L'Espagne en souffrance

 

La division espagnole du groupe, Clicars, est à la peine. Elle a perdu 17,4 % d chiffre d'affaires sur un an, à 150,5 millions d'euros. Autrement, toutes les autres branches ont terminé en nette croissance. Aramisauto, en France, a bouclé le semestre avec un chiffre d'affaires de près de 478 millions d'euros (+23,5 %).

 

Ailleurs, notons que les progressions ont été de 15,2 % pour Cardoen en Belgique (à139,2 millions d'euros, de 20,4 % pour CarSupermarket au Royaume-Uni (213,8 millions d'euros), de 52 % pour l'autrichien Onlinecars (103,5 millions d'euros) et de 165 % pour DrumDrum en Italie (13,6 millions d'euros).

 

Vers un total de 110 000 transactions de VO

 

Au 1er semestre 2024, la marge brute s’établit à 118,9 millions d’euros, en hausse de +24,8% par rapport au 1er semestre 2023. La marge brute unitaire, générée par véhicule B2C vendu (GPU), ressort à 2 153 euros. Aramis Group revendique un niveau plus élevé que les autres acteurs cotés en Europe, tels Auto1 ou le chancelant Cazoo.

 

L’Ebitda ajusté ressort à 16,2 millions d’euros au 1er semestre 2024, contre 1 million d’euros l’année précédente et 9,6 millions d’euros sur l’ensemble de l’exercice fiscal 2023. Le groupe poursuit le redressement rapide de sa profitabilité, doublant quasiment dès le 1er semestre 2024 le résultat obtenu sur l’ensemble de son exercice 2023.

 

A lire aussi : Auto1 Group affiche la rentabilité la plus élevée de son histoire

 

Le résultat net au titre du 1er semestre 2024 ressort à -13,3 millions d’euros contre -12,6 millions d’euros au 1er semestre 2023. Cela comprend notamment un résultat financier de -5,5 millions d’euros, dont un coût de l’endettement financier net de -3,1 millions d’euros, des charges financières sur dettes de location (IFRS 16) de -2,2 millions d’euros, et d’autres charges financières nettes pour -0,2 million d’euros.

 

Alors que le groupe tablait sur 100 000 ventes de voitures d'occasion, il aspire désormais à cumuler 110 000 unités au terme de son exercice fiscal. De même, Aramis Group se projette sur un Ebitda ajusté supérieur à 32 millions d'euros contre une prévision de 19 millions au début de l'année 2023-2024.

Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle