S'abonner
Distribution

Le réseau Weecars veut doubler ses implantations en 2023

Publié le 18 janvier 2023

Par Gredy Raffin
3 min de lecture
La franchise montpelliéraine de transactions de voitures d'occasion entre particuliers montre ses ambitions. Après avoir connu une belle expansion en 2022, Weecars entend doubler la mise cette année et finir avec 50 agences.
Franchise Weecars à Nîmes
En 2022, le réseau Weecars est passé de 5 à 25 agences. (@Weecars)

Alors qu'il vient d'acter l'ouverture de la 25e agence du réseau de franchise spécialisé dans les transactions de voitures d'occasion entre particuliers, Romain Barreau, le fondateur de Weecars, évoque ses ambitions pour l'année à venir. Lors d'un entretien accordé au Journal de l'Automobile, ce dernier a annoncé vouloir tout simplement doubler la mise en 2023.

 

"L'an passé, nous avons quintuplé le nombre de contrats d'agences en France pour commencer cet exercice avec 25 points de vente. Nous souhaitons doubler pour terminer 2023 avec 50 agences, a-t-il annoncé, en guise d'objectif. Ensuite, en 2024, nous devrons ajouter 30 agences. Ceci pour que l'année suivante, nous puissions avoir une force de frappe commerciale qui nous installera parmi les références du secteur".

 

Vers une introduction du rachat-cash

 

Le fondateur de l'entreprise montpelliéraine, lui-même patron de sa propre agence Weecars, mise en priorité sur sa connaissance du marketing digital pour se démarquer de la concurrence. Ses éléments de comparaison sont dès lors un peu différents de la normale. "Comme le groupe Auto1 est passé maître dans la gestion des leads vendeurs, nous devons devenir incontournables pour les gens qui veulent déléguer la revente de leur voiture", explique-t-il. Voilà son credo, tout en constatant une phase de professionnalisation du secteur auquel il appartient.

 

Cette performance qu'il s'impose, il en fait un des éléments contractuels les plus engageants dans sa relation avec les franchisés. Weecars doit capter et transmettre suffisamment de leads pour que chaque agence entre a minima 20 mandats par semaine. La tête de réseau ne facturant pas le volume mais la conversion, elle est tenue de maintenir son niveau de pertinence. Dans le cas contraire, une compensation financière peut s'appliquer. "Nous avons donc cherché à gagner en expérience dans le traitement des clients et dans l'accompagnement des franchisés", constate Romain Barreau.

 

A lire aussi : Rachat cash : ATB Auto veut fonder un réseau de proximité

 

Mais les concessionnaires automobiles et les distributeurs indépendants ont aussi accru leur maîtrise du rachat cash. Ce qui n'est pas sans conséquence sur le rythme des franchises d'intermédiation entre particuliers. Romain Barreau se dit convaincu que ces derniers reviendront à leurs habitudes une fois la crise passée. Et lui-même embarque Weecars dans ce schéma commercial. En effet, la franchise teste depuis quelques jours une nouvelle interface. Elle propose à chaque intéressé un tarif de rachat cash en plus d'une estimation de montant en cas de vente sous mandat.

 

Le rachat sans condition ne devrait pas dépasser 5 % des choix effectués. D'autant plus que le particulier devra valider son option avec son franchisé de référence. Car Weecars prévoit que le risque soit porté par le réseau.

 

Une centrale d'achat et un centre de formation

 

Cela ne durera probablement qu'un temps, puisque Romain Barreau entend avoir structuré une centrale d'achats à l'horizon 2024. Les négociations avec ses banquiers historiques ont débuté. Le fonds constitué servira à financer les reprises des clients.

 

A plus courte échéance, un autre projet verra le jour. Romain Barreau annonce que Weecars disposera, dès mars prochain, d'une académie. "Nous sommes sur le point de recevoir la certification Qualiopi. Elle sera installée au siège, où nous avons suffisamment d'espace pour accueillir les nouveaux venus", livre-t-il pour les premiers détails.

Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle